8 Comportements à Éviter Absolument dans un Love Store !

Qu’on y entre par hasard ou dans le but de remplir le tiroir de sa table de nuit d’une multitude d’accessoires coquins en tout genre, on peut se sentir mal à son aise au milieu d’un Love Store ou d’un Sex-shop qui met à nu notre intimité. Et quand on est mal à l’aise, on dérape, on bafouille, on fait des bourdes…

Alors pour vous éviter toute humiliation désagréable et pour le bien-être des vendeuses et vendeurs à votre service, mais sans exagérer quand même, voici la liste de 8 choses à proscrire impérativement quand vous entrez dans ces cavernes d’Ali baba orgasmique.

1) N’amenez pas votre enfant

Ça peut paraître évident, mais il est facile de se faire piéger dans le feu de l’action. Voilà plusieurs semaines que l’on hésite à entrer dans cette boutique toute rose et dont les jolis accessoires crient leur envie de nous montrer leurs possibilités et quand enfin on a le courage de le faire, on oublie qu’on a un bambin au bout de la main. Et le bambin est proscrit. Ce n’est pas comme dans un bar où le gamin a le droit d’être là tant qu’il reste à la grenadine. Même si c’est juste pour voir un truc une minute ou poser une question rapide et même si les Love Store d’aujourd’hui sont tout mignons et ressemblent à des boutiques de design, les enfants y sont toujours interdits.

2) Ne demandez pas aux vendeurs ce qu’ils aiment

On a beau, sur ce blog, être les premiers à vouloir délier les langues sur le sujet du sexe, on ne peut pas demander à un inconnu ses préférences intimes. Un sex-shop, ce n’est pas comme une librairie. Demander au vendeur s’il préfère le fouet ou le plumeau, ou s’il a déjà utilisé un rabbit en pleine galipette, c’est une intrusion flagrante dans sa vie privée. Si le vendeur veut partager son expérience, il le fera de lui-même.

3) Les vendeurs n’ont pas essayé tous les sextoys

De même qu’aucun libraire n’a pas lu tous les livres, les personnes qui travaillent dans un sex-shop n’ont pas essayé tous les sex-toys. Inutile de partir de cette hypothèse embarrassante en demandant « mais avec celui-là vous arrivez à avoir des orgasmes en combien de temps ? Et celui-là est-ce que vous l’avez utilisé en gang bang ? Et ce petit vibromasseur tout discret, il est comment dans le métro ? » Et même si le vendeur avait tout essayé, tout vu, tout testé… vous ne pouvez pas comparer vos plaisirs. Pour vous guider, il ou elle aura besoin de connaître vos envies propres.

4) Non, on ne peut pas le rapporter si on n’aime pas

On vous comprend, vous avez envie d’avoir le sex-toy parfait, celui qui vous fera vibrer jusqu’au bout de la nuit pour des extases qui n’en finissent plus. Et nous sommes certains que cet objet existe et que vous allez le rencontrez même s’il vous faudra peut-être avancer à tâtons et tester quelques autres objets avant de trouver celui qui vous convient parfaitement. Mais non, vous ne pourrez pas essayer un rabbit pour voir si ça vous convient et le rapporter le lendemain parce que ce n’est pas exactement ce que vous cherchez… Et même si vous êtes déçu(e) de ne pas pouvoir le faire, nous vous le garantissons, c’est aussi pour votre bien.

5) Les vendeuses ne sont pas des filles de joie

Certains ont tendance à imaginer que travailler dans un sex-shop implique nécessairement que l’on est très très très ouvert sexuellement… Mais non, vendre des sextoys est un métier comme un autre qui n’implique pas d’être un fanatique des gang bangs avec des inconnus dans des caves sombres. Donc si vous avez des envies de sexe torride, ces vendeurs se feront un plaisir de vous montrer comment tous ces accessoires de plaisir pourront vous combler. Pour du corps à corps, il faudra vous adresser ailleurs : internet fourmille de sites de rencontre en tout genre.

6) Les vendeurs ne sont pas des sexologues

Non, même avec toute la bonne volonté du monde, les vendeurs ne sauront pas expliquer pourquoi vous n’arrivez pas à avoir d’orgasme en levrette sauf les soirs de pleine lune. Ils ne pourront pas non plus trouver le sex-toy pour couple capable de vous éviter le divorce. Un sexologue ou un conseiller conjugal sera bien mieux placé !

7) Ne soyez pas méprisant

Avec le trac et la peur de l’intimité dévoilée, on peut s’enfermer dans le cynisme en pouffant devant tous les sex-toys, ou en méprisant les clients potentiels de tel ou tel accessoire… Vous n’avez pas besoin de prendre trop au sérieux votre visite de love store, et rire en couple permettra de dédramatiser la situation, mais soyez respectueux. Si vous n’êtes pas encore prêt à montrer en public votre intérêt pour les accessoires de plaisir, faites vos emplettes sur internet !

8) N’essayez pas d’impressionner les vendeurs

Inutile de faire votre malin en cherchant à montrer aux vendeurs que vous êtes un véritable dieu du sexe expert en sex-toys. D’abord parce que si vous n’y connaissez rien, vous serez rapidement démasqué, et ensuite parce que cela ne vous mènera nulle part. Si vous savez ce que vous voulez, tant mieux pour vous ! Les vendeurs sont là pour vous aider, par pour s’extasier devant votre savoir coquin et vos multiples conquêtes et parties fines avec la femme d’un ministre.

Lèche vitrine

Nous ne voulons pas vous décourager d’entrer dans un love store, au contraire ! Nous souhaitons que votre expérience soit la plus agréable possible, que les vendeurs soient à votre écoute et que vous sortiez de là avec les conseils que vous recherchiez ou l’accessoire qui ravira vos nuits. Parler sexe avec des inconnus n’a rien d’évident et nous espérons que ces quelques conseils vous mettront sur la bonne voie coquine, sans sortie de route !

Tout sur les Love-Shop :

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.