X

Enquête interne – Fiction érotique – Suite et fin

Last updated:

TW : la seconde partie de la nouvelle contient des scènes SM. 

 

Danielle partit au volant de sa Honda Civic blanche. Drake et Janice la suivaient à quelque distance dans le pick-up noir brillant de Drake.

Dans son studio, Danielle avait du matériel vidéo et audio de première qualité. Des lampes fluorescentes, deux caméras montées sur de grands trépieds, des microphones suspendus.

« C’est ici que tout se passe. Mon Hollywood personnel », déclara Danielle. « Quand j’ai commencé, j’avais un équipement minable. Juste un iPhone sur un trépied. »

« On dirait que vous avez bien évolué dans ce monde. » Drake toucha la caméra.

Danielle sourit. « Ça fait un petit moment maintenant que j’investis dans cette industrie. »

Janice l’interrompit. « Où se trouve le gode que vous utilisiez dans cette vidéo ? » Ses yeux parcouraient la pièce, d’un coin à l’autre.

Danielle se dirigea vers un meuble derrière l’une des caméras. Avant de l’ouvrir, elle se retourna vers Janice. « Je n’aurais jamais soupçonné un tel empressement venant de votre part. »

Danielle déverrouilla la porte et la laissa s’ouvrir avec un lent grincement.

Janice fut ébahie devant la collection de jouets distincts, et par quelques curiosités brillantes.

« Wow, » dit-elle. « Cela représente des heures et des heures de … de … de bons moments. »

Elle adressa un coup d’œil rapide à Drake.

Danielle sortit un énorme gode penché et le fit claquer dans la paume de sa main, tel un adjoint de shérif tenant une matraque. « Pensez au plaisir, et puis imaginez tous les hommes – et les femmes – qui vous regardent en prendre ! Vous aurez ainsi toute leur attention. » Elle serra la bite contre sa poitrine. « Ça m’excite totalement rien que d’y penser. C’est comme ça que j’ai commencé. »

Janice s’apprêtait à répondre mais se tut en apercevant le gode rose criard de la vidéo. Il y a quelques mois, pour les besoins de l’enquête, Janice avait téléchargé la vidéo de Danielle qui jouait avec cette longue bite rose. La vidéo avait été téléchargée pour servir de preuve, mais elle était plus que cela pour Janice. Elle l’avait regardée de nombreuses fois. Rapidement, elle avait commencé à regarder les preuves en permanence à la maison et à se faire plaisir pendant qu’elle « enquêtait ».

En voyant le gode, elle se mit à saliver. Les images de la vidéo qu’elle avait regardée si souvent envahirent son esprit. Elle devint soudain très heureuse. Immédiatement, les yeux de Danielle furent attirés par les coups d’œil de Janice lançait par-dessus son épaule vers le meuble.

« Vous êtes si prévisible. » Danielle sourit. « J’ai toujours pensé que les avocats, les enquêteurs, étaient les plus stoïques. Froids sur des sujets comme le sexe et les jouets sexuels. Concentrés uniquement sur l’arrestation du méchant. Je ne savais pas que vous apprécieriez autant toute cette expérience. »

« Nous sommes des humains, pas seulement des chiens de chasse juridiques », dit Drake.

Janice l’interrompit pour se rendre à Danielle. « Je veux ce long gode rose. »

« Il vient de la vidéo que tu as tant aimée », intervint Drake.

« Je sais », dit Janice, ses yeux se rétrécissant de convoitise.

« Nous pouvons nous amuser un peu avant de commencer le véritable enregistrement. J’ai quelques scénarios pour notre vidéo, mais cela nous permettra d’apprendre à nous connaître, » dit Danielle.

« Alors ma chatte est à toi, pour pour le moment », dit Janice.

Danielle posa ses mains sur les petites épaules de Janice.

« J’ai envie de découvrir à quel point ta chatte est bonne. Drake, ici présent, pense qu’elle est parfaite. Je dois savoir si je peux faire confiance à Drake. » Elle a jeté un coup d’œil vers ce dernier par-dessus son épaule. « Ma réputation repose sur sa parole. »

« Je peux vous aider », dit Janice. « Vous êtes prête à vous offrir, n’est-ce pas ? »

« Bien sûr. »

Janice releva sa jupe pour révéler une minuscule culotte violette.

