20 Critères de Beauté Anciens : les Goûts Sont dans la Mode, Pas dans la Nature

« Non, elle n’est pas moche, c’est juste qu’elle est née à la mauvaise époque. »

Voilà ce que vous pourrez désormais avancer pour défendre des physiques injustement martyrisés. Si vous pensez que vos goûts esthétiques sont dictés par votre raffinement personnel et votre personnalité unique, vous faites fausse route.

Comme les habits ou la musique, la beauté physique est une question de mode et de culture. Et si vous trouvez que votre dernier rouge à lèvre vous rend plus belle, c’est uniquement parce que la société contemporaine vous le susurre à l’oreille ! Et pour vous prouver la subjectivité totale de la beauté, nous vous avons sélectionné 20 exemples de critères esthétiques d’époques et civilisations différentes qui vous laisseront coi.

1) La déformation volontaire du crâne

Avoir un joli crâne exagérément étiré vers le haut, façon ballon de rugby, voilà une tendance beauté qui a existé entre le premier et le cinquième siècle de notre ère ! Dans certaines civilisations, on bandait les crânes des bébés jusqu’à ce qu’ils deviennent adolescents pour contrôler le grossissement de la tête dans la forme esthétique recherchée… Avoir la grosse tête faisait fondre le cœurs !

2) Les dents noires

Entre le 3ème et 6ème siècle, les Japonais pratiquaient « l’ohaguro » ou noircissement des dents… Cette tradition était à la fois culturelle et esthétique, les dents noires représentant la vertu de la femme et sa situation maritale… On est loin de la pub de dentifrice qui promet des dents à la blancheur immaculée !

3) Le front dégarni

Un must have du Moyen-âge chez les femmes ! Il fallait arborer un front qui ne finit pas pour faire tourner les hommes sur son passage. Les femmes n’hésitaient pas à se raser les tempes pour que le front paraisse encore plus grand.

4) Les pieds minuscules

Ce chic à la chinoise a prouvé que le dicton « il faut souffrir pour être belle » pouvait être considéré littéralement. Du Xème siècle jusqu’au début du XXème, on bandait les pieds des femmes dès leur enfance pour les empêcher de grandir et qu’ils soient ainsi les plus petits possibles… On imagine les dégâts pour le corps et les souffrances endurées.

5) Les ongles longs

On reste en Chine avec cette mode des ongles longs qui dura plusieurs siècles chez les nantis. Hommes et femmes se laissaient pousser les ongles jusqu’à des longueurs qui ne rendaient pas pratiques l’usage de leurs mains… Et c’était là l’objectif ! On prouvait ainsi à tous que l’on était suffisamment riche pour ne pas avoir besoin de travailler de ses mains. Aujourd’hui encore, il n’est pas rare de croiser dans l’empire du milieu des hommes dont l’ongle de l’auriculaire est exagérément long…

6) Les sourcils colorés à la chinoise

Encore un peu de Chine avec la mode des sourcils colorés ! L’idée était à la fois de teindre le sourcil dans des couleurs chamarrées mais également de renforcer les émotions sur le visage… Par exemple, en colorant les sourcils dans une inflexion vers le bas, on donnait un rendu mélancolique au visage !

7) Les mollets masculins

Si les jambes des femmes sont un atout beauté convoité de nos jours, au Moyen-âge, c’était le mollet des hommes qui forçait l’admiration. C’est la raison pour laquelle ils portaient des chaussettes apparentes remontant jusqu’au dessus du genou, dévoilant ainsi leurs mollets exceptionnels…

8) Le maquillage du corps à la renaissance

Pendant tout le Moyen-âge, le maquillage est très mal vu, alors lorsque la mode change et qu’il est enfin accepté dans les mœurs, les femmes s’en donnent à cœur joie… Et elles se maquillent non seulement le visage mais aussi le buste et les seins !

