Quand la Science Démonte les Légendes en Matière de Sexe

Elle est plutôt puissante et bien colportée, la rumeur autour de la sexualité : au milieu des vérités sur le sexe que le monde moderne maîtrise de mieux en mieux, il existe encore un assez grand fouillis d’informations qui naviguent dans les eaux troubles de l’à peu près quand elles ne sombrent pas complètement dans l’erreur absolue…

Les mythes sexuels

Heureusement, la science est là pour rappeler à l’ordre les croyances et faire un peu de nettoyage entre l’avéré et le suggéré. Alors pour vous aider à démêler le vrai du faux dans ce vaste champ du savoir sexuel, voilà quelques légendes dézinguées par le Docteur Caroll, professeur de Pédiatrie à l’Université de Médecine de l’Indiana et Rachel Vreeman, professeur assistant en pédiatrie dans cette même université.

Un homme aux grands pieds est bien pourvu

On a tous et toutes déjà entendu cette phrase : « Si un homme a des grands pieds, cela veut dire qu’il a un grand sexe. » Et même en appartenant à la catégorie des raisonnables ne donnant pas de crédit à cette légende, il y a toujours le doute infime qui pousse à regarder discrètement sous la table la moyenne des pointures masculines… Au moins deux études ont été menées sur le sujet, indique le Docteur Caroll, et aucune des deux n’a réussi à démontrer un quelconque lien entre la taille des pieds et celle du sexe. Inutile donc de regarder ses pieds pour savoir si vous allez prendre le vôtre !

Les hommes pensent au sexe toutes les 7 secondes

Autre mythe bien ancré, celui-ci est lié à  l’obsession du sexe que l’on attribue aux hommes. La réalité est que penser au sexe toutes les 7 secondes impliquerait que les hommes y pensent à peu près à chaque fois qu’ils respirent, ou un peu plus de 6000 fois par jour… Outre l’aspect épuisant d’un tel rythme, cette obsession les empêcheraient de se concentrer sur d’autres choses ! Une étude menée en 1994 a permis de démontrer en fait que si les hommes pensent indéniablement plus au sexe que les femmes, ils restent relativement raisonnables puisque près de la moitié d’entre eux n’y pensent pas tous les jours !

Les huîtres et le chocolat réveillent les ardeurs

Inscrites sur la liste chargée des aliments réputés aphrodisiaques, les huîtres sont entourées de nombreuses légendes comme celle de Casanova qui en consommait 50 chaque matin pour assurer pendant la journée… En réalité, aucune étude scientifique n’a permis de démontrer un quelconque pouvoir de rendre avide de stupre le consommateur d’huîtres. La seule réalité est que l’huître contient du zinc, élément important pour un sperme en bonne santé. Le chocolat de son côté permettrait de baisser la pression sanguine et favoriserait ainsi la bonne marche de l’appareil génital masculin… Mais là encore, aucune étude n’a jamais vraiment permis de mettre en exergue un aliment plutôt qu’un autre pour transformer tout un chacun en bête assoiffée de sexe !

Des ébats fougueux peuvent entraîner une crise cardiaque

Nous avons tous entendus parler de ces personnes mourant en plein ébat, terrassés par une crise cardiaque… En réalité, l’épectase, c’est à dire le fait de mourir pendant une galipette est très rare. Une grande étude appelée « Framingham Heart Study » a ainsi expliqué que si l’on n’a pas de problème de diabète et que l’on ne fume pas, les chances de mourir en pleine galipette sont de 1 sur 1 million… La galipette n’est pas une activité si intense et si votre cœur chavire, ce sera avant tout par amour !

La pilule fait grossir

Cette légende provient en fait d’un début de vérité puisque les premières pilules contraceptives contenaient des œstrogènes et progestérones en surdose. Ce mauvais dosage pouvait alors entraîner un gain de poids. Mais aujourd’hui, ces pilules sont mieux équilibrées et aucune étude n’a démontré un lien entre celles-ci et une quelconque prise de poids.

Les testicules s’affaissent avec l’âge

Beaucoup d’hommes en sont persuadés, mais en réalité, c’est une impression provoquée par un autre changement : avec l’âge, les testicules produisent moins de sperme et celui-ci perd également en efficacité. Les zones de production du sperme commencent alors à se désagréger et les testicules, dans le même temps, rétrécissent. C’est ce rétrécissement qui donne alors l’impression que les poches, moins pleines, s’affaissent. Les hommes ne sont que les victimes d’une méchante illusion d’optique !

Il faut éviter le sexe avant une épreuve sportive

Beaucoup d’athlètes pensent que la galipette avant une épreuve sportive est à bannir. Le manque d’énergie et de concentration post coïtal est l’argument avancé. En réalité, une étude a révélé qu’au contraire, le sexe pourrait améliorer les performances des sportifs car le taux de testostérone serait plus important un lendemain de galipettes. Par ailleurs, il a été prouvé que le sexe n’avait aucun effet sur nos muscles ou notre réactivité. On savait que faire du sport était bon pour la sexualité, on sait maintenant que la réciproque est vraie !

Participer aux tâches ménagères booste la vie sexuelle des hommes

Partant du principe qu’un homme qui participe autant que sa femme aux tâches ménagères représente une excellente base d’un mariage heureux, on a un peu extrapolé le bonheur. En réalité, une étude menée auprès de 3500 couples a montré que les couples dits « traditionnels » dans lesquels la femme en fait plus pour la maison ont davantage de rapports sexuels. A l’inverse, plus un homme participe aux tâches ménagères, moins il y a de sexe dans le couple ! Cette étude a cependant une vingtaine d’années et mériterait donc d’être un peu actualisé…

Partir à l’aventure

Le monde de la sexualité est particulièrement truffé de « on dit » et de légendes plus ou moins saugrenues car c’est encore un sujet plein de tabous dans lequel la science ne se plonge réellement que depuis relativement peu de temps, à échelle humaine. C’est encore une terre en friche où les aventuriers du plaisir avancent prudemment en découvrant toujours davantage dans ce magnifique eldorado de la libido !

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.