LA VOISINE – Partie 1

Mathieu avait chaud. Il lui était presque aussi dur de réviser en ce mois de septembre pour son entrée en fac que pour ces derniers examens. Mais il lui fallait se replonger dans ses cours pour ne pas être à la traine en ce nouveau début d’année. Il lui restait quelques jours dans la maison familiale avant d’emménager dans sa première coloc et il comptait bien en profiter pour bosser un peu.

Le peu d’air qui passait à travers les rideaux mi-clos de sa chambre ne suffisait pas à rafraichir l’atmosphère. Une brise un peu plus insistante réussit tout de même à lui arracher un frisson de bienêtre, et la voix douce de Sara, la voisine, lui parvint à ce moment là.

Il décida de descendre boire un verre à la cuisine, ouvrit le frigo, et prit une grande rasade de jus de pomme. La baie vitrée donnant sur le jardin était ouverte et il passa sur la terrasse pour se poser cinq minutes. Il entendait de manière indistincte la voisine, dans le jardin d’à coté, mais ne la voyait pas, une haie dense et touffue séparant les deux espaces. Elle avait l’air en pleine discussion avec une de ses amies.

Sara, Ben et leurs deux filles étaient arrivés dans le quartier sept ans auparavant. Les filles étaient deux petites chipies et Mathieu les adorait.

Il venait de finir son verre et allait remonter bosser quand des bribes de la conversation d’à coté accrochèrent son attention.

–  …god réfrigéré, ça doit être spécial quand même… Deux dans le même trou, ah ouais ! C’est possible ça…

Mathieu se figea quelques secondes, rougit, réfléchit. C’était bien Sara qui venait de prononcer ces mots. Jamais il ne l’avait imaginée pouvant dire ce genre de choses, elle qui était si douce, si gentille, si… Maman des deux filles.

– …clairement décomplexés, je me suis rendu compte que j’adorais qu’il me mette…

Il n’en revenait pas, il avait envie de se boucher les oreilles, d’oublier ce qu’il venait d’entendre, et pourtant il marchait inconsciemment vers la haie en faisant moins de bruit qu’une bulle de savon flottant dans les airs. Il se cala doucement dans la végétation. De là, Sara ne pouvait pas le voir. Par contre, lui, la voyait parfaitement.

Elle était allongée sur le ventre sur un transat, en train de faire bronzette en maillot de bain. Contrairement à ce qu’il pensait, elle était seule. Elle téléphonait en mode haut parleur, et sûrement  croyait-elle Mathieu parti en vacances au Maroc avec ses parents. Le téléphone posé sur une petite table à coté d’elle ainsi qu’un grand verre et une bouteille de Perrier, Sara parlait de sa vie sexuelle, en des termes qui ne laissaient pas Mathieu indifférent, bien qu’il ne saisissait pas tout.

– …Je te dis, on était trop génito-centrés, depuis qu’on a lu ce bouquin, on est vachement mieux, on a passé un cap. L’autre jour on a passé une bonne heure et demie à se toucher, à essayer des nouveaux trucs comme la cire de bougie, avant qu’une bonne sodomie ait raison de lui, et de moi…

Mathieu était comme électrisé par la scène. Il avait une vue sur les belles jambes et le petit cul de Sara, et il l’entendait parler de sodomie. Pour le jeune homme avec peu d’expérience qu’il était, ça faisait beaucoup, et il se rendait à peine compte qu’il était entrain de se toucher, la main dans son short de basket, le sexe raide.

Il fallut que la sonnette de chez lui sonne à ce moment là. Il eut un mouvement de recul un peu brusque qui le fit basculer en arrière. Mais au moins il était tombé du bon coté de la haie et il n’était pas possible que Sara l’ait vu.

Il souffla, prit une grande inspiration, bloqua son sexe dans l’élastique de son short, mit son T-shirt par-dessus et alla ouvrir la porte d’entrée.

C’était le livreur, un colis de matériel informatique qu’il avait commandé quelques jours plus tôt pour son installation future.