9) L’épilation des cils

Au moyen âge encore, définitivement une belle époque, le cil était considéré comme beaucoup trop sexuel pour être ainsi montré en public. Les femmes de bonne famille faisaient donc disparaître leur cil pour un regard moins fripon (et s’entraîner à surmonter la douleur)…

10) Prendre la mouche

Voilà une habitude esthétique parmi les plus célèbres chez nos ancêtres du XVIIIème siècle : le port de la mouche. Il s’agissait en fait d’un petit morceau de tissu noir imitant le grain de beauté et que les femmes collaient où elles le désiraient sur leur visage.

11) La pâleur et les veines apparentes

Au XVIIème siècle, il était de rigueur d’avoir le teint le plus pâle possible, pour montrer qu’on ne prenait jamais le soleil, c’est-à-dire qu’on n’avait pas besoin de travailler… Et pour accentuer cet effet de blancheur, les dames n’hésitaient pas à dessiner des veines bleutées sur la peau !

12) Les hanches larges

Toujours au XVIIème siècle, le visage pâle ne suffisait pas à faire de la femme une bombe sexuelle. Encore fallait-il qu’elle possède une poitrine avantageuse et des hanches larges, très larges, plus larges que ses épaules ! Il fallait pour cela avoir recours à des harnachements en bois au confort réjouissant…

13) Le piercing sous l’ère victorienne

Les anglais étaient peut-être excessivement puritains sous l’ère victorienne, il n’empêche que certains messieurs n’hésitaient pas à se faire percer le gland et quelques dames avaient coutume de faire de même dans leurs mamelons… On prétend que le Prince Albert lui-même avait succombé à cette mode esthétique !

14) L’épilation intégrale des amérindiens

On a retrouvé parmi les témoignages des premiers européens qui ont foulé les terres américaines, des mentions concernant le sexe des femmes amérindiennes entièrement rasés… Le poil était déjà un ennemi de la beauté de ce côté là de l’Atlantique !

15) Les seins séparés du 19ème siècle

Le corset a fait souffrir les femmes durant de nombreux siècles pour répondre à des critères esthétiques très précis. Au XIXème siècle par exemple, il s’agissait de bien séparer les deux seins, de mettre de la distance entre les deux, c’est ainsi qu’est apparu le « corset de divorce » !

16) Le mono sourcil grec

Rien de tel qu’un bon gros mono sourcil pour embellir le visage d’une dame… Voilà comment les Grecs voyaient les choses ! Un sourcil fourni chez une femme était un signe d’intelligence et de pureté. Elles n’hésitaient pas à renforcer l’effet à l’aide de maquillage…

17) L’androgynie des années 1920

Les amateurs d’ambiance à la Agatha Christie le savent, dans les années 1920, les femmes commencent à porter des pantalons, à avoir des cheveux courts et à cacher leurs seins ! Avoir l’air d’un garçon est le top du top de l’esthétisme…

18) La jambe peinte

Une élégance toute caractéristique de la seconde guerre mondiale où les collants et bas manquaient… Alors pour lutter contre la pénurie et avoir une belle jambe malgré tout, les femmes peignaient leurs gambettes avec toutes sortes de condiments sortis de la cuisine pour donner l’illusion !

19) Le pulpeux des années 1960

Le sex-appeal façon Marilyn Monroe a rendu fou de désir toute une génération d’hommes, avec le président Kennedy en tête ! Lèvres pulpeuses, corps bien en chair, poitrine généreuse…

20) La maigreur plate des années 1990

Kate Moss, Jane Birkin… On voit fleurir dans les années 1990 des femmes à la maigreur assumée, sans poitrine, sans hanche. Une mode en perte de vitesse mais qui perdure encore malgré les avertissements sur les dangers pour la santé…

La beauté selon internet

Le botox, le blanchiment des dents, le « thigh gap »…  Avec les réseaux sociaux, les modes beauté vont et viennent à toute vitesse et nous vivons les phénomènes de mode des siècles passés en version accélérée. Une course à la perfection d’autant plus absurde qu’elle est souvent mensongère, avec les filtres, retouches et autres astuces modernes qui vénèrent une beauté qui n’existe même pas ! Alors n’oubliez pas qu’être beau aux yeux de la société n’est qu’affaire de mode et ses critères de plus en plus éphémères…

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.
X