8 Questions à se Poser pour Savoir Si le Polyamour Est Fait pour Vous

Le polyamour, ce schéma de couple qui consiste à mettre fin à toute exclusivité en permettant à ses membres d’aimer ailleurs dans la lumière, est une tendance qui se répand de plus en plus. Allongement de l’espérance de vie, goût pour la liberté, envie de profiter de l’existence et désir d’honnêteté en font une alternative au duo amoureux traditionnel qui peut en tenter certains.

8 Questions à se Poser pour Savoir Si le Polyamour Est Fait pour Vous

Le polyamour nécessite cependant d’être capable de quelques concessions et changements radicaux dans sa perception du monde. Il n’est donc pas fait pour tous et la pire des solutions serait de s’y plonger alors que l’un des deux amoureux a quelques doutes… Alors afin de vérifier si cette pluralité amoureuse est faite pour votre couple, voici 8 questions qu’il faut vous poser d’après le Docteur Zhana, experte américaine en sexualité.

1) Souhaitez-vous vraiment une relation libre ?

Cela peut sembler une question évidente, mais bien trop souvent certaines personnes se lancent dans l’union libre alors qu’au fond d’eux, ils n’en veulent pas. Contrairement à ce que les adeptes virulents du polyamour prétendent, tous les êtres humains ne sont pas non-monogames au même degré. Il faut le considérer plutôt comme un trait de personnalité ou une philosophie de vie. Certains sont très introvertis et monogames, d’autres sont parfaitement extravertis et polygames quand d’autres, enfin, se situent entre les deux. A vous de voir où vous vous reconnaissez. L’idée d’avoir plusieurs partenaires sexuels ou amoureux vous semble-t-elle bénéfique et excitante ? Si la réponse est non, la relation libre n’est sans doute pas faite pour vous.

2) Votre couple est-il stable et heureux ?

Si vous êtes actuellement dans une relation monogame et que vous êtes en train de vous tâter à la rendre ouverte aux aventures extérieures, assurez-vous qu’elle soit suffisamment solide. Est-ce que vous êtes amoureux et proches, vous sentez-vous connectés l’un à l’autre, avec un désir fort de rester ensemble ? Si ce n’est pas le cas et que vous souhaitez vous lancer dans la relation ouverte dans l’espoir de sauver votre duo fragile, vous courrez à la catastrophe…

3) Parlez-vous facilement de sexe et de votre relation entre vous ?

Avant de vous lancer dans l’aventure du couple libre, vous devez en avoir discuté maintes fois entre vous et être certains des règles à fixer. Règles qui peuvent par ailleurs évoluer au fil du temps en fonction de vos envies et besoins à tous deux. Il faut donc que la discussion sur le sujet soit aussi naturelle que fréquente, sans tabou ni non-dit. Vous devez être capables de gérer les problèmes, conflits, doutes, jalousie, rejets… à tout moment pour que la relation reste saine. Certaines personnes ne sont pas à l’aise avec ce genre de discussion ou ne sont pas très habiles à exprimer leurs désirs et envies. Si c’est votre cas, vous devriez sans doute réfléchir à deux fois avant de vous lancer dans l’aventure libre : vous risquez beaucoup de dégâts douloureux dans votre couple.

4) Êtes-vous très jaloux ?

Nous ne sommes pas tous égaux face à la jalousie, comme pour n’importe quel trait de caractère. On a tendance à penser que pour réussir sa vie polyamoureuse, il faut être totalement imperméable à la jalousie, mais de nombreux couples libres ressentent occasionnellement de la jalousie. C’est cependant un indéniable avantage si vous n’êtes pas de nature jalouse. En revanche, si vous êtes du genre jaloux féroce, mieux vaut éviter la relation libre, même s’il y a des chances que cela ne vous vienne pas à l’esprit !

5) Quel est votre niveau de dépendance affective ?

Découvrez quel type d’amoureux(se) vous êtes ! A quel point vous vous reconnaissez dans ces descriptions : « J’ai peur que mon partenaire ne tienne pas à moi autant que je tiens à lui ou elle, » « J’ai besoin d’être souvent rassuré sur l’amour de mon partenaire, » « J’ai souvent l’angoisse d’être abandonné(e). » En fonction de votre tendance à l’une ou l’autre de ces affirmations, vous saurez si vous êtres plutôt du genre possessif et dépendant. Et si c’est le cas, oubliez la relation libre.

6) Jusqu’à quel quel point êtes-vous ouvert ?

L’établissement de règles claires et bien définies sur qui, quand, comment et où, vous et votre partenaire pouvez vivre votre amour libre est un point absolument essentiel pour que cela s’avère un succès. Mais ces accords ne sont pas tout blanc ou tout noir, ni gravés dans le marbre. Il est donc essentiel que vous sachiez si vous pouvez tolérez une petite transgression dans les zones grises de vos règles sans que cela ne mette votre couple en danger. Par ailleurs, il faut aussi que vous acceptiez que les règles évoluent… Certains font face à ces changements de règles plus facilement que d’autres. Ils ajustent alors en fonction des événements sans en prendre ombrage. D’autres au contraire, prennent toutes modifications comme une agression et une menace et préfèrent les règles indéboulonnables. Pour ces derniers le polyamour risque d’être beaucoup plus difficile à gérer.

7) Comment gérez-vous vos émotions ?

Qu’importe que vous communiquiez facilement, que vous soyez à l’aise avec l’évolution des règles et prêt(e) à accepter la relation libre la plus complexe si vous êtes sujets aux émotions négatives en un clin d’œil… Jalousie, colère, peur, insécurité, déception… Certains ont moins de mal à gérer leurs émotions et à les transformer de façon constructive en les analysant et en prenant du recul. Savoir prendre ses distances et relativiser permet de ne pas réagir à chaud. Les personnes qui réagissent dans l’instant, qui ruminent les choses et ne parviennent pas à analyser calmement risquent de souffrir du polyamour et de mettre leur couple en danger.

8) Connaissez-vous des personnes en union libre ?

Même si les couples libres sont de plus en plus nombreux et dépeints de façon plus positive qu’avant, cela reste un choix de vie alternatif qui a ses détracteurs et ses stéréotypes négatifs nombreux. Les adeptes de l’union libre sont taxés d’égoïsme, d’immoralité, sont accusés de répandre des maladies, etc… Beaucoup se retrouvent confronter au regard féroce des autres et notamment de la famille et des amis. Cette marginalisation basée sur la vie amoureuse peut conduire à plus de consommation de stupéfiants, plus de sexe risqué, etc… d’après une étude menée par l’Université de Harvard. Ainsi, il est toujours préférable d’avoir quelques amis ou familles adeptes du polyamour pour ne pas se sentir isolé dans son choix !

Mûre réflexion

Soyez donc sûrs de vous avant de vous aventurer dans les contrées glissantes de l’amour libre. Ces quelques questions vous donneront les pistes nécessaires pour savoir s’il vous faut abandonner l’idée du polyamour, ou si vous pouvez faire un premier pas vers cette sexualité hors norme. Et si ce questionnaire a confirmé votre désir d’amour libre, n’oubliez pas que vous êtes deux dans l’aventure et qu’il est plus que préférable que votre moitié soit au moins aussi d’accord que vous !

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.