La Bibliothèque

Virginie aimait les bibliothèques plus que tout autre endroit au monde. Elle ne se lassait pas de ces montagnes de livres qu’elle pouvait dévorer pendant des heures. Les romans étaient son genre de prédilection et elle regrettait parfois que la vie soit trop courte pour pouvoir lire tous ces ouvrages qui la tentaient. Si elle aimait autant les grands récits littéraires que les romans de gare, policiers ou science-fiction, ce qu’elle affectionnait particulièrement, c’était les récits avec de belles histoires d’amour.

la bibliotheque

Elle appréciait lorsque l’histoire laissait de la place à une rencontre amoureuse, qu’il y ait une tension sentimentale et surtout, érotique. Elle ne trouvait rien de plus sensuel qu’une aventure torride suggérée qui laissait libre court à son imagination. C’était la beauté des livres, ils servaient d’amorce à l’imagination. Et rien ne pouvait arrêter le vagabondage de son esprit.

Ce qui frustrait Virginie, c’était de lire tous ces livres au milieu d’inconnus. Elle s’empêchait de rire, de pleurer, de manifester ses impressions de l’instant pour éviter d’attirer l’attention. Elle aurait pu rentrer chez elle et profiter de la solitude de son petit appartement pour vivre ses lectures à fond, mais la multitude de livres qui l’entouraient dans sa bibliothèque chérie la retenaient. Elle tournait les pages et frissonnait de bonheur en s’imprégnant de l’abondance de littérature de toute part.

Seules les pages qui révélaient des passages sexuels lui posaient véritablement problème. Elle ne pouvait se résoudre à rougir et sentir le désir l’envahir au milieu de la foule de lecteurs. Elle se les gardait pour plus tard, dans sa petite chambre, où personne ne pouvait voir ce qu’elle faisait. Car Virginie vivait ses lectures et avait du mal à se contenir. Quand l’enchainement des événements menait à des scènes résolument coquines, Virginie se sentait aussitôt transportée par des désirs fous qu’elle soulageait de la manière qui lui avait toujours semblé naturelle : sa main libre.

Elle adaptait sa tenue à ses lectures et quand elle sentait que la scène de sexe approchait, elle se débrouillait toujours pour être en jupe. Une seule fois, elle avait été saisie par surprise en tombant sur un extrait particulièrement bouillant en pleine après-midi chargée, à la bibliothèque. Elle avait frottée discrètement la main par-dessus son jean, à la fois terriblement excitée par la situation interdite, et en même temps terrifiée à l’idée qu’on la découvre.

Elle se souvenait parfaitement de cette journée d’été orageuse, où l’humidité chaude de l’air avait déjà commencé son travail libidineux. Et quand les éclairs avaient illuminé la bibliothèque par intermittence, des voix exaltées s’étaient élevées. Elle avait profité de cette diversion pour agripper plus fortement son pubis à pleine main et le serrer à travers son jean. Le soulagement n’avait été que partiel et elle avait dû rentrer chez elle précipitamment pour nourrir son désir sous une douche chaude.

Le pommeau avait commencé son travail relaxant et titillant puis elle avait poursuivi la séance de plaisir en pinçant son clitoris gonflé entre l’index et le pouce jusqu’à l’explosion de plaisir. En fermant les yeux, elle avait revécu l’intégralité de la scène de sexe lue à la bibliothèque, en y incorporant même les éclairs et l’orage. Comme elle aurait aimé pouvoir vivre son plaisir dans la bibliothèque, avoir l’orgasme de sa vie au milieu de tous ces ouvrages…

Ce fut ce jour-là, en contemplant son corps nu dans le miroir de sa salle de bain, qu’elle prit sa décision. Elle passerait une nuit dans la bibliothèque à lire ses passages érotiques préférées sans avoir peur d’être vue. Elle avait observé son corps svelte un moment, contemplé ses jolies hanches et ses seins avenants, considéré qu’elle aurait fait une très belle héroïne de roman… Elle était désirable, elle était belle, et elle allait jouir de son corps et de ses lectures dans la plus belle bibliothèque parisienne.

Après avoir déterminé le soir où elle se laisserait enfermer dans la bibliothèque, elle prépara minutieusement son séjour. Elle commença par faire la liste des passages de livre qui lui faisaient le plus d’effet, puis elle acheta quelques objets qui lui semblaient essentiels. Une lampe de poche, une gourde, des sandwichs… mais aussi des bandes de cires dépilatoires et, pour la première fois de sa vie, un sextoy. Elle le choisit consciencieusement sur internet. Un joli vibromasseur en silicone prêt à s’engouffrer dans son intimité au fil de ses lectures.

Elle avait hâte de vivre cette grande nuit de solitude érotique au milieu des livres. Elle avait chargé son vibromasseur et l’avait allumé quelques jours avant pour s’assurer qu’il fonctionnait et elle avait eu du mal à résister à la tentation de l’étrenner.

Elle avait choisi un samedi parce qu’elle avait remarqué que les gardiens étaient moins attentifs ce jour-là, ils étaient pressés d’en finir et de profiter de leur week-end. Par ailleurs, il y avait plus de monde et il y avait moins de chance qu’on la remarque ou que les gardiens relèvent le nombre exact de visiteurs.

Elle arriva vers seize heures et attendit fiévreusement dix-sept heures, quand on fermerait. Elle s’isola entre deux rangées de livres et lorsqu’elle se retrouva seule, dix minutes avant la fermeture, elle se cacha sous la table sombre encerclée d’un grand nombre de chaises. A moins d’une inspection poussée, on ne la verrait pas.

