L’Orgasme Anal Féminin ou l’Art Primordial du Régal Rectal

Dès qu’on évoque la possibilité des fesses dans l’aventure sexuelle, on observe parfois les visages se remplir d’effroi et les corps se contracter dans une position défensive exagérée. La zone anale fait peur. D’abord à cause de son aura négative d’endroit du corps un peu sale, et ensuite parce que c’est un lieu exigu dont l’entrée peut être douloureuse si on fonce tête baissée…

Alors qu’en fait, en s’y prenant bien, la stimulation anale peut mener loin sur les chemins du plaisir. Et puis qu’il vienne de la zone vaginale, anale ou d’un monde parallèle, l’orgasme est toujours bon à prendre !

L’extase anale façon septième ciel existe, et si vous suivez nos conseils, vous allez la rencontrer.

Qu’est-ce que l’orgasme anal ?

Commençons par vous mettre l’eau à la bouche.

L’orgasme est tout simplement le plaisir intense ressenti grâce à la détente après une tension sexuelle, or la voie vaginale n’est pas la seule capable de vous faire parvenir à cette apothéose. L’anus est une zone extrêmement riche en terminaisons nerveuses et son potentiel orgasmique est injustement méconnu.

Un certain nombre de ces nerfs qui poussent à l’extase sont communs entre la paroi anale et vaginale. On peut ainsi stimuler ces nerfs vaginaux par voie anale.

Pour trouver ce paquet de nerfs cachés dans votre rectum, munissez-vous d’un doigt, d’un sextoy, d’un pénis, et allez gratter du côté de la paroi supérieure de votre rectum, comme si vous visiez le nombril (un peu de la même manière que si vous partiez en quête du point G du côté vaginal).

A force de pratique et en suivant les conseils ci-dessous, vous ne tarderez pas à découvrir cet orgasme unique, forcément un peu différent de l’orgasme vaginal ou clitoridien que vous connaissez… La nouveauté participera aussi à votre contentement ! Et comme nous sommes toutes différentes, l’effet variera d’une femme à l’autre : certaines deviendront peut-être accro !

5 conseils clé pour laisser cet orgasme s’approcher par derrière

C’est en forgeant qu’on devient forgeron, et vous ne parviendrez sans doute pas au sommet du plaisir du premier coup. Il faut de l’entraînement, de la préparation et beaucoup de doigté…

On y va lentement

« Vas-y Franco, une fois que tu seras passé ça devrait le faire. » Et bien, non, ça ne fonctionne absolument pas comme ça. On ne peut pas glisser un pénis soudainement dans le rectum comme si de rien n’était. Il faut y aller progressivement. Et s’entrainer en amont.

Sous la douche, dans votre bain, le soir au fond du lit, commencez par aller tâter le terrain avec un doigt, juste pour voir la sensation, pour habituer l’endroit à une présence étrangère. Il faut que votre anus s’habitue à l’idée qu’il n’est pas seulement une porte de sortie, mais aussi une entrée prisée.

On guide son homme

L’avantage de commencer avec le doigt, c’est que celui-ci vous permet de comprendre comment fonctionne la chose des deux côtés de l’exercice. Vous êtes ainsi à la fois celle qui bénéficie de ce plaisir délicat et celle qui le donne avec tact et doigté. Il vous suffira ensuite de partager votre savoir avec votre homme pour qu’il s’y prenne correctement.

Une fois votre index habitué à la fouille de votre séant, vous pouvez passer à l’étape supérieure en allant explorer la zone à l’aide d’un plug prévu à cet effet (c’est-à-dire doté d’une base élargie qui empêche l’aspiration). Ou si vous vous sentez prête, demandez à votre moitié d’aller glisser son membre viril une fois que vous êtes suffisamment bouillante.

On conserve sa routine

Si vous avez vos petites habitudes du côté vaginal, gardez-les en passant du côté anal ! Tout ce que vous avez l’habitude de pratiquer en solitaire ou en couple pour parvenir à l’orgasme vaginal doit être appliqué autant que possible du côté de vos fesses.

Vous serez ainsi plus à l’aise avec cette exploration nouvelle, et votre corps entamera son processus habituel pour vous faire grimper au rideau ne serait-ce que par habitude !

Si vous avez par exemple l’habitude de faire un peu vibrer votre clitoris à l’aide d’un masseur adapté avant de passer à la casserole, demandez à votre partenaire de stimuler de la même façon votre anus !

Ou si vous adorez avoir les yeux bandés et les poignets attachés pendant la galipette, ne changez rien non plus à vos habitudes BDSM !

On essaye différentes techniques

Ce conseil ne vient pas contredire le précédent, il s’agit de varier les techniques sur un fond que vous maitrisez. C’est également un moyen de vous initier en douceur aux joies anales. Par exemple, alors que vous êtes en train de faire la bête à deux dos en missionnaire (ou dans la position préférée du moment), incorporez doucement les jeux anaux à l’aide de vos doigts ou d’un plug.

Ainsi, durant vos sessions de douces pénétrations vaginales, le plaisir anal s’installera progressivement. Et quand vous serez prête, vous ferez passer le plaisir anal d’accompagnement à plat principal. L’orgasme aura ainsi plus de chance de venir bientôt taper à votre porte.

On met beaucoup de lubrifiant

C’est la règle de base lorsque l’on s’aventure du côté des fesses. Il faut mettre des tonnes de lubrifiant pour que tout glisse sans que rien ne crisse. Contrairement au vagin qui se lubrifie naturellement, le rectum a besoin de votre aide. Pas d’orgasme anal si ça coince dans le canal.

Certains lubrifiants dédiés au sexe anal contiennent des anesthésiants. L’idée est de faciliter la sodomie. Mais si le procédé permet effectivement une sodomie sans souci, il diminue fortement vos chances d’avoir un orgasme anal. Car l’anesthésiant atténue la douleur autant que le plaisir. Et puis l’autre inconvénient de l’anesthésiant, c’est qu’une fois qu’il ne fait plus effet, vous pouvez réaliser un peu tard que l’exploration anale était plus brutale que vous ne l’aviez imaginé !

L’apothéose du popotin

C’est donc d’abord le temps qui sera votre allié dans cette quête de l’orgasme anal. Il faudra habituer votre corps à la chose pour que progressivement votre rectum s’accommode à l’idée délicieuse d’être mis à contribution dans vos extases. Votre patience sera largement récompensée car vous toucherez à une nouvelle jouissance à vous taper le cul par terre.

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.