X

La question de la performance sexuelle ne concerne pas que les hommes !

Lorsque l’on entend le terme de « performance sexuelle », nous sommes sans doute nombreux et nombreuses à penser à un homme avec des troubles de l’érection. Ou des problèmes d’éjaculation précoce.

La société en a fait un tel sujet que certains hommes se sentent mal à l’aise ou honteux lorsqu’ils n’arrivent pas à atteindre l’érection souhaitée face à leur partenaire ou même tout seuls.

Pourtant, ces difficultés à avoir une érection sont loin d’être les seuls cas qui peuvent amener à penser la sexualité en termes de performance.

N.B. : Le mot performance vient du monde du spectacle. Lorsque les artistes proposent un spectacle, ils savent qu’ils sont observés par leurs spectateurs et ils peuvent avoir peur de ce regard. Cette peur peut être paralysante et peut les empêcher de délivrer le spectacle attendu par le public.

C’est exactement la même chose qui se produit lorsque l’on parle d’angoisse de la performance sexuelle. C’est la pression qui entoure cette supposée performance qui nuit à la sexualité. La société considère que pour qu’un homme ait joué son rôle correctement dans un rapport sexuel, il faut qu’il ait eu une érection et qu’il ait éjaculé. Cela conduit les hommes à penser que c’est à cela que doivent ressembler leurs relations sexuelles, que c’est principalement cela qu’attendent leurs partenaires.

Nous allons voir que les craintes autour de la performance sexuelle touchent également les femmes. Le principal coupable ? Le porno…

Les femmes et leurs inquiétudes autour de la performance sexuelle

Le porno a un impact très important sur la manière dont nous percevons le sexe. Ce qu’il doit être. Cela nous concerne tous : des ados qui découvrent les vidéos porno pour la première fois aux adultes qui en consomment plus régulièrement. Les messages véhiculés par le porno mainstream sont rarement les bons et souvent remplis de clichés. Parmi lesquels le fait que les femmes doivent toujours faire preuve d’un enthousiasme débordant, gémir très fort, être soumises et bien sûr connaître des orgasmes que l’on pourrait qualifier de tremblements de terre.

Quelles sont les conséquences de tout cela ? par exemple, le fait que de très nombreuses femmes se sentent obliger de simuler l’orgasme pour ne pas blesser l’égo de leur partenaire masculin.

Les femmes s’inquiètent souvent de savoir comment un homme réagirait si elles ne parvenaient pas à l’orgasme ou si elles ne se montraient pas si enthousiastes pendant leur partie de jambes en l’air. Beaucoup d’hommes pensant que l’atteinte de l’orgasme est un reflet de leur capacité (performance sexuelle) à être un « bon amant ».

Les hommes se concentrent alors là-dessus, essayant désespérément d’être meilleurs au lit, au détriment de l’intimité partagée avec son ou sa partenaire et du plaisir partagé. Ce n’est pas ce que nous voulons au lit, si ?

Mais revenons-en aux femmes et à l’angoisse de la performance. Lorsque les femmes ont l’impression de ne pas répondre aux attentes de leur partenaire, la question la plus importante est la suivante : qui déçoivent-elles en réalité et pourquoi ? Peut-être que l’égo de leur partenaire masculine peut en prendre un coup. Mais ne sont-elles pas les principales concernées et punies par cette absence d’orgasme ?

La pression qui s’exerce sur les femmes suite à ce qui est mis en scène dans le porno découle essentiellement sur une angoisse de performance. Peut-elle être résolue ? Tout à fait.

Comment surmonter l’anxiété liée à la performance sexuelle chez les femmes ?

Il peut être difficile de se montrer à la hauteur des normes élevées que la société a fixées pour les femmes en termes d’expériences sexuelles.

Mais il existe des moyens de travailler sur soi, en tant que femme, pour atténuer ou même supprimer ce type d’anxiété autour de la performance sexuelle.

