Six Mois, Peut-être Plus

C’est le hasard d’une bousculade qui nous a jetés dans les bras l’un de l’autre. Nous étions tous les deux trop timides pour faire le premier pas. On se croisait depuis plusieurs mois, au milieu de quelques amis en commun, on s’observait, on guettait les regards de l’autre. L’attirance était réciproque mais sans certitudes flagrantes, aucun de nous n’osait bouger. Au fond, nous aimions ce jeu, ces paroles anodines échangées alors que ça bouillonnait en nous…

Six Mois Peut-être Plus

Et un soir, il y avait du monde dans le bar, on fêtait un anniversaire, il y a eu une légère bousculade. Mon visage n’était qu’à quelques centimètres du sien. Elle me regardait de ses yeux clairs au-dessus de son nez fin et de ses lèvres roses. Nous sommes restés de longues secondes à nous perdre dans les yeux l’un de l’autre, ou peut-être que cela ne dura qu’un instant. Puis je l’ai embrassée, ou peut-être que c’est elle qui a posé ses lèvres sur les miennes. Et puis tout s’est enchaîné. Nous avons passé la soirée à caresser nos mains, nos visages, à nous embrasser, à respirer l’odeur de l’autre. Nous ne prononcions que de rares mots. Nous avions toute la vie pour parler.

Je suis allé chez elle, ou peut-être que c’est elle qui est venue chez moi. Nous avons laissé nos amis et nous sommes partis sans rien dire. Arrivée chez elle, ou chez moi, nous avons enlevé nos chaussures devant la porte puis tous nos habits. Je contemplais son corps, une brindille blanche fragile et superbe. Sa peau était douce, comme un champ de coton. Ses petits seins marbrés par les veines qui les traversaient, avaient le goût de cerise, ou peut-être que c’était la forme de ses tétons roses.

Elle s’est allongée sur le ventre dans la chambre, j’ai posé ma joue sur ses fesses et elle a ri. Ma joue était froide, j’ai senti son rire vibrer dans sa peau. J’ai caressé doucement ses fesses, deux petits animaux fragiles. J’ai embrassé son dos, très lentement, de doux baisers qui craquaient à peine. Elle a fermé les yeux. J’ai posé à nouveau mon visage contre ses fesses. Ses jambes étaient très légèrement écartées et je devinais entre ses cuisses quelques poils soyeux qui couvraient son sexe. J’ai approché ma bouche et j’ai glissé ma langue. Elle avait goût de framboise… Je voulais apprendre son sexe par cœur, apprécier les plus petits détails qui le composaient. La taille de ses lèvres, les teintes de son clitoris, ma langue fouillait chaque recoin pour mieux le connaître. Elle avait toujours les yeux fermés, elle mordait sa lèvre inférieure et son visage était calme et paisible. Elle profitait de mes caresses en silence, je n’entendais que sa respiration.

Elle s’est retournée sur le dos, elle s’est blottie dans mes bras en caressant mon torse. Sa main passait sur mon corps comme un courant d’air chaud, doux, envoutant. Elle a effleuré mon pénis, l’a saisi en douceur entre ses doigts. Elle a plongé son regard dans le mien et m’a embrassé. Elle m’a attiré sur elle et a écarté doucement les cuisses pour me faire une place. Je suis entré en elle très doucement, pour profiter de l’instant, la découverte des sensations de son sexe tendre et tiède. Elle s’est cambrée et d’un mouvement de bassin, nos intimités se sont mêlées l’une à l’autre. J’accélérais peu à peu, la douce excitation devenait un désir plus ardent, après ces mois à nous contempler en silence. Je me suis redressé, m’agenouillant entre ses cuisses que j’attrapais et je les faisais avancer et reculer à un rythme toujours plus intense. Je voulais être absorbé par son corps. S’il n’y avait son visage rose de plaisir, ses lèvres entrouvertes et son regard dans le vague qui semblait en réclamer davantage, j’aurais probablement calmer ma fougue de peur d’abimer ce corps si léger et si fin. Nous avons fait l’amour sans jamais cessé de sourire. Ensuite, nous avons été dans la cuisine, nous avons bu un peu d’eau et mangé un morceau de pain. Nous sommes retournés dans la chambre et nous nous sommes collés l’un à l’autre, toujours nus, dans le lit.

Au petit matin, j’ai soulevé la couverture pour observer son corps endormi. J’ai glissé le bout de mon index sur sa peau. Depuis sa cheville je suis remonté le long de sa jambe blanche, de ses cuisses laiteuses, jusqu’à son nombril, j’ai à peine effleuré son sexe et elle a souri, sans ouvrir les yeux. Mon doigt a continué son chemin, remontant entre ses seins, dessinant les contours ronds de la poitrine et poursuivant doucement vers ses tétons cerise. Puis la nuque, les joues, son nez fin, son front lisse et ses cheveux bruns. Je l’ai embrassée et nous avons refait l’amour, lentement, mon corps derrière le sien, allongés sur le côté, lovés l’un dans l’autre pour ne rien perdre du contact de nos peaux. Je restais parfois immobile un instant, pour sentir la douce chaleur de son sexe autour du mien.

Six mois, ou peut-être plus, d’un amour fusionnel, sans paroles inutiles, sans quotidien dévastateur ni ennui d’aucune sorte. Nos amis riaient gentiment de nous, nous étions le couple débutant, passionné et amoureux à en perdre la tête, et certains guettaient les signes d’un sursaut de normalité. Mais nous avancions les yeux dans les yeux, mains dans la main, sans jamais nous détacher l’un de l’autre, sans que cette fusion ne nous rende fou ou malheureux, au contraire. Six mois, ou peut-être plus, et de nouveau un anniversaire, avec beaucoup de monde et de nouveau ce bar où tout avait commencé. Il faisait chaud, nous sommes sortis pour goûter un peu d’air frais, sa main était dans la mienne, je respirais l’odeur de sa nuque, je rêvais à sa peau laiteuse, j’avais envie de glisser sous son pull pour toucher encore sa douceur. Elle s’est assise sur une chaise, elle était fatiguée et son visage était posé contre ma main. Il y a eu du bruit, des hommes nous regardaient avec des fusils et ils tiraient. Comme les autres autour, nous sommes tombés. Les yeux dans les yeux, mais son regard cette fois était triste. Elle a prononcé des mots à peine audibles, elle était très fatiguée. Et puis, elle est morte. Ou peut-être que c’est moi.

FIN

Paris

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.