Le Jacuzzi

Sa coloc était partie pour le week-end et lui avait fait promettre de tester le jacuzzi. Elle était comme ça, sa coloc. Gentille, le genre à vouloir que tout le monde soit content, tout le temps. Elle était parfois agaçante parce que la gentillesse donne mauvaise conscience à ceux qui vivent plus égoïstement. Mais c’était agréable d’habiter avec quelqu’un d’aussi attentionné et Sabine l’aimait bien.

le jacuzzi

Elle lui avait donc promis, juré, que oui, elle testerait le jacuzzi avec plaisir. Le fameux bain à remous était en effet dans la salle de bain attenante à la chambre de sa coloc et à ce titre, Sabine n’avait jamais osé s’y prélasser. Mais cette fois, elle comptait bien tenir sa promesse. La rédaction de son mémoire l’épuisait et la perspective d’un bain chaud bouillonnant la réjouissait.

Aussi, aux alentours de dix-huit heures, elle abandonna son ordinateur pour faire couler l’eau chaude dans ce fameux jacuzzi de rêve. Sabine nota alors combien sa coloc prenait soin d’elle. Il y avait des dizaines et des dizaines de produits cosmétiques, différents types d’éponges et de brosses, tous soigneusement alignés sur les rebords de la gigantesque baignoire. Leur quantité était impressionnante, mais tout était propre et l’alignement semblait répondre à une certaine logique. Sabine testa la température de l’eau tout en parcourant les produits des yeux, puis elle partit chercher sa serviette et ses habits soigneusement sélectionnés.

Le soir-même, elle sortait avec quelques amis et il y aurait ce garçon, Thomas, qu’elle aimait bien. Ils se cherchaient depuis plusieurs semaines déjà et elle sentait que ce soir allait être LE soir.

Elle se déshabilla lentement face au grand miroir de la salle de bain, en évaluant les courbes de son corps au fur et à mesure de cet effeuillage solitaire. Elle se demandait ce que Thomas penserait quand il la verrait ainsi, en sous-vêtement, pour la première fois. Elle tourna sur elle-même, jugea ce qu’elle voyait. Une belle taille fine, un corps mince, longiligne. Elle était jolie, on le disait souvent. Le revers de ce corps élancé était qu’elle avait assez peu de seins. Alors elle se préférait la poitrine nue, plutôt qu’abritée dans un soutien-gorge peu rempli.

Une fois qu’ils étaient libérés de cette entrave, elle aimait ses seins. Elle songea qu’elle les dévoilerait assez vite à Thomas quand ils en seraient là, pour qu’il n’ait pas le temps de les jauger derrière leur abri inutile.

Elle laissa tomber son soutien-gorge et contempla sa poitrine. Petite, mais belle, avec les tétons roses et discrets. Un de ses ex petits amis lui avait dit qu’ils avaient un pouvoir sensuel magique. Quand on les voyait, on ne pouvait les quitter des yeux. Elle n’avait ainsi pas eu véritablement l’occasion de complexer sur sa poitrine. Elle se sentait bien dans son corps.

Elle détacha ses longs cheveux blonds puis retira sa petite culotte. Elle était maintenant parfaitement nue, prête à goûter aux joies du jacuzzi. Son sexe n’était pas très poilu, elle n’avait jamais eu besoin de s’épiler le maillot et elle avait conscience que c’était une chance. Elle prit une pose un peu provoquante, les jambes légèrement écartés, laissant deviner la fente de ses lèvres… Elle imagina la tête de Thomas et rougit en le visualisant nu également, exhibant son pénis dur de façon à la fois timide et décidée. Elle aimait cette ambivalence chez lui, cette timidité touchante associée à une assurance rassurante.

L’image de Thomas allongé sur son lit, béat d’admiration devant son corps parfait et tenant son sexe dur à la main avait émoustillé Sabine. Elle entra dans le jacuzzi avec une chaleur naissante dans le creux des reins.

Elle actionna le bouton de remous et aussitôt l’immense baignoire se mit à bouillonner. Elle sentait les jets dans son dos, sur ses fesses et la sensation était délicieuse. Elle ferma les yeux et se laissa aller, profitant de la chaleur de l’eau et du massage agréable. Et tandis qu’elle se détendait, le corps nu de Thomas réapparut dans son esprit. Le désir montait et n’avait pas l’intention de la laisser en paix.

Elle rouvrit les yeux, perturbée par cette vague d’envie lascive soudaine. Elle se redressa et attrapa un savon à côté d’elle. Elle commença à passer le petit bloc ovale sur son corps, elle n’avait pas tout son temps non plus, elle devait se préparer et rejoindre ses amis. Et Thomas. C’était trop tard, elle ne parvenait plus à se l’enlever de la tête. Le savon glissait sur son corps et elle imaginait les mains du jeune homme à la pace. Elle le promena sous ses seins et les caressa bientôt à deux mains, emplie progressivement d’un plaisir qui montait lentement mais surement.

Elle fit redescendre le savon le long de ses hanches, de ses cuisses, elle se baissa pour savonner ses mollets en effectuant des mouvements amples puis remonta le long de ses fesses, s’approchant toujours plus dangereusement de son sexe qu’elle sentait se gonfler. Elle se rassit ensuite dans le jacuzzi en reposant le savon, les yeux fermés, pour mieux sentir les bouillons caresser son corps.

Un jet se dirigeait vers son sexe et le titillait doucement. Le plaisir était indéniable mais frustrant aussi, manquant de puissance. Elle chercha le savon à tâtons sur le bord de la baignoire puis elle le plongea directement sur son sexe. Elle sentait le bloc dur frotter contre ses lèvres en même temps que la douce vibration du jet…

Elle fut traversée soudain par une salve de plaisir étonnamment forte. Elle redoubla alors la pression du savon entre ses cuisses et sentit son sexe s’ouvrir davantage. C’était comme si le jet du jacuzzi prenait de l’ampleur et elle sentait son clitoris vibrer dans le remous et son sexe s’ouvrir sous le plaisir. Plus elle frottait le savon, plus son plaisir grimpait en flèche.

Elle se mit à gémir, se tenant au bord de la baignoire de sa main libre pour ne pas glisser dans l’eau. Et puis une première vague la saisit, elle jouissait, elle n’en revenait pas. Elle poussa un cri et se cambra dans l’eau bouillonnante. Elle frotta encore plus fortement le savon et une deuxième vague encore plus puissante finit de l’achever d’extase…

Son corps tout entier tremblait et elle sentait la peau de son visage rougie par la chaleur de son orgasme. Jamais elle n’aurait cru qu’un savon serait capable de la mener aussi loin dans la jouissance… C’est alors qu’elle remarqua que le fameux savon était toujours sur le rebord de la baignoire.

Elle sortit sa main de l’eau et poussa un cri en constant que son « savon » bougeait. Il s’échappa de sa main et elle plongea les bras pour le retrouver à tâtons. Elle le sortit finalement pour l’étudier. Ce n’était pas un savon… Mais un petit objet rose vif qui vibrait avec force. Un sextoy. Un vibromasseur.

Sa coloc l’avait laissé là, au milieu de son stock de cosmétique et Sabine l’avait attrapé par erreur. Elle avait pris les vibrations pour le bouillonnement du jacuzzi et sans doute son corps n’avait pas eu envie de se poser plus de question.

Sabine sortit du bain totalement détendue, plus prête que jamais à retrouver Thomas et à le secouer un peu pour qu’il se déclare. Et en se préparant, elle songea en souriant que s’il ne se décidait pas à faire le premier pas, elle lui passerait un savon…

Fin

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.