Lecture Érotique avec Isaac…

A cette époque, Isaac et moi nous voyions régulièrement et sans pression depuis plusieurs semaines. Je l’aimais vraiment bien avec ses cheveux très noirs et ses yeux noisette. En tant que militaire, il dirigeait un groupe censé venir en aide aux victimes d’agressions sexuelles. Je peux vous dire qu’il cochait allègrement tous les critères de ma liste : grand, musclé et beau… Cerise sur le gâteau, il était également vraiment intéressant, facile d’accès et d’une grande gentillesse. Nos conversations sur l’oreiller étaient toujours nourries et vives. Je vous ai déjà dit que je l’aimais beaucoup ?

reading

Un soir, alors que nous échangions une volée de SMS, je lui ai fait savoir que j’avais écrit une nouvelle érotique. Je ne me souviens plus si c’est moi qui lui ai proposé de la lui envoyer ou si c’est lui qui me l’a demandé. Toujours est-il que j’ai fini par la lui envoyer en lui précisant que l’un des personnages de l’histoire portait son prénom. Isaac. L’un des prénoms masculins que je trouve les plus sexy. En toute objectivité. J’étais un peu embarrassée par cette confession. Mais il me rassura sur le champ en affirmant que sa lecture n’en serait que plus excitante. Il me confia avoir beaucoup apprécié mes écrits et cela me fit vraiment plaisir. Je me sentais à la fois soulagée et excitée que mes mots et mon imagination aient su lui parler et titiller son désir.

Quelques jours plus tard, il partagea par message une de ses idées croustillantes : nous lire des textes érotiques à voix haute alors que nous ferions l’amour. Ce texto me donna vraiment chaud. Je n’avais jamais réalisé aucune expérience de ce genre mais ma curiosité (et disons-le, mon excitation) ont vite pris le pas sur cette légère appréhension. D’autant qu’Isaac et moi connaissions une réelle alchimie au lit.

Isaac était très habile. Il savait toujours précisément comment j’avais envie d’être touchée. Il m’embrassait, me tenait, me pénétrait comme j’avais toujours eu envie de l’être mais sans jamais avoir osé le demander. Par exemple, je fantasmais depuis des années sur le fait d’être prise dans la position de la cuillère. Je ne l’avais jamais fait jusqu’au jour où Isaac a initié la chose en me disant que c’était sa position sexuelle favorite. Parfois en l’embrassant, j’avais l’impression de m’embrasser moi-même. Je ne suis pas sûre d’être très claire… Je ne sais pas comment l’expliquer mais c’est en tout cas vraiment ce que je ressentais alors.

Nous avions maintenant convenu d’une date pour notre rendez-vous érotique. Nous avions décidé de nous retrouver chez moi et que nous lirions des textes érotiques à tour de rôle sur mon ordinateur. La perspective de cette soirée m’excitait tellement que j’ai eu bien du mal à me concentrer ce jour-là. Même les gestes les plus banals me semblaient compliqués à réaliser tant je n’avais que notre soirée en tête.

Comme prévu, à l’arrivée d’Isaac, nous nous sommes enfermés dans ma chambre. Nous avons discuté un petit moment. Il sentait tellement bon. Toucher son corps, c’était avoir un avant-goût du paradis. Pressés d’en arriver à ce qui nous avait occupé l’esprit toute la journée, nous nous sommes rapidement déshabillés et installés sous la couette. Isaac se cala derrière moi en cuillère tandis que je gardai mon ordinateur devant moi. Il nous restait un dernier détail à régler : quel texte allions-nous lire ?

Isaac n’avait pas à proprement parlé de texte préféré. Je lui parlai alors d’un de mes textes favoris, avec un peu de réticence car je le trouvais aussi excitant qu’étrange. Il est question dans ce texte de deux personnes qui créent ensemble un appareil de recherche sexuel. L’un des personnages oblige ensuite le second à en être le premier cobaye. Ce texte satisfait mon kink pour le domaine médical, la contrainte sexuelle et le désir d’être dominée. Isaac me confirma qu’il était partant pour plonger avec moi dans cette histoire. Après quelques recherches, je retrouvais le texte et la lecture put commencer…

Quelle expérience incroyable ! Je sentais son sexe contre mes fesses et je pouvais entendre sa respiration s’accélérer alors que nous progressions dans la lecture. Notre sueur se mélangea et nos peaux se collèrent. Ses mains se mirent à explorer mon corps. Et l’une des miennes et mon bras « enjambaient » son corps pour pouvoir faire de même. Il me caressait les cuisses, les hanches, les seins et me mis un doigt dans la bouche afin que je le lèche et le suce. J’enroulai ma langue autour de son doigt dans le même mouvement que j’aurais utilisé pour m’occuper de son sexe. De temps en temps, je tournais la tête afin de pouvoir l’embrasser. Je bougeais constamment les hanches afin de les plaquer contre son corps.

