Une gorgée d’eau fraîche

Nous sommes allongés sur le lit, nos corps s’emboîtent l’un contre l’autre, mon bras s’allonge sur ton torse et le bout de mes doigts caresse distraitement ta poitrine, s’attardant sur tes tétons, je suis blottie au creux de ton épaule, ton bras m’entoure, chaud et apaisant, nos jambes se sont enlacées, ma cuisse sur ta cuisse, mon pied s’enroulant autour de ton mollet.

Histoire coquine avec de l'eau

La conversation se chuchote, légère et frivole, nos souffles se détendent.

Je me lève et m’éloigne pour aller chercher de quoi étancher une soif animale, j’ai besoin d’un verre d’eau fraîche.

Je reviens rapidement, me penche et dépose un petit baiser sur tes lèvres, nos langues se rejoignent et, les yeux dans les yeux, ce léger effleurement se transforme en un baiser avide et gourmand.

Une gorgée d’eau et mes lèvres descendent doucement vers ta poitrine, glissent sur ta peau et la parcourent de milliers de baisers légers et frais. Ma bouche s’attarde sur tes tétons, je les rafraîchis du bout de ma langue, les suçote délicatement. L’un après l’autre. Ma langue s’enroule autour du mamelon, elle le titille tandis que mes lèvres le suce. Il se redresse imperceptiblement mais fièrement. Une nouvelle gorgée d’eau fraîche et ma bouche se penche à nouveau sur ta poitrine pour l’agacer encore et encore et faire frémir tes mamelons sous mes ces caresses humides.

Puis, armées d’une autre gorgée d’eau fraîche, mes lèvres se remettent à parcourir ton corps, elles descendent lentement vers ton nombril, elles embrassent, lèchent, parcourent ta peau, déposant quantité de baisers aériens.

Rafraîchies encore une fois, elles continuent la descente vers ton pubis et commencent à jouer délicatement avec les poils qui l’habillent, un frôlement, un souffle, une caresse, un baiser, les taquineries s’enchaînent et ne te laissent pas indifférent.

Un coup d’œil me permet de croiser ton regard de braise et un grand sourire gourmet.

Ma bouche vient maintenant butiner la peau fine de tes aines, mes doigts se posent doucement sur ton sexe qui déjà indique qu’il apprécie ces attouchements.

Je continue mon exploration, ma bouche descend lentement le long d’une de tes jambes tandis que ma main reste posée sur le haut de ton autre cuisse, la caresse et frôle ton pénis qui redevient vigoureux.

Ta cuisse, ton genou, ton mollet, je descends jusqu’aux orteils que j’embrasse un à un, je les lèche, les mordille…

De temps en temps nous échangeons des regards brûlants, le désir et la volupté se lisent dans tes yeux. Quelques gémissements et soupirs de contentement me confirment ton plaisir.

J’abandonne ce pied et mes lèvres, à nouveau rafraîchies, passent à ton autre jambe : baisers, suçotements remontent doucement vers le genou puis ton pubis et rejoignent la main qui continue de flatter ton sexe.

J’enfouis mon visage dans le buisson qui protège ton sexe et me consacre maintenant à ton sexe. Je le hume et m’enivre de son parfum si particulier. Je le comble de baisers légers, frais et voraces à la fois. Mes mains caressent inlassablement tes flancs et tes hanches.

Encore une gorgée d’eau fraîche et je dépose délicatement un baiser sur le gland de ton sexe. J’entends que ton souffle s’accélère et je commence à te déguster, à te goûter sous toutes tes facettes, un peu comme si je dégustais un cornet de glace. Dans ce cas, pour éviter que la glace ne tombe hors du cornet, je lèche le pourtour, j’aspire la crème savoureuse et je me régale de cette texture crémeuse.

De la langue je câline le bout de ton pénis, je l’embrasse puis je l’aspire de mes lèvres.

J’apprécie et savoure la texture de ta peau, son odeur. Ma langue tourne autour de ton sexe.

Quelques gémissements m’indiquent que cette torture te plaît. Pour ma part, mon sexe est chaud, humide et palpitant mais je continue. Je te gobe un peu plus et laisse mes lèvres jouer avec le bout de ton membre viril.

J’essaye de l’avaler, ma langue tourne et retourne autour, je tente de l’aspirer sans te blesser. Tu bouges un peu, tu te cambres avec quelques soupirs d’aise et je continue à te lécher tout en te caressant les hanches.

Une gorgée d’eau et je reprends ton sexe en bouche tandis que mes mains sont inexorablement attirées par tes fesses.

La fraîcheur te fait légèrement sursauter et tu émets un gémissement rauque, je recommence à te déguster avec gourmandise tandis que mon doigt s’égare dans le sillon de tes fesses.

