X

Réunion d’Anciens Élèves

« Écarte les jambes. » Son épaule avait frôlé la mienne et je ne pus retenir un sourire.

Mais j’ai obéi, j’ai desserré les genoux et laissé mon flirt de la fac s’agenouiller près de ma chaise pour qu’il puisse retirer l’un de mes bas pour le petit jeu qui s’annonçait.

Ses doigts faisaient très délicatement rouler le bas le long de ma jambe bronzée. Une ou deux fois, j’ai surpris son regard qui me dévisageait.

Quand ses doigts s’étaient posés sur mes genoux, j’avais eu comme un mouvement de recul et il l’avait bien senti. Il avait alors posé la paume de sa main à l’arrière de mon genou m’envoyant des décharges de plaisir dans tout le corps.

Il sourit, moqueur et me dit : « Toujours aussi chatouilleuse à ce que je vois ! »

« Certaines choses sont immuables, » lui répondis-je en souriant à mon tour.

« Callum mon pote, tu t’en sors ? », lui demanda Sarah, croisant les bras sur sa poitrine. Callum, toujours agenouillé devant moi, ignora sa question et continua de faire rouler le bas, tout en soutenant mon regard.

J’aurais donné n’importe quoi pour que tout ceci ne soit pas un simple jeu, pour me retrouver dans un endroit plus intime que notre ancienne salle d’Histoire-Géo. Ainsi, ses longs doigts pourraient partir à la découverte de mon corps entier.

« Allez les gars ! nous encouragea Will en feignant de nous applaudir. Comment peut-on passer autant de temps à enlever un bas ? »

« Tu en serais bien incapable n’est-ce pas ? » persifla Patricia, le toisant de bas en haut de ses yeux noirs. Will la regarda en silence.

Jamais un silence n’avait été si lourd de sens.

« Je l’ai ! » cria Gabriel en riant tout en agitant une culotte au-dessus de sa tête comme s’il s’agissait d’un drapeau.

« Une culotte ? Sérieusement Patricia ? » lui demandai-je en levant un sourcil incrédule. Elle se contenta de hausser les épaules, détournant par la même occasion son regard de Will.

« Il faut bien pimenter un peu les choses non ? répondit-elle tout en retournant s’asseoir à table. Ces retrouvailles ont été jusque-là assez ennuyeuses. »

« Mais c’était couru d’avance non ? demanda Sarah en sirotant son Moscow Mule. Personne ne mourrait vraiment d’envie de venir. »

« Moi je suis content d’être là, dit Callum en s’asseyant à son tour arborant un malicieux sourire en coin. Et je suis ravi que Patricia soit là car je pense également qu’il faut qu’on pimente un peu les choses. »

Notre petit groupe savait s’amuser autrefois. Cela semblait si loin. Bien avant les super jobs bien payés, les crédits, les maris et les enfants.

Est ce qu’on était pas un peu trop vieux pour ça ?

Nous échangions de longs regards à tour de rôle. Soudainement silencieux, chacun réfléchissait à la suggestion de Patricia. Est-ce qu’on pouvait encore faire quelque chose d’un peu fou ?

Bien sûr que non, me disais-je en mon for intérieur. Mais je ne pouvais m’empêcher de changer de position sur mon siège, l’excitation ayant commencé son œuvre dans mon corps. Tout cela me donnait des frissons.

Patricia, leader naturelle de cette aventure, se leva, se dirigea vers la porte pour la fermer à clé. Elle se tourna ensuite vers le reste du groupe, nous regarda chacun à notre tour droit dans les yeux.

« Qui en est ? Qui a envie de jouer ? »

Le silence régnait. Callum fut le premier à donner son accord.

« Moi aussi », marmonna Will à notre plus grande surprise.

« Allez, moi aussi », dit Sarah en levant les yeux au ciel.

Seuls Gabriel et moi n’avions pas encore répondu. Nous échangeâmes un regard. Le sien était plein de malice.

« On est toujours partants pour jouer ! » avons-nous finalement répondu en chœur. Un sourire s’étendit sur son visage mat.

« Parfait, dit Patricia. Se dirigeant vers nous, elle faisait claquer ses talons sur le parquet. Helena, monte sur la table. »

Comment ça ? Sur la table ? Moi ?

Patricia ne me laissa pas le temps de la questionner. S’approchant de moi et me dominant avec son regard intense, je compris qu’il ne s’agissait pas d’une demande mais bien un ordre : « Sur la table. Immédiatement. »

Je pris une grande inhalation avant de lui obéir. Je me levai de ma chaise et posait mes fesses sur le bord de la table sur laquelle nous jouions encore au poker quelques instants auparavant. Mon cœur battait la chamade. J’étais impatiente de connaître la suite des événements.

