L’Éducation d’Emma – Cinquième partie

Ce texte appartient à une série d’histoires qui se suivent, rendez-vous ici pour découvrir la première : L’éducation d’Emma

 

L’Éducation d’Emma – Cinquième partie

Vendredi, dernière journée de mon entente avec Emma. Un dernier sextoy à lui remettre, et son ensemble sera complet. J’étais sûr de mon choix, mais j’étais pourtant loin de me douter que les choses n’allaient pas se passer comme je l’avais prévu.

Il pleuvait à verse ce matin-là, et mon manteau dégoûtait accroché à la patère de mon bureau. J’allais assurément passer quelques heures avec les pantalons mouillés, ce que j’avais en horreur. J’ouvris mon parapluie pour le faire sécher, et me mis à chercher mon petit mot érotique du jour, en espérant en trouver encore un. Je ne voyais rien sur le bureau et je regardai donc dans le tiroir de mon classeur. Mes yeux s’ouvrirent soudainement bien grand: il y avait là une photographie de type instantané, sur laquelle on voyait un somptueux sein photographié de très près, du genre selfie, et le focus était parfaitement fait sur le mamelon bien durci, d’une couleur assez foncée, doublé d’une aréole large et légèrement plus pâle. Sous l’image, sur la bordure blanche il y avait écrit à la main: « Chaud et dur, juste à point. »

Si je n’avais pas été au bureau je me serais branlé en regardant cette photo. On ne voyait pas le visage, que le sein en gros plan. Mais la grosseur pouvait bel et bien correspondre avec les seins d’Emma. Elle était de plus en plus à l’aise avec sa sexualité, visiblement. Mon dernier sextoy allait donc surement lui convenir.

Assis à ma table au café, je savais que la barista m’épiait discrètement, et ça m’amusait. Elle devait s’imaginer toutes sortes de choses, et comme Emma arrivait, son imagination ne chaumerait pas. Emma s’assit enfin devant moi.

– Monsieur Pearls, voici maintenant notre dernière rencontre. J’en suis triste, mais vos conseils ont gonflé ma libido pour encore bien des jours. Que me proposez-vous donc pour compléter mon ensemble?

– J’avoue moi aussi avoir pris goût à nos rencontres quotidiennes, ainsi qu’au reste de notre jeu, mais je suis heureux de bien avoir accompli ma mission. Mon dernier achat devrait vous plaire, ainsi qu’à votre mari.

Je lui remis son dernier sac, auquel elle jeta un coup d’œil, suivi d’un sourire.

– Oh je vois que cette fois je ne serai pas seule en contrôle de mes pulsions…

– Effectivement. J’ai choisi ce jouet pour partager le plaisir à deux. C’est un œuf étanche, à insérer dans l’intimité, et contrôlable par télécommande jusqu’à 12 mètres. Il possède plusieurs mode et forces de vibration différents. De plus les gestes posés sur la manette ont un impact direct sur le contrôle de l’œuf, donc c’est vraiment interactif.

– Encore un jeu qui se joue à deux et qui me donnera beaucoup de plaisir visiblement. L’avez-vous chargé ?

– Bien sûr, comme chaque fois.

– Accordez-moi un instant svp.

Elle prit l’œuf dans sa boîte, le glissa dans son sac à main, et se dirigea vers la salle de bain. Elle en ressortit quelques secondes plus tard, et revint à la table. Tout en restant debout, elle prit ensuite la télécommande, la déposa devant moi, et ajouta avant de se diriger vers la sortie d’un air amusé:

– Nos bureaux me semblent bien être à moins de 12 mètres l’un de l’autre, n’est-ce pas?

Elle venait de me donner le contrôle à distance sur sa chatte. Je pourrais contrôler les vibrations de l’œuf en elle tout l’après-midi. Nul besoin de vous dire que je ne tardai pas à la suivre vers le bureau.

Comme il pleuvait encore, je déposai mon téléphone, mon portefeuille et la manette sur mon bureau en arrivant. Je lus quelques courriels urgents qui absorbèrent ma concentration un moment, quand j’entendis derrière moi:

– Qu’est-ce que tu fais avec ça ?

Avant même que j’ai eu le temps de réagir, Sam, qui venait d’entrer dans mon bureau, saisit la télécommande rose vif laissée sur le bureau.

– Euh, rien du tout, rends-moi ça!

– Un instant mon cher, je sais très bien ce que c’est, j’en ai un semblable de la même marque, et tu devras t’expliquer!

Elle avait l’air espiègle et il était évident qu’elle n’avait pas l’intention de me la rendre avant d’avoir eu des explications.

-Sam, c’est compliqué. Rends-moi cette télécommande svp.