Ma bouche monte et descend le long de ton pénis, je le parcours de ma langue, je le lèche, le savoure et délicatement je commence à titiller ton derrière avec un de mes doigts.

Mais soudain, j’arrête tout. Je reprends une grande gorgée d’eau fraîche et reviens à ton visage. Je t’embrasse, goulûment, j’ai juste envie de te dévorer, de te manger, de me rassasier…

Et tout en regardant dans le fond de tes yeux, je me redresse sur toi, d’une main j’écarte les lèvres de mon sexe et te guide en moi. Je me laisse descendre sur ton membre.

Je me redresse sur toi et te souris, tu as l’air comblé. Doucement, lentement, je commence à remuer les fesses pour faire bouger ma chatte tout au long de ton pénis.

Je ne peux m’empêcher de soupirer d’aise et mes mains tâtonnent pour rejoindre ta poitrine et malaxer tes seins.

Insensiblement j’accélère le mouvement tandis que toi, tu l’accompagnes par des va-et-vient de ton bassin.

Ton sexe me remplit et frappe au plus profond de moi et je grogne à chaque fois de félicité.

Je me penche sur toi pour t’embrasser à pleine langue. Je te dévore des yeux et de ma bouche, je me repais de ta saveur, de tes sourires gourmands.

Je me redresse à nouveau pour mieux m’empaler sur ton sexe. Je prends appui de mes mains sur ton thorax, mes doigts pétrissent ta poitrine.

Tu saisis mes seins à pleines mains, malaxe et pince mes tétons fougueusement.

Nous continuons tous deux à bouger nos bassins, nous emboîtant au plus profond l’un de l’autre. Cette pénétration est de plus en plus intense, plus riche.

Délaissant mes seins, tes mains se saisissent de mes fesses pour soutenir les mouvements. Tu malaxes vigoureusement mon derrière, l’aidant à monter et à descendre sur ton sexe.

Mes gémissements se transforment en ronronnements de plaisir. Tu redeviens maître des opérations et imprime un tempo encore plus rapide.

Dans le mouvement, tu me flanque une fessée. J’ai un petit hoquet de surprise mais le plaisir de te sentir au plus profond de moi est tellement grand.

Tu gifles mon autre fesse et je t’encourage, cela m’excite et je bouge encore plus autour de ton sexe.

Soudain, je m’effondre, mes jambes ne portent plus l’effort. Je m’allonge sur ton corps et tu m’entoures de tes bras forts. Tes mains se réfugient sur mes fesses pour les malaxer, les triturer, les gifler tandis que tu continues à me pénétrer vigoureusement.

J’enfouis mon nez dans ton épaule et je gémis de plaisir au creux de ton oreille.

Tout à coup, tes mains se font inquisitrices et fermement tu caresses mon derrière. Mon corps est parcouru de frissons, je ne peux que gémir un peu plus fort.

Après une dernière fessée retentissante tu saisis mes fesses à deux mains pour les écarter et d’un doigt tu caresses impétueusement mon petit trou.

Mon corps se crispe un peu et je commence à miauler.

Tu en profites pour introduire délicatement ce doigt dans mon derrière et pour me caresser.

Je suis au bord de l’explosion, je miaule de plus en plus, ma respiration devient plus courte, mon corps se raidit.

Encouragé, tu continues à me pénétrer d’un deuxième doigt tout en amplifiant les mouvements de ton bassin.

Je sens ton sexe cogner au plus profond de ma chatte, cela me comble de plaisir, en un instant j’arrête de respirer, tout mon corps se tend, je ne peux plus bouger….

Toi, au contraire, tu amplifies encore tes mouvements et tu me combles de ton sexe fort et vigoureux.

Tout à coup, je sens mon sexe se contracter autour de ton membre viril, mes muscles se serrent et je ne peux retenir un cri de jouissance.

Puis tout s’apaise, je retrouve un souffle court, haché.

Toi, silencieusement, tu as émis ton plaisir au creux de mon corps puis, tout en me serrant de toutes tes forces, tu m’embrasses à pleine bouche, me dégustant sans limite.

Nous nous déboîtons presque à contre cœur, nous nous étirons d’aise et, après une gorgée d’eau fraîche nous allongeons l’un contre l’autre, les jambes emmêlées, les bras se croisant, les mains caressant délicatement l’autre pour accompagner ces instants de plaisir.

Fin

MyFair ElisaArticle écrit par MyFair Elisa

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours lu – non, dévoré ! – tout ce qui passait entre mes mains.

Avec le temps, l’envie a grandi et le moment est maintenant venu de jouer avec les mots, de les choisir soigneusement pour créer, à mon tour, des histoires….

J’ai comme passions le vintage, la broderie, la couture, les marchés au puce et…. la glace.

Et un désir tout neuf de découvrir le plaisir, sous un maximum de ses facettes….

Laisser un commentaire