L’éducation d’Emma

Jamais je n’aurais pensé avoir cette responsabilité un jour. Je n’étais pourtant pas un expert en la matière, loin de là, même si je m’y connaissais tout de même plus que la moyenne. Malgré cela, pour aucune raison je n’aurais pu refuser cette demande indécente. J’étais maintenant assis à cette table d’un petit café de la ville, nerveux et excité à la fois, et j’attendais mon rendez-vous. Une rencontre qui allait changer radicalement le lien que j’entretenais avec la personne que j’attendais. Mais comment en étais-je arrivé là me demanderez-vous? C’est bien simple, à cause d’une porte laissée ouverte.

L’éducation d’Emma

Vous devez savoir que je prends parfois plaisir à magasiner les jouets érotiques sur mon téléphone intelligent, sur plusieurs sites plus ou moins populaires. Pas que je sois un grand consommateur, mais j’aime bien suivre les tendances, voir ce qui se fait de nouveau. Étant donnée la panoplie de sex-toys sur le marché, c’est tout un défi pour un distributeur de concevoir un jouet qui va se démarquer des autres. Les meilleurs innovent donc par l’audace dans la forme, les couleurs, les textures, les fonctions, etc. À mon avis, ces objets, dont la principale raison d’être est de procurer du plaisir, sont de l’art dans sa plus simple expression.

J’étais donc à mon bureau un midi, farfouillant le web à la recherche de nouveautés. Habituellement, la porte de mon bureau est toujours fermée, mais cette fois j’avais oublié, visiblement. Car tandis que mon attention était captée par la lecture d’un article où une bloggeuse parlait du dernier produit qu’elle avait essayé, j’entendis soudainement comme une petite exclamation dans mon dos. Tout en fermant l’écran de mon appareil maladroitement, je me suis retourné rapidement pour voir Emma, ma patronne, devant moi, l’air tout aussi surpris que moi.

– Oh! Je suis désolée Simon… Je t’apportais un rapport intéressant de nos services, sur lequel j’aurais aimé tes commentaires et…

– Ah! Euh, OK, merci, je vais le lire tout de suite.

Malaise… Pris la main dans le sac… de sex-toys ! J’étais convaincu qu’elle avait eu le temps de voir ce que je consultais; les images sur ce genre de pages sont assez peu équivoques habituellement, ça ne ressemble pas trop à un site de recettes disons. Emma resta une seconde de plus à me regarder, d’un air étrange, puis sortit enfin de mon bureau. Merde. Qu’est-ce qui venait de se passer ? M’en reparlerait-elle ? Était-elle choquée ? Dans tous les cas, j’allais bientôt être fixé, car quelques instants plus tard, je recevais une convocation dans son bureau, à 17h, donc à la toute fin de la journée.

Je sentais une certaine tension dans l’air en refermant la porte de son bureau. D’un signe de la main elle m’invita à m’asseoir devant elle. La femme de carrière prenant le dessus, elle ne tarda pas à prendre la parole et alla droit au but.

-Écoute Simon, j’ai vu ce que tu regardais plus tôt quand je suis entrée dans ton bureau. La porte était ouverte, tu étais bien concentré, et j’ai voulu te faire faire le saut. C’est là, en entrant dans la pièce, que j’ai aperçu ton écran, et j’ai figé. Alors si je t’ai demandé de venir ici, c’est parce que je voulais éviter qu’il y ait un malaise, et te dire que je ne suis pas choquée, ou quoi que ce soit…

-Et bien… Merci Emma de le mentionner. Je vous assure que c’est seulement sur mon temps personnel… Ça me soulage que vous m’en ayez parlé…

-Je te fais confiance sur la gestion de ton temps. Il y a peu de gens ici en qui j’ai autant confiance.

– Merci, j’apprécie.

– …tellement que… Eh bien, disons que j’aurais une grande faveur personnelle à te demander, mais ça doit absolument rester entre nous…

– On parle de quoi comme faveur ?

– En fait, c’est personnel, rien à voir avec le boulot. Voilà: connais-tu bien ces… produits?

– Eh bien… Euh… Disons que je lis beaucoup sur le sujet… Je suis pas mal au fait des tendances et des nouveautés… Pourquoi?