« Mignon », dit Danielle.

Janice fit descendre sa culotte pour lui donner un meilleur aperçu.

La chatte de Janice était fraîchement rasée. Danielle passa sa main sur la chair intime.

Ensuite, Janice déboutonna son chemisier puis retira son soutien-gorge, bonnet A.

Ses mamelons étaient tendus, déjà raidis par la simple pensée de ce qui allait se passer. Cependant, au lieu de sourire à Danielle, c’est à Drake qu’elle adressa un sourire. Danielle ne remarqua rien.

Danielle mit sa bouche sur un des petits seins de Janice. La tête de cette dernière tomba en arrière de plaisir. Elle ne pouvait que dire « C’est si bon. »

Danielle fit glisser sa langue sur le téton du sein, comme une jeune fille léchant un cornet de glace un jour d’été.

Pendant que les deux femmes poursuivaient leurs petites affaires, Drake sortit sa bite et commença à la caresser.

Bientôt, Danielle retira ses lèvres des seins de Janice. Elle ordonna à celle-ci de s’asseoir sur la table recouverte d’une nappe blanche.

Janice interrompit cet ordre. « Je ne vous ai vue qu’à travers l’écran. Je veux un peu de vous aussi avant toute autre chose. »

« Ça me paraît équitable. » Danielle sourit. « Alors laisse-moi faire. »

Elle déboutonna son chemisier et défit son soutien-gorge beige très échancré. Ses seins lourds retombèrent sans entrave. Danielle les souleva avec les paumes de ses mains et serra fort.

« Tu veux toucher ? »

Janice sourit. Elle ne bougea pas.

Danielle poussa soudain un petit cri, surprise par les deux mains puissantes qui lui attrapaient la taille.

Drake l’attira vers lui. Ses mains se sont déplacèrent vers la fermeture éclair du pantalon de Danielle. Pour éviter qu’elle ne déclenche une prise d’auto-défense, Janice attrapa les seins de Danielle et lui tordit les tétons. Tout en souriant.

Danielle commenca à dire quelque chose, mais Drake plaqua son menton rugueux à la base du cou de Danielle et l’embrassa. L’adjoint du shérif se tordait et grimaçait. Elle était prise entre un maintien ferme, le plaisir et le titillement.

Bientôt, son pantalon et sa petite culotte se retrouvèrent à ses chevilles. L’un des bras de Drake était enroulé autour de Danielle pour la maintenir sous contrôle. Sa main glissa dans sa toison blonde et ses doigts firent vibrer ses lèvres, comme une guitare classique.

« Elle a une bonne chatte », dit Drake à Janice. Le ton de sa voix devint ferme.

La voix de Janice se joignit à la sienne. « Ecarte ses jambes. Je ne l’ai pas vue de près. »

Drake mit Danielle à genoux, puis sur le dos. Janice se mit à quatre pattes et recula, jusqu’à ce que ses tibias coincent les bras de Danielle. Une fois au-dessus du visage de Danielle, Janice baissa très lentement sa chatte. Janice écarta ses propres genoux, afin que ses lèvres soient ouvertes, prêtes à manger et à être mangée tout à la fois.

« Mets ta bouche dessus, Danni », aboya Janice. « Ouvre la bouche. Je veux sentir ta langue. » Elle pressa ses hanches sur le visage de Danielle, s’assurant que l’adjointe du shérif luttait pour respirer.

Drake attrapa le gode qu’il avait à portée de main. Il ouvrit les jambes de Danielle en les écartant suffisamment pour que son sexe rose apparaisse entre ses belles jambes. Il fit glisser le jouet pointu le long de sa chatte. Sans prévenir, il l’introduisit en elle. Son humidité rendit la chose plus facile.

Les hanches de Danielle se soulevèrent du sol avec la sensation inattendue d’une verge glissant profondément en elle. Elle voulut se tourner, mais Janice lui bloqua la respiration. Alors, elle se tendit sous le coup des poussées de Drake. Son cou rougissait et ses veines palpitaient. La peur de ne pas respirer commençait à l’envahir. Dans un ultime effort, quelques secondes plus tard, Danielle souleva Janice. Elle inhala une bouffée d’air vicié, le visage rouge et les yeux écarquillés par la peur.