Pour tout vous dire, je suis actuellement dans cette exacte position (en cuillère), seule sur mon lit en train d’écrire ce texte et j’aimerais tant pouvoir revivre à nouveau ce moment.

La température entre nous montait graduellement comme elle le faisait entre les deux personnages de l’histoire.

Une fois notre lecture achevée, Isaac me prit la tête entre les mains et m’embrassa langoureusement et profondément. Nous étions totalement excités et nos corps se cherchaient fougueusement. Il enfila immédiatement un préservatif et me pénétra instantanément et facilement. Son sexe était dur et le mien trempé. J’aimerais me rappeler tous les détails de ce qui s’est passé ensuite. Mais hélas, tout se confond dans un mélange de gémissements, de rires, de coups de langue, de morsures, d’halètements, de pénétrations diverses. Existe-t-il une meilleure sensation que celle de coucher avec quelqu’un qui vous fait rire et gémir simultanément ?

Après ces ébats intenses, nous nous sommes câlinés, nous avons parlé et nous sommes rafraîchis en buvant de l’eau. Isaac a fini par s’endormir. Je me suis moi aussi préparée à dormir et ai éteint les lumières. A peine glissée sous les draps, Isaac m’attira à lui. Je me suis tournée pour lui faire face. Nos jambes se sont entremêlées et nous ne pouvions empêcher nos mains de partir à la redécouverte du corps de l’autre. Il était tard, nous avions sommeil, mais nous avons continué. Peut-être parce que quelque chose de plus grand que nous nous empêchait de nous arrêter. Je sentis son sexe durcir à nouveau. Je m’installai sur lui et il empoigna mes hanches, mes fesses, ma taille. Je commençai instinctivement à frotter mon sexe contre lui. Isaac se releva et me poussa sur le matelas. Il m’embrassa avec force. Mes doigts vagabondaient dans ses cheveux.

Je poussai un cri lorsque je sentis son gland, doux et ferme, passer délicatement sur ma vulve trempée. Je ne pouvais pas attendre plus longtemps. Il poussa un cri à mi-chemin entre le gémissement et le grognement. Je lui dis à quel point j’avais besoin et envie de le sentir en moi. Je le suppliai de me pénétrer sans attendre. « Non non ce n’est pas bien », murmura-t-il, enfonçant finalement son sexe nu dans ma chatte, jouissant du plaisir incomparable de se retrouver ainsi peau contre peau, sans la barrière du latex. Je pouvais distinctement sentir son gland à chaque mouvement de va et vient à l’intérieur de mon vagin.

J’enroulai mes jambes autour de lui pour le forcer à rapprocher son corps encore un peu plus du mien. Il me dit qu’il ne pouvait pas se retenir plus longtemps et qu’il était sur le point d’éjaculer. Il se retira et appuya son pénis contre mon ventre avec sa main. Il recommença son mouvement de va et vient plusieurs fois avant que je ne sente son sperme se répandre sur la peau de mon ventre. En sueur, le souffle court et épuisés, nous retournons sous la couverture. Nous nous sommes alors endormis profondément, toujours enlacés.

J’aimais vraiment beaucoup Isaac mais notre histoire s’est arrêtée après quelques mois. Je connais désormais le pouvoir érotique de la lecture pendant une partie de jambes en l’air et je suis certaine de l’intégrer régulièrement à mes pratiques sexuelles. Je serai toujours reconnaissante à Isaac d’avoir été un partenaire aussi doux et passionné et de m’avoir permis d’expérimenter des choses nouvelles. Il ne me reste plus qu’à me mettre en quête d’un nouveau partenaire pour continuer l’exploration du champ des possibles.

 

**Cette nouvelle a été traduite de l’anglais d’après un texte écrit par Rachel @rachelwritesaboutsex. Vous pouvez découvrir le texte en version originale ici.