« Sarah, tu as toujours eu un faible pour Helena n’est-ce pas ? » lui dit Patricia en souriant.

Sarah grimaça et lui adressa un doigt d’honneur. Mais elle ne chercha pas à nier. Cela ne servait à rien. Tout le monde savait qu’elle en avait pincé pour moi.

« Déshabille-toi et aide ensuite Helena à se débarrasser de ses habits. » Patricia était vraiment d’humeur autoritaire ce soir.

Sans la moindre hésitation, Sarah se mit à déboutonner son chemisier de soie blanc qu’elle laissa tomber par terre. Elle fit ensuite glisser la fermeture éclair de sa jupe crayon avant de l’enlever.

Elle dégrafa ensuite son soutien-gorge, libérant ses seins ronds. Elle retira ensuite sa culotte et s’apprêtait à enlever ses escarpins aux hauts talons mais Patricia lui ordonna de les garder.

L’atmosphère dans la pièce n’était plus du tout la même. Tous les regards convergeaient vers Sarah, complètement nue devant nous, les tétons roses tendus. Les coups sourds de l’excitation entre mes jambes était si forts que je dus les croiser.

« Pas de temps à perdre. » dit Patricia en dirigeant Patricia vers la table où je me trouvais.

Quand sa main se posa sur le premier bouton de ma robe, je retins ma respiration. De près, elle était encore plus belle. Et tout ce dont j’avais envie, c’était de toucher sa peau et de prendre ses tétons dans ma bouche.

Je m’humectai les lèvres. Sarah continuant à défaire les boutons de ma robe. Très rapidement, je me retrouvai en sous-vêtements. Qui ne laissaient que peu de place à l’imagination. J’aime être parée à toute éventualité en toute circonstance. Même si une séance de sexe collectif avec mes anciens amis n’est pas quelque chose qui fasse partie de mon quotidien !

« Tu aimes ce que tu vois Sarah ? » demanda Patricia d’une voix source. Sarah acquiesça, ses yeux pleins de désir alors qu’ils contemplaient mon corps ainsi dénudé. « Pourquoi est-ce que tu ne libèrerais pas ses seins de ce petit soutien-gorge ? J’ai l’impression qu’ils n’attendent que ça. »

Sarah se cala entre mes cuisses, m’entourant de ses bras alors que ses mains partaient à la recherche de l’attache de mon soutien-gorge. Je tendis le dos, laissant échapper un petit cri quand ses doigts froids se posèrent sur ma peau brûlante.

« C’est bien Sarah, » murmura Patricia en se rapprochant d’elle.

Le reste du groupe s’était approché. Ils étaient à présent assis autour de la table, ne ratant pas une miette du spectacle. Gabriel était le seul à avoir déjà déboutonné son pantalon. Ses doigts caressant doucement son long pénis.

Sarah laisse tomber mon soutien-gorge sur le sol. Elle s’empara de mes seins et commença à les pétrir. Je pris appui sur mes bras, penchai la tête en arrière. Une chaleur intense me brûlait l’entre-jambes.

En tournant la tête sur le côté, mes yeux rencontrèrent ceux de Callum. Il me regardait, la bouche ouverte, passablement excité par ce qu’il observait.

« Tu as envie de les prendre dans la bouche n’est-ce pas ? » demanda Patricia en écartant les cheveux qui s’étaient collés sur le visage de Sarah. Celle-ci acquiesça. « Alors fais-le, comme la bonne soumise que tu es. »

Lorsque la bouche de Sarah encapsula l’un de mes tétons, je ne pus retenir un petit gémissement. Mes yeux se fermèrent. J’étais au paradis.

Sa langue les titillait, décrivant de petits cercles délicieux. Elle les mordilla, me maintenant au bord de l’orgasme. Je fis glisser l’une de mes mains vers mon entre-jambes. Ma vulve tout entière réclamait que l’on s’occupe d’elle.

« Non », dit Patricia en retirant ma main. « Pas si vite. »

J’ouvris alors les yeux, la respiration saccadée par la frustration. Mais je me contentai de grogner ce qui fit sourire Patricia.

« Callum, on dirait qu’Helena a besoin de tes services », dit malicieusement Patricia, sans me quitter des yeux. « Est-ce que tu serais assez gentleman pour venir l’aider ? »

Ma poitrine se souleva et les coups de boutoir entre mes cuisses s’intensifia. Je mordis ma lèvre inférieure en soutenant le regard de Patricia.

J’entendis Callum se lever de sa chaise, faire le tour de la table et se rapprocher de Sarah et moi. De sa propre initiative, Sarah monta sur la table, s’installa à côté de moi pour continuer à prendre soin de mes seins.