– Je n’en ai pas du tout envie, sans savoir qui porte le récepteur en ce moment. Je vois que la télécommande est allumée, et donc en fonction. C’est bien trop amusant comme situation. Je ne te pensais pas aussi vilain Simon… Tu me dois des explications.

– Seulement si tu me rends cette manette.

J’étais en sueur. Je regardais Sam bouger la télécommande, et j’imaginais l’œuf dans la chatte d’Emma vibrant dans tous les sens. Elle devait se tordre de plaisir, en me pensant plutôt insistant… Et en même temps ça m’allumait soudainement de savoir que Sam avait un sextoy semblable.

– J’ai une bonne idée Simon. Nous avons un meeting d’équipe dans quelques minutes, et je crois que je vais jouer les détectives pour m’amuser un peu.

– Sam! Ce n’est pas sérieux, arrête je t’en supplie.

Elle me tira la langue comme une gamine et sortit de mon bureau. J’étais cuit. Elle allait vite découvrir que je faisais vibrer l’entre-jambe de notre patronne à distance. Quand donc allais-je apprendre à fermer cette maudite porte de bureau!

Dans la salle de réunion nous étions environ une dizaine. Sam était assise en face de moi, de l’autre côté de la table rectangulaire. Emma était tout au bout, et présidait la rencontre. Je surveillais Sam du coin de l’œil. Elle avait les deux mains sous la table, et me souriait diaboliquement. Puis elle se mit à faire le tour de la table des yeux, venant probablement de démarrer les vibrations à distances. Elle essayait de voir laquelle des femmes présentes trahirait son plaisir en se tordant sur sa chaise. Ce ne fut pas bien long pour qu’elle s’aperçoive qu’Emma avait soudainement bien de la difficulté à terminer ses phrases. Emma me jetait des regards mêlés d’excitation et de gêne, et Sam me dévisageait, surprise que j’ai une relation mystérieuse avec notre patronne. Je gardais les mains sous la table pour ne pas qu’Emma voit que je n’avais pas la télécommande. Emma semblait de plus en plus excitée et mis fin abruptement à la rencontre, prétextant avoir oublié un appel important. Tous se levèrent pour sortir, Emma la première. Sam resta en dernier, et s’approcha de moi. Elle glissa subtilement la télécommande dans ma poche de pantalon, et me dit tout bas:

– Toi et moi avons rendez-vous au bar ce soir, petit pervers, et tu vas tout me raconter dans les détails. C’est mon prix pour garder le silence. Faire jouir la patronne sur les heures de bureau, c’est très vilain ça…

– J’imagine que je n’ai pas trop le choix. Vers quelle heure?

– 20h. Ne soit pas en retard, Simon.

Elle tourna les talons et sortit de la salle, tout en me fixant le long du mur vitré. Elle était fière de son coup et de l’emprise qu’elle avait maintenant sur moi. Je la sentais toutefois bien excitée de cette révélation, et notre discussion au bar promettait d’être bien corsée.

Je sortis finalement à mon tour de la salle de réunion, et me dirigeai discrètement vers le bureau d’Emma, avec l’intention de lui remettre la télécommande. Je cognai à sa porte et elle me fit signe d’entrer. Aussitôt fait, elle m’ordonna de fermer la porte et de verrouiller. Puis elle me dit:

– Restez-là, Monsieur Pearls. Allumez cette fichu télécommande et achevez-moi, je n’en peux plus. J’ai failli jouir devant tout le groupe avant de terminer la rencontre.

– Vous êtes sûre, Emma? Ça me met un peu mal à l’aise…

– Profitez du spectacle mon cher, en guise de bonus à notre contrat qui se termine à l’instant. Vous avez parfaitement bien accompli votre tâche, et je vous le dois bien après vous avoir fait part de mon plaisir toute la semaine avec de juteux détails. Laissez-moi maintenant vous permettre d’en être témoin.

– Très bien alors.

Comme les murs vitrés entourant son bureau étaient pratiquement opaques, ne laissant passer qu’une lumière diffuse, personne ne pouvait vraiment nous voir. Je sortis donc la télécommande et m’adossai à la porte. Je la regardai dans les yeux et démarrai les vibrations. Elle sourit aussitôt, se détendit et se calla dans son fauteuil après l’avoir un peu reculé. Elle ferma les yeux un instant, pour se concentrer sur les vibrations dans son antre. Elle était vraiment magnifique ainsi. Elle se passa une main dans ses courts cheveux blonds et bouclés, et l’autre vint se promener sur ses seins. Elle détacha les deux boutons du haut de son chemisier, et plongea la main à l’intérieur, tout au fond d’un bonnet de son soutien-gorge. Elle empoigna son gros sein avec fermeté et le pétrit. Je la regardais, tout en manipulant l’émetteur pour varier les sensations dans sa chatte, et je bandais comme un fou. Je voyais pointer son autre mamelon au travers de son chemisier, témoin de son excitation et ne demandant qu’à être pincé lui aussi. Plutôt que de le tripoter à son tour, Emma amena l’autre main de sa tête vers son entre-jambe. Elle glissa les doigts sous sa jupe qui remontait d’elle-même à mesure qu’Emma glissait dans le fauteuil. Je vis apparaître sa belle culotte de satin blanc. Emma me lança d’une voix grave et suave:

– Continuez Monsieur… Voyez comme ma culotte est mouillée… Vous avez fait de moi une vraie petite salope…

Elle glissa ensuite la main dans sa culotte, et entreprit de caresser son clitoris, tout en me regardant bien dans les yeux. Elle savait qu’elle était belle et excitante, et de s’exposer ainsi lui procurait assurément du plaisir. Je ne voyais pas directement sa chatte ni ses mamelons, mais ils étaient juste là, presque dévoilés, sous un petit morceau de tissu. J’essayais de voir si sa chatte était velue ou rasée de près, sans succès.

Additionnés aux caresses de l’œuf vibrant dans sa chatte, quelques coups de doigts supplémentaires sur son petit bouton d’amour suffirent à la faire basculer et son corps se mit à convulser. Elle laissa échapper de petits cris feutrés, se retenant visiblement pour ne pas alerter le voisinage. Elle tentait de soutenir son regard vers moi mais elle n’avait plus le plein contrôle sur son corps. J’en profitai pour fermer le vibrateur à distance. Reprenant peu à peu ses sens, elle me dit:

– J’espère que vous avez apprécié la vue. Je m’attendais à vous voir sortir votre bite et vous branler.

– Le spectacle était formidable, je vous en remercie. Par respect, je n’aurais en aucun cas voulu interférer, savourant plutôt chaque instant de mes yeux. Mais n’ayez crainte, je m’occuperai sous peu de soulager la pression que vous avez causée dans mon membre.

– Hé bien j’apprécie votre retenue, c’est très galant de votre part! J’ai pris bien du plaisir aujourd’hui, tout comme le reste de la semaine. J’imagine que notre relation sera maintenant différente, bien que je m’attende à votre discrétion la plus grande.

– Il en va de soi. J’ai aussi passé de bons moments à lire vos messages, tout comme les petites notes du matin dans mon bureau.

– Les notes du matin? De quoi parlez-vous?

– Hé bien… des post-it coquins, et de la photo ce matin.

– Simon, je n’ai pas remis les pieds dans ton bureau depuis que je t’ai surpris la semaine dernière. J’ignore ce que disaient ces petits mots, mais ils ne sont pas de moi, et visiblement je ne suis pas la seule vilaine fille entre ces murs avec le cul en feu.

Je ne savais plus quoi dire. Qui donc me laissait ces mots si ce n’était Emma, et à qui était ce magnifique téton sur la photo? Quelle autre femme du bureau se doigtait en travaillant? J’allais devoir éclaircir ça…

Gêné par ce petit malaise, je remis la télécommande sur le bureau d’Emma, alors qu’elle replaçait ses seins dans son soutien-gorge. Avant de la laisser, je la remerciai pour cette aventure et lui dit de faire appel à moi si elle avait encore besoin de conseils.

– Avec plaisir, Monsieur Pearls. J’ai aussi en tête quelques personnes qui pourraient bien bénéficier de vos qualités, je vous les référerai probablement lorsque l’occasion s’y prêtera.

– Voilà une bonne idée. Donnez-leur mon adresse courriel, monsieurpearls@gmail.com , ainsi le tout se fera dans la plus grande discrétion.

Je sortis donc de son bureau, et pris congé le reste de la journée. J’avais envie d’aller me détendre après ces émotions, et de réfléchir à tout ça. J’avais maintenant une énigme à résoudre, et je devais trouver comment aborder la situation avec Samuelle qui était au fait de mon jardin secret. Mais ça, c’est une toute autre histoire…

FIN

Mr PearlsArticle écrit par Monsieur Pearls

On dit du fantasme qu’il se situe à la limite entre pulsions et interdits. Par l’écriture, je voyage le long de cette frontière, me plaisant tout particulièrement dans les courbes. Laissons ensembles nos tentations guider notre imaginaire, et suivez-moi à la rencontre de la luxure. Je suis Monsieur Pearls, votre guide du plaisir et humble serviteur.

Laisser un commentaire