« Tu aimes ça, n’est-ce pas, Danni ? » lui demanda méchamment Janice.

Danielle ne pouvait pas répondre, car elle profitait de pouvoir respirer et Drake maintenait toujours le gode en elle. Gracieusement, Drake le retira, permettant au corps de Danielle de se détendre. Bientôt, les gonflements rapides et saccadés de sa poitrine ralentirent. Ses jambes s’aplatirent. Ses pieds tombèrent mollement sur le côté.

Drake et Janice n’avaient pas terminé. Drake se déplaca entre les jambes de Danielle et a frotté le gland durci de sa bite contre Danielle. Puis il a dit à Janice de se mettre en face.

Elle se retourna mais continua à planer de manière menaçante au-dessus de Danielle.

« Tu crois qu’elle peut nous gérer toutes les deux ? » demande-t-il à Janice avec un souffle sinistre, sachant que la victime l’entendait.

Janice ne répondit pas. Au lieu de cela, elle s’assit sur Danielle, lui laissant à peine la possibilité de respirer normalement. Puis Drake enfonça sa bite dans l’adjointe sursollicitée.

Le couple poussait et se tordait de plaisir autour du corps de Danielle. Comme avant, les mains de Danielle s’agitaient sur le sol, cherchant quelque chose à agripper. Ne trouvant rien, ses mains attrapèrent les cuisses de Janice et enfoncèrent ses doigts durs dans la chair maigre et souple. Cette fois, Janice ne laisserait pas son petit corps être soulevé. Pendant ce temps, Drake souleva les lourdes cuisses de Danielle pour lui enlever toute chance de résister à ses assaillants et de s’échapper.

Lorsque la tête de Danielle se mit à se démener d’un côté à l’autre, Janice relâcha finalement la pression, en avançant son corps vers l’avant à quatre pattes, ses tibias coinçant toujours les bras de Danielle.

Danielle se souleva désespérément, sauvagement, pour faire entrer de l’air frais dans ses poumons. Elle toussa et reprit le contrôle de ses sens.

Avec la femme en dessous d’elle, Janice concentra son attention sur Drake. En parlant avec ses yeux sournois, elle demanda à Drake de retirer sa bite de la chatte chaude et humide. Janice se pencha de façon à ce que sa langue atteigne la bite qu’elle connaissait depuis des années, en raison d’enquêtes menées conjointement.

Elle aimait sa longueur. Pas trop longue, pas trop courte, pas trop épaisse, pas trop maigre, juste ce qu’il faut pour Janice. Drake se redressa et posa ses mains sur ses hanches. Il ferma les yeux pour apprécier les lèvres et la langue. Elle savait comment les faire bouger de la bonne façon.

Une autre enquête avait à nouveau réuni Janice et Drake. Et, après avoir pris le contrôle de la nuit, le couple baisait vers son apogée. Un pic spécial qui n’arrivait que lorsqu’ils étaient au milieu d’une affaire. Soudain, Janice relâcha la bite de Drake dans un souffle.

Danielle avait repris le contrôle d’un gode. Elle introduisit le jouet dans la chatte de Janice, le tordant et enfonçant la longueur profondément à l’intérieur d’elle. La pression et le rythme étaient implacables. En plus de ses sentiments pour Drake, ces nouvelles sensations parcouraient le corps de Janice, des pulsations battaient dans sa poitrine, des picotements lui parcouraient le bout des doigts, de la chaleur s’échappait de son cuir chevelu. Janice pressa sa langue contre ses dents, afin de réinitialiser son corps et de le préparer à l’assaut à venir.

La première explosion de l’orgasme la frappa jusqu’à ce qu’elle atteigne un plateau. Puis elle se propagea, resserrant ses muscles et étouffant sa respiration. Bientôt, sa tête tomba, ses coudes faiblirent. Elle s’allongea sur Danielle.

Les deux femmes restèrent ainsi allongées l’une sur l’autre un moment avant que Janice ne glisse de Danielle. Drake se tenait au-dessus des deux femmes.

