Un Sommeil Crapuleux – Partie 4

 

Il avait l’impression très agréable de vivre l’instant au ralenti. Il ne pouvait quitter des yeux son pénis entrant et sortant des fesses de sa copine endormie. Jamais il n’aurait cru que braver un interdit pouvait se révéler aussi délicieux. Un interdit qui n’était que relatif puisqu’elle avait insisté sur le fait que pendant qu’elle dormirait, il devait lui faire absolument tout ce dont il avait envie, sans restriction.

Sommeil Crapuleux

Il n’avait pas oublié pour autant l’objectif initial. Ils avaient voulu redonner une dimension plus érotique à leurs étreintes devenues tristes au fil de leurs efforts à faire un bébé. Et de son côté, il pouvait dire que l’expérience était largement à la hauteur. Il y avait longtemps qu’il n’avait pas pris autant de plaisir… Mais il savait qu’il ne fallait pas jouir. Pas comme ça. Il devait conclure en elle, dans son vagin, et non au fond d’un préservatif tandis qu’il la sodomisait.

Il s’accorda un dernier aller retour le plus lentement possible. Il commença par reculer son bassin et sortit lentement son pénis jusqu’à ne laisser que le gland à l’intérieur. Il resta immobile un instant, à contempler les stries de son anus retroussées, puis il s’enfonça une dernière fois en tenant fermement sa taille entre ses mains. Quelle puissance dans le plaisir ! Quel incroyable délice ! Il la sentait frémir tandis qu’il entrait en elle toujours plus profondément.

Quand son sexe eut totalement disparu, il sentit qu’il devait se retirer bientôt de peur de ne pouvoir tenir plus longtemps. Alors d’un geste un peu brusque, il recula son bassin et repoussa le corps de la jeune femme toujours endormie. Il ferma les yeux et se concentra sur toutes les choses les moins sensuelles qui lui passaient par la tête : les travaux devant son immeuble, un chewing-gum collé sous une table, la fois où il s’était cassé le bras…

Une fois l’urgence de la jouissance passée, il retira son préservatif, prêt à conclure comme il le devait. Il la contempla, son visage rayonnant, perdue dans ses rêves dont il n’avait pas la moindre idée, son corps rosi par l’effort et le plaisir lointain. Il avait encore envie d’en profiter, de prolonger cette expérience qui serait peut-être la dernière du genre.

Alors il fouilla dans la table de nuit et en sortit un joli vibromasseur au revêtement en silicone doux. De dimensions conséquentes, il était destiné à faire vibrer l’intimité féminine en profondeur. Mais comme il s’y attendait, il n’avait pas été rechargé depuis longtemps. Leur vie sexuelle avait été mise entre parenthèse à tous les niveaux… Cela n’avait pas d’importance pour l’usage qu’il voulait en faire.

Son sexe toujours dur, il s’assit en tailleur au milieu du lit avant de l’installer face à lui, les jambes de la jeune femme encerclant son bassin. Il posa la tête souriante sur son épaule, puis il souleva les cuisses roses et sublimes pour la pénétrer. Il entra en elle avec une facilité qui montrait à quel point elle était excitée dans son sommeil. Il la fit remuer d’avant en arrière et il gémit de plaisir. Il attrapa alors le sextoy posé à côté de lui et l’enfonça lentement entre les fesses de la jeune femme. Il sentait l’engin progresser le long de sa hampe à travers la mince paroi qui séparait le vagin du colon.

Il savait que son excitation ne résisterait pas longtemps à cette double pénétration alors il fit aller et venir le sextoy avec fougue tandis qu’il accélérait les mouvements de bassins de la jeune femme remuant sur lui. Tout son pénis était enfoui en elle lorsqu’il jouit. Il poussa un cri impossible à réfréner et sentit les salves de sa semence se répandre abondamment en elle. L’orgasme était d’une puissance inimaginable, et même quand il eut fini d’éjaculer en elle, allongé sur le dos la jeune femme sur lui, il sentait encore l’extase poursuivre sa course à travers tout son corps.

Après de longues minutes, il se leva finalement, en sueur, et le corps rougi par l’orgasme qui l’avait submergé. Elle se réveilla quelques instants plus tard.

Elle sentait encore la jouissance de son rêve quand elle le vit près d’elle, haletant, encore secoué par son orgasme. Sa déception de ne pas être dans le salon comme elle se l’était imaginée fut de courte durée. Elle fut d’abord excitée de le voir ainsi, ayant du mal à se remettre de son plaisir, et puis elle ne tarda pas à sentir des douleurs agréables dans tout son corps… Il ne l’avait pas ménagée.

Elle eut même un rictus de plaisir douloureux quand elle se tourna vers lui. Son anus était extrêmement sensible. Elle avait du mal à bouger et remuer les jambes tant son sexe et ses fesses étaient lourdes. Mais elle était heureuse et très excitée à l’idée de ce qu’il avait pu lui faire… Ils se regardaient tous les deux dans le blanc des yeux, un sourire béat sur le visage, l’expérience était concluante.

Ils savaient qu’ils ne devaient pas recommencer trop tôt ce type d’aventure. D’abord parce qu’elle ne pouvait pas abuser de ces somnifères et puis parce que le caractère exceptionnel était pour beaucoup dans la réussite orgasmique. Mais ils recommencèrent à faire l’amour avec plus de bestialité et d’érotisme qu’auparavant, comme s’ils avaient rechargé leurs batteries…

Et quelques jours plus tard, lorsque ses règles tardèrent à venir, ils déballèrent le test de grossesse avec moins de fébrilité que les derniers mois. Ils avaient eu de nombreuses fausses alertes mais cette fois, ils attendirent la réponse du petit appareil sans appréhension. En attendant de voir venir cet enfant qu’ils désiraient tant, leur vie sexuelle et amoureuse était d’une douceur nouvelle qui les aiderait à être patients.

Fin

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.