1. Se forcer à être plus positive vis-à-vis du sexe

Si, pour une raison ou une autre, vous avez des idées négatives et ressentez de la honte à propos du sexe et de la sexualité, c’est le moment idéal pour les explorer. Le problème avec la honte, c’est que personne ne veut en parler. Mais vous pouvez vous rééduquer en discutant avec votre partenaire, un professionnel, et/ou en choisissant des livres et des médias plus bienveillants et éthiques envers les femmes. Petit à petit, vous pourrez commencer à surmonter les obstacles qui vous empêchent d’avoir des relations sexuelles agréables.

2. Regarder du porno éthique

La plupart des vidéos porno grand public donne aux gens une fausse idée de ce à quoi ressemble réellement le sexe. Le porno éthique, souvent appelé « porno féministe », est un contenu érotique consacré à l’égalité des sexes. Il est généralement plus softcore et montre beaucoup plus de respect envers les femmes que les autres types de porno.

3. Parler avec votre partenaire de vos besoins et attentes

Lorsque vous vous trouvez dans un espace sûr et sans jugement, il peut être tout à fait libérateur de laisser tomber certaines de vos angoisses et d’évoquer clairement vos attentes. Le résultat idéal serait que vous discutiez tous deux de vos besoins et que vous parveniez à une solution et/ou que cela débouche sur la volonté de travailler ensemble à la mettre en œuvre.

4. Investir les préliminaires

Le sexe avec pénétration n’est qu’une infime partie de ce que peut être une relation sexuelle. Les préliminaires jouent un rôle important dans la façon dont on apprécie sa sexualité. Vous pouvez vous faire des massages, vous envoyer des sextos, prendre un bain ensemble ou même vous masturber mutuellement. C’est le type de scènes que l’on voit rarement dans le porno grand public, même si elles sont à l’avant-garde d’une connexion intime.

5. Se laisser tranquille

Si vous trouvez que vous avez du mal à profiter du moment présent pendant les rapports sexuels – toujours coincée par vos pensées négatives sur ce que vous êtes en train de faire ou justement de ne pas faire… – pourquoi ne pas créer une atmosphère qui vous permettrait de vous concentrer sur des choses positives et sexy ? Par exemple en allumant des bougies parfumées, en pensant à quelque chose d’osé, en regardant du porno éthique ou même en écoutant de la musique qui vous fait du bien.

6. Tester des nouveautés avec son partenaire

Pour introduire un peu de nouveauté au lit, vous pouvez essayer de nouvelles positions du kamasutra, organiser à des jeux sexuels ou utiliser des sextoys. La pénétration ne doit pas nécessairement impliquer les seuls organes génitaux, les sextoys sont un excellent moyen d’ajouter encore plus de plaisir à vos moments de jeu. Trouvez un espace/une action/une position/une activité qui vous fait vous sentir puissante, excitée et en sécurité.

7. Se masturber

La masturbation est la forme ultime d’amour de soi et de soin de soi. Pendant vos moments de solitude, vous avez la possibilité d’explorer votre corps, de découvrir ce qui vous fait du bien et ce qui vous plaît moins. La masturbation vous permet de prendre tout le temps dont vous avez besoin pour vous sentir à l’aise et pour aimer encore plus votre corps. Dans un monde qui capitalise sur le doute de soi, l’amour de soi est un acte de rébellion fort.

8. Accepter que le sexe ne soit pas toujours parfait

Le sexe est rarement parfait. Il y a souvent des tâtonnements, des moments inattendus qui peuvent se révéler drôles, parfois des moments gênants (expulsions de fluides corporels ou autres…). Mais si vous êtes avec une personne en qui vous avez confiance, sachez que ces moments peuvent en fait être des moments de rapprochement. Le fait de pouvoir rire ensemble pendant l’intimité peut faire retomber la pression et vous encourager à pousser plus loin l’exploration sexuelle. Encore une fois, le vrai sexe n’est pas celui que l’on voit dans les films pornographiques grand public.

En d’autres termes, vous avez la possibilité de changer la donne, pour vous-même ou avec votre partenaire, et de supprimer l’aspect paralysant de l’anxiété autour de la performance.

Femmes du monde entier, il est temps de prendre votre pouvoir en main et de vivre des expériences sexuelles transcendantes.