– J’aimerais que tu fasses mon éducation, que tu me guides dans cet éventail de choix.  Depuis longtemps ces accessoires ont éveillé ma curiosité, mais je n’ai jamais osé m’en procurer, et ce n’est pas mon mari qui le ferait pour moi, il est bien trop conservateur. Je ne sais pas ce qui pourrait me plaire, et ça me gêne d’entrer dans une de ces boutiques avec pignon sur rue pour demander conseil. De plus, comme la glace est déjà brisée, j’ose voir ce qui s’est passé ce midi comme une certaine… opportunité disons.

À ce moment précis j’étais en sueur. Non seulement j’étais avec ma patronne, mais devant une très belle femme, mature, et très sexy dans son genre, qui venait tout juste de me demander de l’instruire sur les sex-toys.

– Euh… Je suis un peu gêné là… Je ne m’attendais pas vraiment à ça. Qu’avez-vous en tête exactement ?

– Voici ce que je te propose. Si tu acceptes de m’aider, je vais te fournir 500$, avec lesquels tu devras m’acheter, pour chaque jour de la semaine prochaine, un produit différent que tu auras personnellement choisi. On se verra au petit café, à deux coins de rues d’ici, sur l’heure du dîner, et tu me présenteras ma surprise du jour. Mon mari est absent pour la semaine, alors j’aurai le temps voulu d’examiner tes suggestions comme bon me semble.

Quelle étrange proposition: acheter des jouets érotiques pour ma patronne! J’étais abasourdi. Mais par contre, mon membre lui, dans mon pantalon serré, semblait plutôt aimer l’idée, et me signalait son approbation.

-Ok, je veux bien vous aider. Mais avez-vous des préférences? Le choix est très large, et je ne vous connais pas beaucoup, du moins pas vos goûts en matière de… sexualité.

Et la réponse qu’elle me donna restera dans ma mémoire bien longtemps.

– Je m’en remets entièrement à toi, Simon. Si ça peut éclairer ta lanterne, je vais être directe: à la fin de la semaine prochaine, je veux avoir en ma possession le kit de la parfaite petite salope.

Comme on était vendredi, j’avais deux jours pour faire mon premier achat, avec les 500$ qu’elle m’avait remit en quittant le bureau. Que choisir, pour une femme que je ne connaissais que professionnellement, mais qui avait visiblement d’importantes pulsions à satisfaire ? Le fait qu’elle était ma patronne contribuait davantage à ce que je ne veuille pas la décevoir.

Lundi venu rapidement, je me retrouvais donc assis au café, nerveux et allumé, avec un sac par terre à côté de moi. J’avais pris soin d’emballer la petite boite dans un beau sac cadeau cartonné, chic mais sobre. Mon café à la main, je me demandais quel genre de conversation nous allions avoir. Allait-elle simplement prendre le sac et s’en aller ? Ou me poserait-elle des questions sur mon choix ? Je n’avais pas vu Emma le matin; comme à l’habitude, elle se promenait d’un meeting à l’autre. Je me demandais si elle me poserait un lapin, trop occupée, ou bien gênée de ce qu’elle m’avait demandé.

Ma crainte fut vite dissipée quand je l’aperçus entrer dans le café. Elle me regarda depuis la porte et me fit un petit sourire coquin qui ne me déplut pas. Sous son petit trench noir très ajusté, on apercevait le décolleté tout de même assez prononcé de son chemisier, dans lequel plongeait somptueusement un collier de perles. C’était vraiment une très jolie femme. J’avais depuis longtemps remarqué sa belle poitrine… Une belle paire de seins, du genre qui vous remplissent bien la main…

Elle se prit un café latte au comptoir, et vint me rejoindre enfin. D’une voix feutrée et sexy, elle engagea la conversation :

-Bonjour Simon, ça va?

-Oui, quoi qu’un peu nerveux… et vous?

-Oui, merci. J’avoue que j’ai bien hâte de voir ce que tu m’as procuré comme première surprise. J’y ai pensé tout le weekend, et je dois avouer que je n’ai que cela en tête ce matin…

-Je vois. Eh bien, j’ai pris bien du plaisir à chercher ce qui pourrait vous satisfaire, et j’espère avoir fait le bon choix.

-Assez tardé alors, montre-moi maintenant mon nouvel ami.

Elle avait cette façon de me regarder, une lueur dans ses yeux que je n’avais jamais vue. Je la sentais en fait très excitée. Je pris donc le sac et le lui remis.

