Les Amis de la Prépa – Partie 2

 

Je ne compris pas tout de suite quand la main d’Anne se posa sur mon short, empoignant mon dard fébrilement moulé dans mon shorty. En quelques secondes ses doigts avaient contourné les différents élastiques et étaient au contact de la hampe. Sans que je ne vis la main gauche de mon amie, je pouvais imaginer au regard de Quentin qu’elle était sur sa queue. Nous avons tous deux posé nos bouches sur les joues écarlates d’une Anne transfigurée sous ce soleil d’altitude, elle se déroba à nos baisers, s’agenouilla dans l’herbe tandis qu’elle avait fait glisser nos vêtements à nos pieds avec une dextérité déconcertante.

amis prepa

Sa main s’enroulait désormais autour de ma queue tandis que sa bouche gobait le chibre court mais large de Quentin. Elle me branlait délicatement, les yeux alors tournés vers mon pote qu’elle suçait. Ses doigts frottaient avec minutie le long de ma tige, décalottant mon gland encore trop sec. Elle dût s’en rendre compte car sa bouche abandonnant le chibre de Quentin, non sans déposer en son sommet un baiser humide, elle se retourna vers moi, elle fit glisser ses lèvres mouillées sur mon gland jusqu’à enserrer la couronne de ma queue fine, tournant ensuite frénétiquement sa langue sur les chairs légèrement endolories par sa délicieuse branlette. Ses mains prenant le relais de sa bouche, enserraient la bite de Quentin qui soufflait fort. Le regard d’Anne qu’elle plongeait dans le mien était porteur d’une flamme vicieuse que je lui ignorais.

Avec un tel traitement, après l’année que je venais de passer à mettre de côté ma sexualité, j’ai atteint très rapidement le seuil de non retour. Anne ayant perçu ma proche éjaculation avait reculé sa bouche, j’ai alors giclé mon sperme en cinq rasades qui m’arrachaient autant de râles. Anne, impassible, m’a souri d’un air amusé avant de rapidement reprendre le dard de Quentin en bouche tandis que mon liquide nacré coulait sur ses seins.

Je voyais sous le soleil à son zénith, au milieu de ce vallon tranquille, Quentin arc bouté, le torse brillant de crème solaire, Anne à genoux devant lui sa bite dans la bouche, sa peau pâle luisante enduite du mélange de l’émulsion anti UV et de mon sperme. Quentin hoqueta sans qu’Anne ne bronche, elle accrocha ses mains à ses fesses alors qu’il déversait son flot âcre dans sa bouche. Quand enfin elle abandonna sa proie qui s’affaissait, je l’ai vue déglutir en me souriant, avalant la liqueur de Quentin sans bouder son plaisir.

Anne qui était la seule a encore porter son short le fit glisser avec sa culotte, on s’affala tous les trois nus dans l’herbe de l’alpage, sous le ciel azur, laissant nos corps ressuscités se laisser traverser par les rayons puissants du soleil.

Après ces quelques minutes de répit, je pris la main de notre amie et l’invita à venir plus près de moi. Elle s’accroupit au-dessus de ma bouche me laissant tout loisir de fouiller de ma langue les replis de sa chatte. Je découvrais avec plaisir le goût musqué de ses lèvres intimes où les odeurs marines de sa mouille très abondante se mêlaient aux saveurs salées de sa transpiration.

Le plaisir de déguster son jus ravivait petit à petit ma verge qui sortait de sa latence. Quentin s’était relevé, fier et droit, au cœur du vallon baigné de soleil, sa queue avait déjà retrouvé toute sa fermeté et Anne l’avait goulûment reprise en bouche, s’agrippant à mes hanches, enfonçant ses ongles dans mon aine pour ne pas perdre l’équilibre.

Ayant léché ses lèvres jusqu’à leur sommet, je faisais désormais rouler sous ma langue le gland de son clitoris qui s’échappait de son capuchon. Sa mouille toujours plus abondante ruisselait mélangée à ma salive jusqu’au fond de ma gorge. Elle se dérobait en des mouvements désordonnés. Ayant du mal à respirer elle lâcha la queue de Quentin pour haleter plus librement.

Elle se redressa alors, me fit face, et s’embrocha sur mon chibre qui avait totalement retrouvé sa raideur.

D’abord réservée, elle se démenait maintenant énergiquement sur ma queue. Puis elle se figea totalement. J’avais complètement perdu de vue mon complice Quentin. Au court de cette pause, alors que je voyais les yeux noirs figés d’Anne qui semblaient hypnotisés, elle se mit à souffler difficilement. C’est à ce moment que je sentis la paroi supérieure de son vagin compresser mon dard davantage dans un très lent mouvement qui remontait péniblement. Il me fallut quelques secondes pour réaliser que cette sensation c’était la queue épaisse de Quentin qui se frayait un chemin dans les entrailles de notre amie par son cul.

Nous sommes restés quelques instants ainsi immobiles, appréhendant progressivement ces sensations puissantes, jamais nous n’avions été si proches tous les trois, dans tous les sens du terme. Puis Anne s’agita à nouveau, d’abord très lentement puis plus énergiquement, nous l’accompagnions dans cette folle étreinte, le bruit du ruisseau ne couvrant plus nos gémissements que l’écho de la montagne nous renvoyait fidèlement.

Nous étions en sueur, nos corps luisant sous le soleil brillant de cet après-midi de Juillet. Anne hurla son plaisir quand son corps se figea, à mon tour j’exultais, mon sperme giclant dans son vagin compressé par la bite toujours besogneuse de Quentin que je sentais s’activer de l’autre côté des chairs dans lesquels je glissais. Ne m’étant pas encore retiré je sentis la bite de mon ami tressaillir alors qu’il haletait. Il venait de livrer à son tour sa pâle semence qui, quand il se retira, coula entre les fesses d’Anne.

Les orgasmes avaient cette fois eu raison de nous. Nous étions étendus nus dans l’herbe, nos corps brillants de sueur, de salive, de sperme et de mouille. Tous les trois nous avions les bras en croix pour offrir au soleil la plus grande surface possible de nos êtres afin qu’il sèche notre peau, mais surtout pour qu’il nous recharge de sa belle énergie. Notre carence de sexe et d’UV prenait fin en cette belle après-midi. Certes notre amitié ne survivrait pas à cette aventure, mais nous nous reconnections enfin à nos corps oubliés.

Le retour au chalet durant la fin de l’après-midi fut calme. Encore secoués, nous n’avons pas échangé un mot. La soirée fut banale, après avoir regardé la télévision, affalés sur le canapé nous avons chacun rejoint nos chambres. Le lendemain, les vacances prenaient fin, nous avons rangé le chalet, fait le ménage et nous avons repris la route pour retrouver nos familles. Nous ne nous sommes pas rappelés de toutes les vacances. À la fin de l’été il faudrait de toute façon oublier cet épisode, nos aventures et le soleil pour reprendre le chemin de notre classe pour une nouvelle année besogneuse sans U.V. et sans sexe.

Fin

Toni ParennebiteArticle écrit par Toni Parennebite

Passionné de littérature érotique, un jour j’ai décidé de prendre la plume et de répandre avec les mots les idées qui sommeillaient dans mon esprit.
Auteur en herbe, je vous propose ici mes premiers récits qui j’espère vous transporteront dans un univers sensuel plein de volupté.

Laisser un commentaire