J’arrivai finalement à détacher mon regard de celui de Patricia pour voir Callum s’approcher de moi et poser ses mains sur mes hanches. La lèvre inférieure coincée entre ses dents alors que ses yeux parcouraient mon corps. Je gémis et cambrai le dos.

Je le voulais en moi, je le voulais en entier et je le voulais immédiatement.

Patricia gloussa par-dessus son épaule. « Pourquoi est-ce que tu ne donnes pas à cette petite morveuse ce qu’elle réclame ? »

Callum sourit. Ses yeux glissèrent vers mon entre-jambes. Il déboutonna son pantalon, libérant ainsi son sexe. En l’espace d’une seconde, il avait fait valser ma culotte et son pénis se trouvait à l’entrée de ma chatte.

« Elle est suffisamment mouillée pour ça non ? » lui demanda Sarah en passant la main dans les cheveux blonds de Callum.

« Oh oui, » murmura-t-il. Il entra alors en moi et commença ses mouvements de va et vient. Je haletai. Sentir mes tétons dans la bouche de Sarah et le sexe de Callum dans mon vagin me donnait envie de hurler de plaisir.

Patricia gloussa à nouveau, libérant les cheveux de Callum et disparut derrière son épaule.

Nos yeux étant rivés les uns aux autres tandis qu’il me pénétrait. Je devais me mordre la lèvre pour m’empêcher de gémir et même de hurler. Je ne voulais pas que quelqu’un puisse nous entendre de l’extérieur.

« Will, tu n’as pas envie de t’approcher ? » La voix de Patricia émergeait de ma gauche. Elle devait être à côté de Sarah. Je tournai la tête vers elle. Patricia était en train de frapper les fesses de Sarah. Cette dernière gémissait directement sur mes tétons, envoyant ainsi des vibrations dans tout mon corps.

« Oh la la bébé mais tu dégoulines », me dit Callum, tout haletant et en intensifiant sa pénétration.

Will s’était approché de Patricia. Les yeux rivés sur les fesses de Sarah et ses lèvres mouillées et ouvertes.

« Pourquoi est-ce que tu ne donnerais pas un peu de bonheur à Sarah ? » dit Patricia en caressant les fesses de Sarah avant de lui redonner une fessée.

Will acquiesça, attrapa une chaise et s’assis, le visage face à la chatte de Sarah. Je ne pouvais pas voir ce qu’il lui prodiguait mais à en juger par la façon qu’avait Sarah de cambrer le dos et de gémir, Will était probablement en train de la lécher et de sucer son clitoris.

A cette seule évocation, je sentis l’excitation monter encore d’un cran. Je laissai ma tête retomber en arrière, me perdant dans les sensations et m’emplissant des bruits de sexe qui résonnaient dans la salle de classe.

L’air était chaud et étouffant, mon corps littéralement en feu. Je n’allais pas pouvoir me retenir beaucoup plus longtemps.

D’une main, j’attrapai l’avant-bras de Callum enfonçant mes ongles dans sa chair. J’enroulai mes jambes autour de lui pour le rapprocher de moi et lui demandai d’y aller encore plus fort.

Il s’exécuta et accéléra le rythme tandis que ses mains me tenaient si fort que cela me faisait presque mal. Sarah s’occupait toujours de mes seins mais s’accordait de petites pauses tant le plaisir la consumait elle aussi.

Je croisais le regard de Patricia. Ses paupières étaient presque closes alors qu’elle observait ce qui se déroulait devant elle. Lorsque je la vis se mordre les lèvres, mon orgasme explosa. Laissant mon corps tremblant de plaisir. J’attirai Callum encore plus près de moi.

« Oh mon Dieu », rugit-il en accélérant encore davantage le rythme jusqu’à ce qu’il termine lui aussi en tremblant après avoir éjaculé en moi.

J’entendis un autre grognement derrière moi. Je tourne la tête pour apercevoir Gabriel arborer un large sourire d’extase, la main enroulée autour du sexe expulsant son sperme. Sarah jouit à son tour en me mordant les tétons.

Pendant un long moment, nous sommes restés assis en silence, respirant lourdement, nos corps repus de plaisir.

Callum déposa un baiser sur mon front avant de se retirer de mon vagin et de se rhabiller.

« Et bien, nous qui souhaitions pimenter les choses… C’est sacrément réussi. »

Je ris. Effectivement, on savait toujours s’amuser. Comme au bon vieux temps.

« On se revoit dans 10 ans ? » lança Gabriel en se relevant avec un sourire.

« Pourquoi ne pas nous retrouver tous les 5 ans ? » glissa malicieusement Patricia, la brillante maîtresse de cérémonie.

 

**Cette nouvelle a été traduite de l’anglais d’après un texte écrit par Karolina Wilde. Vous pouvez découvrir le texte en version originale ici.