5 Raisons d’Éviter le Sexe dans une Piscine ou les Méfaits du Corps à Chlore

Et pourtant, vous savez combien chez LELO nous saluons les initiatives coquines qui poussent à l’exploration des plaisirs. Le sexe sous la douche et dans le bain ont notre plein soutien, ils vous apporteront des plaisirs humides inédits, mais nous devons vous avertir sur les risques de la tentante galipette en piscine.

Parce que dès lors que les beaux jours arrivent, que les piscines s’ouvrent et que les corps se dénudent, il y a forcément une tentation grandissante de mêler l’agréable à l’agréable en transformant la piscine chaude bleu azur en pataugeoire lubrique. Mais voilà pourquoi nous vous déconseillons d’aller vous ébattre dans un bassin chloré.

Les piscines sont des concentrés de produits chimiques

Le vagin des dames est pourvu de toute une flore bactériologique de haut rang, une armée silencieuse ultra efficace qui permet de garder les choses en ordre à l’intérieur. Mais cet équilibre intime est fragile et il ne faut pas le perturber avec des produits néfastes… Or les piscines sont souvent pleines de chlore et autres substances tueuses de bactéries. Elles permettent de garder l’eau transparente et propre, mais risquent de perturber l’intimité.

En nageant tranquillement, madame ne craint rien, car son sexe reste scellé, mais toute tentative d’intrusion entrainera une arrivée d’eau massive et indésirable…

Notre conseil

Madame s’assoit sur le bord de la piscine, les pieds dans l’eau, à prendre le soleil, pendant que Monsieur, debout dans l’eau, la foudroie de plaisir grâce à son cunnilingus estival.

Les piscines sont des toilettes géantes

Une étude récente menée par l’université d’Alberta a révélé qu’on trouvait en moyenne 10 litres d’urine par piscine. Des quantités vertigineuses qui font froid dans le dos et qui devraient freiner les ardeurs même des plus motivées. On n’a pas très envie que ce type d’eau trouble s’immisce entre Monsieur et Madame pendant le coït aquatique.

Il sera donc sage d’attendre la douche d’après piscine et de bien vous laver avant d’unir vos intimités.

Notre conseil

Si vous êtes des passionnés du sexe aquatique et que la piscine est un incontournable, faites votre affaire dans une piscine privée où l’enfant est rare… Vous réduirez drastiquement les proportions d’urine. Et puis de toute façon, faire l’amour dans une piscine publique est une idée plus que douteuse !

L’eau n’est pas un bon lubrifiant

Si l’hydratant intime à base d’eau est idéal, l’eau tout court freine les choses plutôt qu’elle aide à faire glisser. Ceux qui ont tenté la galipette, plus commune, dans la baignoire le savent : l’eau est un mauvais lubrifiant. Et pour cause, elle chasse le lubrifiant intime naturel !

On risque donc l’irritation plutôt que le plaisir… D’autant qu’il faut souvent faire vite en milieu public !

Notre conseil

Pratiquez l’apnée alternée dans un endroit où vous avez pied. Monsieur plonge la tête entre les cuisses de madame le plus longtemps possible, puis madame fait de même avec Monsieur. Le plaisir en immersion.

La galipette en piscine est dangereuse

Trouver la position idéale qui ne vous fera pas glisser contre le bord, vous assommant d’un coup sec sur la nuque, n’est pas chose facile. Sans aller jusqu’à une fin tragique, vous pourrez vous blesser ou boire la tasse.

Une prise de risque qui n’en vaut pas la peine, surtout après tout ce qu’on vient de vous raconter juste au-dessus… Préférez la baignoire si l’appel du sexe aquatique est irrésistible.

Notre conseil

Si vous êtes de fieffés têtus qui n’en faites qu’à votre désir coquin, la meilleure position est celle dite de « l’antilope ». Madame fait la planche et monsieur est debout face à elle, allant et venant à sa guise. Avec l’aide du liquide environnant, cette position n’est pas trop difficile à réaliser et elle a l’avantage de pouvoir limiter les intrusions d’eau dans l’intimité !

Le sexe en piscine est mal protégé

Difficile de mettre un préservatif quand on plonge dans l’ébat en piscine. Et même si on a la présence d’esprit de se munir d’un préservatif, celui-ci risque de se déchirer pour les raisons évoquées plus haut : l’eau crée de la friction plutôt que de la glissade.

Alors à moins d’être avec votre partenaire officiel de longue date avec lequel ou laquelle vous avez abandonné toute protection depuis longtemps, éloignez-vous du bord !

Notre conseil

Le chlore n’est pas assez puissant pour tuer les IST, alors utilisez la piscine comme cadre idyllique à votre étreinte fougueuse, mais restez au bord de la piscine pour vous unir sauvagement avec un préservatif pour une parfaite tranquillité d’esprit. La pierre chauffée par le soleil au bord de l’eau n’est pas dénué de charme sensuel !

La piscine comme préliminaire

Qui a vu « La piscine » de Jacques Deray avec Romy Schneider et Alain Delon connaît la puissance érotique du petit bassin bleu. Tous les éléments sont réunis : les corps dévoilés, le soleil, la beauté de l’eau, le doux clapotis… C’est difficile de résister à l’appel érotique de l’eau, voilà pourquoi il faut utiliser la piscine comme un lieu de préliminaire. On s’observe, on s’effleure, on se caresse, on fait monter la température et quand vient le moment où l’on veut faire exploser les plaisirs du corps, on s’isole ailleurs, dans le confort et la tranquillité !

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.