-Belle présentation, je vois que tu as pensé à tout.

Elle ouvrit le sac délicatement, en sortit discrètement l’élégante petite boite noire et la mit sur ses genoux, à l’abri des regards. Elle ouvrit délicatement le couvercle, sans l’enlever complètement, puis contempla le contenu. Elle me regarda ensuite, et l’expression dans son visage m’indiquait que ce qu’elle venait de voir semblait lui plaire, ou du moins l’intriguer. Elle me dit alors:

– Élégant… Mignon… Compact… Mais qu’est-ce exactement?

– Il s’agit d’un tout nouveau modèle de vibrateur rechargeable à vitesse variable, d’une forme pour le moins avant-gardiste. Il est conçu pour tenir parfaitement dans le creux de la main, alors que celle-ci parcourt les courbes de votre corps pour le caresser. Sa texture soyeuse stimulera vos seins, et votre… Vous savez…

Elle enchaîna, taquine :

– …mon sexe, c’est bien cela? N’ayons pas peur des mots Simon, tu viens quand même de m’acheter mon tout premier vibrateur après tout…

– Enfin, oui, votre sexe et toute zone érogène. Il est aussi parfaitement étanche et peut donc vous suivre dans le bain, ou sous la douche. D’ailleurs, il peut vous suivre presque partout de par sa petite taille, se glissant aisément dans le sac à main. De plus si sa couleur magenta n’est pas sans rappeler les petits fruits, vous verrez en le sortant de la boite que son revêtement dégage également un doux arôme enivrant.

– Oui, je l’ai senti en ouvrant la boite. J’aime bien cette odeur.

– Au fait, je l’ai déjà rechargé, il est donc prêt à l’emploi.

– Tu ne négliges aucun détail, n’est-ce pas? J’adore ça… J’ai bien hâte d’en faire l’essai, je te remercie. Je suis maintenant aussi curieuse de savoir ce que tu me réserves pour demain…

– Mon choix est déjà fait. Vous ne serez pas déçue.

Sur ce, elle se leva, remis son manteau, me regarda dans les yeux l’air satisfaite, et sortit, tandis que je terminais mon café.

Je m’imaginais tout plein de scénarios dans ma tête, concernant ce qu’elle ferait de ce vibrateur, du moment et du lieu où elle l’utiliserait pour la toute première fois.

Vers 23h ce soir-là, alors que j’allais me mettre au lit, à ma grande surprise je reçus un texto. C’était Emma.

– Oh… Simon… quelle merveille ! En sortant de la douche, je me suis mise au lit, nue, avec un verre de vin et mon nouveau petit copain. Quelques minutes plus tard, ma chatte ruisselait et je me tordais de plaisir dans mes draps. Mes mamelons n’ont jamais été aussi durs, et mes seins sentent les baies. Je peux encore sentir les vibrations sur mon sexe engourdi, bien après les spasmes de plaisir. La mouille perle encore sur mes cuisses… D’ailleurs, dorénavant je t’appellerai Monsieur Pearls. XXX EMMA

Je lisais ces mots, le téléphone dans une main et la queue dans l’autre, étant moi-même sur le bord de jouir. J’étais à la fois gêné et excité devant ces mots crus. Jamais je n’aurais pensé qu’elle était aussi perverse. Mais ça me plaisait au plus haut point. J’imaginais Emma, nue dans son grand lit, les cuisses mouillées et satisfaite… Ce qui me plaisait le plus, c’était de savoir qu’il me restait encore 4 sex-toys à lui remettre, et que ce texto ne serait sans doute que le premier… Afin de conserver une certaine distance pour que le jeu puisse garder son cours, je lui répondis tout simplement :

-Bonne nuit chère Emma. On se voit demain, même heure, au petit café, pour votre prochaine surprise. Bien à vous, Monsieur Pearls.

Lire la Suite:

Mr PearlsArticle écrit par Monsieur Pearls

On dit du fantasme qu’il se situe à la limite entre pulsions et interdits. Par l’écriture, je voyage le long de cette frontière, me plaisant tout particulièrement dans les courbes. Laissons ensembles nos tentations guider notre imaginaire, et suivez-moi à la rencontre de la luxure. Je suis Monsieur Pearls, votre guide du plaisir et humble serviteur.

Laisser un commentaire