Il signa à la hâte, l’air gêné, là où le monsieur le lui indiquait du bout de son stylet, il ferma la porte et se plaqua dos à celle-ci quelques secondes. Il ne put ensuite s’empêcher de retourner vers la haie. Se faisant, il tendait l’oreille mais n’arrivait plus à percevoir la conversation de Sara et sa copine. De retour à son poste d’observation, il fut déçu de voir qu’il n’y avait plus personne dans le jardin des voisins. Il avait déjà remis sa main en marche, son sexe était en érection mais le spectacle était terminé.

C’est ce moment que Sara choisit pour faire son apparition, à un petit mètre de l’endroit dans lequel Mathieu était glissé. Lui qui s’était cru discret avait été pris à son propre jeu.

– Bonjour Mathieu, lui dit-elle avec un sourire franc et cajoleur.

– …

– Ne t’en fais pas, je sais ce que c’est qu’un mec de dix-huit ans, et puis je pense que je suis un peu responsable, je pensais sérieusement que tu n’étais pas chez toi.

– …

– Attends, je vais te faciliter la tâche.

Quand Sara avait entendu la sonnette des voisins, puis un bruit suspect dans la haie, elle avait vite fait le rapprochement. Elle savait très bien que Mathieu était dans la maison, ses parents ayant offert ses services de Baby-sitter avant leur départ.

Elle avait donc coupé court à sa conversation et était allée se poster à un endroit ou elle pourrait facilement le surprendre. Elle connaissait parfaitement tous les petits recoins du jardin pour avoir joué des heures à cache-cache avec ses filles.

Elle était flattée par l’excitation du jeune homme et avait décidé qu’il n’y avait pas de mal à éduquer un peu un de ces jeunes gens qui découvrent le sexe sur des vidéos souvent un peu glauques et surtout peu en lien avec la réalité. Et elle l’aimait bien

Mathieu n’avait pas émis un son. Sara se mit à genou et se retourna, puis posa ses coudes et ses avants bras au sol. Il pouvait donc la voir comme s’il elle s’offrait à lui en levrette, son bas de maillot de bain épousant parfaitement les formes de son cul et de son entre jambe.

– Allez vas-y maintenant, fais toi plaisir, imagine ce que tu veux, ce que tu voudrais me faire.

– …

Après un bref moment d’hésitation, Mathieu commença à faire des va et vient avec son poignet, scrutant avec attention ce magnifique petit cul juste devant lui. Il s’imaginait entrain de l’embrasser, de le lécher, d’arracher cette petite culotte, dernier rempart entre lui et Sara. Il était hypnotisé par ce maillot de bain rayé que portait sa superbe voisine de 32 ans.

Il était extrêmement excité, et se masturbait de plus en plus vigoureusement. Sara ne bougeait pas, mais les petites fourmis qui passaient dans l’herbe auraient pu voir un sourire satisfait sur son visage si elles avaient levé la tête. Elle entendait son souffle de plus en plus court.

Elle glissa sa main vers son maillot et écarta légèrement la ficelle  qui lui cachait le sexe, ce qui offrit une vue intégrale sur ses parties intimes à Mathieu. Ses fesses étaient légèrement rebondies,  ses lèvres somptueusement dessinées et Mathieu s’imagina tout à fait à l’intérieur de son tout petit trou qui complétait cette vue magistrale, et qu’elle semblait offrir à son mec de temps à autre. Dans des râles brefs et sobres, Mathieu jouit par saccades intenses et Sara eu le droit à quelques gouttes sur les fesses. Elle se surprit à accompagner par des petits  soupirs de plaisir l’orgasme du jeune homme. Elle se releva, s’essuya du bout des doigts,  et, toujours de dos, lui dit :

– Maintenant va te remettre au boulot, t’as du pain sur la planche et j’en ai pas fini avec toi.

Il fallut plusieurs séances de masturbation à Mathieu avant qu’il retrouve en parti son calme une fois rentré chez lui. Trois exactement, avant de se remettre sur son ordi.

Il était obnubilé par le magnifique petit cul de sa voisine.

Lire la suite :

 

Odalis WolfArticle écrit par Odalis Wolf

Odalis Wolf aime les aventures. Le sexe en fait parti et il partage avec vous des histoires tirées de son imaginaire, et de ses propres expériences.

Laisser un commentaire