Il ne dit rien. Il se contenta de sourire. Il caressa sa bite jusqu’à ce qu’elle soit complètement dure. Son corps se renforca, sa mâchoire se raidit, sa respiration devint sifflante. Avec un fort grognement, il envoya des jets de sperme sur le visage de Danielle et la petite poitrine de Janice. Il faisait se balancer le dernier filet de sperme au-dessus de la bouche de Janice. Celle-ci ouvrit la bouche.

Les deux enquêteurs s’étalèrent sur le sol. Ils étaient fatigués et se prélassaient dans ce qui les avait fatigués.

Danielle retrouva un peu de force. En se levant, elle dit faiblement : « Je n’avais jamais eu la moindre idée de ce qui se tramait à deux pas de mon bureau. »

L’inspecteur général et son assistante ne prononcèrent aucune parole, et lui répondirent d’un même éclat de rire.

Danielle se dirigea vers le casier et en sortit deux paires de menottes. Elle avait le contrôle. Deux enquêteurs étaient à plat ventre, les mains derrière le dos.

« Tu penses que la vidéo sera bonne ? » lui demanda Drake.

« La vidéo ? »

« J’avais allumé la caméra. Mais les angles ne sont peut-être pas les meilleurs. »

Danielle remarqua alors la lumière rouge sur la caméra. « Alors la vidéo est sur le point de devenir encore plus intéressante. »

Elle sortit deux gros godes de l’armoire. Encore une fois, elle les frappa dans sa main comme elle l’aurait fait avec sa matraque.

Janice et Drake se reposaient chacun sur une malle qui abritait les les accessoires de cinéma de Danielle. Cette dernière, après avoir lubrifié les godes, les introduisit dans leurs culs et les baisa en tandem. Le couple grogna et gémit. Ils se tordaient le cou et tapaient des pieds sur le sol pour demander grâce. Danielle les fit haleter pour chercher de l’air comme ils l’avaient fait pour elle..

Danielle a ralenti le rythme. « Vous avez fait ma nuit », dit-elle.

Les deux inspecteurs n’étaient pas tout blancs. Mais Kelli Tois ne l’était pas non plus. La situation était donc juste.

Le lendemain, Drake scella une enveloppe et l’adressa au bureau du shérif.

 

DIFFUSION PUBLIQUE INTERDITE

Département du shérif du comté de Monroe

Mémorandum interne

À : Shérif Richard Langford

De : Drake Wilkerson, Inspecteur général

CC : Gerald Newsome, chef de bureau, département du shérif du comté de Monroe, bureau des affaires internes, bureau des ressources humaines.

Objet : Examen de l’enquête sur un employé

Le 21 avril 2022, le bureau de l’inspecteur général du département du shérif du comté de Monroe a reçu un courrier dans la boîte de réception des dénonciateurs de la part d’une femme officier de police d’un département voisin concernant le lieutenant Danielle Holdermen. La dénonciation indiquait que l’officier, qui sait que le lieutenant Holdermen est employée par le département du shérif du comté de Monroe, a vu le lieutenant Holdermen sur un site web pornographique. L’officier de police a déclaré que le fait qu’une de ces adjointes prenne « des poses aussi obscènes et s’expose en ligne donne une mauvaise image du département du shérif ».

Suite au signalement, j’ai examiné le site web pour déterminer si oui ou non le lieutenant Holdermen était sur le site, posant comme elle en était accusée. J’ai vérifié que les images sur le site, comme suggéré, ne soient pas celles du lieutenant Holdermen.

En conséquence, l’enquête menée par l’inspecteur général du Bureau a conclu que le courrier soumis dans la boîte de réception des dénonciateurs était incorrect et ne concernait pas le lieutenant Holdermen.

L’enquête a donc été classée. Aucune autre action n’est nécessaire de la part du Bureau de l’Inspecteur Général ou du Département du Sheriff.

Sincèrement,

Drake Wilkerson

Inspecteur général

Département du shérif du comté de Monroe

 

DIFFUSION PUBLIQUE INTERDITE

 

* Pour découvrir la première partie de cette nouvelle, c’est par ici !

** Pour la lire en entier et dans sa version originale en anglais, c’est par .