Elle mit ses écouteurs et lança de la musique classique depuis son téléphone. C’était une façon de patienter et elle songeait par ailleurs que si on la découvrait, elle pourrait justifier que sa musique lui avait fait perdre la notion du temps… L’excuse était maigre, mais elle la rassurait.

Une demi-heure plus tard, elle sortit de sa cachette et s’assit à sa table, seule, entourée de livres. Elle attrapa le premier ouvrage qu’elle avait sélectionné, « L’amant de Lady Chatterley », et entama la lecture. Elle avait laissé la musique classique tourner dans ses oreilles, pour parfaire l’ambiance du lieu, et la plonger mieux encore dans sa lecture. La tension érotique de Lady Chatterley et ce soir tant attendu eurent un effet immédiat sur l’excitation de Virginie.

Elle hésita d’abord à se laisser aller, trop habituée aux interdits de la bibliothèque, puis elle se détendit et se caressa d’abord la nuque, lentement. Puis elle descendit vers son sein qu’elle effleura pudiquement avant de glisser la main dans son débardeur et de pincer son téton sans ménagement. Elle gémit. Elle était si bien au milieu des livres, plongée dans sa lecture et sans avoir besoin de dissimuler ses caresses… Elle avait rêvé de cette soirée et elle était tellement heureuse de la voir enfin se réaliser.

Les notes de musiques roulaient dans son esprit, électrisant son corps, tout comme sa main baladeuse qui naviguait sur son corps. Elle lisait en chuchotant les passages de « Lady Chatterley » qu’elle chérissait. Au fur et à mesure de sa lecture, elle écarta plus franchement les cuisses et frôla son sexe à plusieurs reprises par-dessus sa culotte. Le désir montait, elle songeait au vibromasseur qui l’attendait dans son sac…

Virginie sentait son sexe ouvert et mouillé qui la démangeait d’envie. Elle attrapa « Histoire d’O », symbole d’érotisme ultime à ses yeux. Elle l’ouvrit là où elle avait laissé un marque-page et entama la lecture… La description hautement explicite la poussa à accélérer son exploration. Elle roula la culotte jusqu’à ses chevilles et écarta les jambes pour laisser son sexe profiter de l’air empreint du délicieux parfum de vieux livre.

Elle résista longtemps à la tentation d’aller trop vite au but. Elle agrippa l’intérieur de ses cuisses et remonta lentement en haletant. Elle sourit en atteignant son sexe. Elle avait oublié qu’il était parfaitement rasé. Une coquetterie qu’elle s’était accordée pour la première fois, comme pour mieux immortaliser l’instant. Sa peau était douce et ses lèvres intimes semblaient offertes au monde, sans toison pour les dissimuler.

Elle pressa doucement son clitoris entre le pouce et l’index, comme elle aimait le faire dans sa chambre, pendant ses lectures. Elle agita la main, pinça plus fort, se cambra sur sa chaise, et elle fut bientôt obligée de lâcher son livre qui tomba sous la table, près de son sac. C’était un signe…

Elle plongea sa main libre dans la petite valise et en sortit le vibromasseur. Il paraissait plus grand que dans ses souvenirs et elle ne put réprimer un gloussement satisfait. Elle l’alluma et promena le bout arrondi et doux sur sa peau, pour profiter du massage de la douce vibration. Elle se torturait, retardant au maximum le moment tant attendu. Elle retira son débardeur et dégrafa son soutien-gorge. Elle ne portait plus que sa jupe, sans culotte en dessous. Elle augmenta la puissance des vibrations, fit rouler doucement le vibromasseur sur ses seins qui durcirent au doux contact. Les deux tétons pointaient, droit devant, dressés par l’excitation.

Le sextoy descendit au milieu de sa poitrine, se rapprocha du nombril, passa le long du pubis rasé et rejoignit finalement le sexe. Elle n’y tenait plus. Elle posa l’extrémité du vibromasseur entre les lèvres et son clitoris réagit aussitôt. Elle poussa un cri de plaisir. Elle était prête à encore plus.

Ses écouteurs toujours dans les oreilles avec la musique classique à fond, elle grimpa sur la table, arracha sa jupe d’un geste et s’accroupit pour que son sexe soit bien écarté. Puis elle chercha l’entrée de son vagin avec le vibro et enfonça l’engin avec délice dans son intimité. Elle poussa un soupir de plaisir et de soulagement mêlés. Les vibrations la remplissaient, elle sentait son bassin irradié. Elle ferma les yeux. Elle faisait monter et descendre le sextoy à l’intérieur de son sexe, cherchant à l’enfoncer au maximum avant de le ressortir presque complètement. Le fruit liquide de son plaisir gouttait sur la table. Elle ne s’arrêtait plus de geindre, de crier, de murmurer d’inaudibles mots…

Elle sentait l’orgasme qui venait, elle accéléra les va-et-vient, cria des insanités, hurla que c’était bon, qu’elle n’était qu’une salope, une chienne qui voulait être baisée… Et quand l’extase envahit son corps, au moment où elle atteignait le nirvana, un éclair de lucidité la traversa.

Pour une raison étrange, il avait fallu que ce soit maintenant seulement qu’elle y pense. Le plaisir ultime se mua bientôt en une terreur absolue… On était le premier samedi d’octobre, cela signifiait que c’était la nuit blanche organisée par la ville une fois par an : tous les sites importants étaient ouverts au public toute la nuit. Comme la bibliothèque. Elle n’osait pas ouvrir les yeux, de toutes façons c’était trop tard, elle les entendait. Tous ces spectateurs qui, comme elle, avait décidé de profiter de la bibliothèque une nuit dans l’année.

Fin

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.