L’Éducation d’Emma – Troisième partie

Ce texte appartient à une série d’histoires qui se suivent, rendez-vous ici pour découvrir la première : L’éducation d’Emma

 

En sortant de l’ascenseur du 12e étage de l’édifice où je travaille, on arrive directement au bureau de la réceptionniste. Comme c’est souvent le cas, la nôtre, Samuelle, est fort jolie. On ne se le cachera pas, sa beauté l’a surement aidée à avoir le poste. Elle a le style de la belle secrétaire typique des années 60, mince et plantureuse, mais à la mode contemporaine. Je dois par contre lui concéder qu’elle est toujours souriante et fait très bien son travail. Je trouvais d’ailleurs qu’elle m’accueillait avec encore plus d’enthousiasme qu’à l’habitude dernièrement, sans trop savoir pourquoi. Ce n’était aucunement désagréable, et ses habituels décolletés plongeant sur sa belle poitrine en apparence bien ferme agrémentaient le tout.

L’Éducation d’Emma – Troisième partie

– Bonjour Simon! Tu vas bien?

– Bonjour Sam! Oui très bien, et toi?

– Oui merci. Le téléphone ne dérougit pas, mais ça me tient occupée. Et toi, quoi de neuf?

– Oh…(Si tu savais ma belle…) Rien de bien nouveau. Bonne journée alors!

– Toi aussi Simon! On se reparle plus tard…

Mon bureau était tout près dans le couloir. J’y entrai et vis avec une petite déception qu’il n’y avait aucune boite de pâtisserie sur mon bureau, comme ce fut le cas la veille. Par contre, en m’asseyant, j’aperçus un post-it coloré dépassant légèrement sous la souris de mon PC. Je le pris entre mes doigts et y lus, avec la même écriture sexy que la veille:

– Oups! J’ai oublié d’enfiler une culotte ce matin…

Oh la petite garce! Décidément, Emma avait le cul en feu avec notre petit jeu coquin… Elle était rendue à venir travailler la chatte à l’air sous ses vêtements, et prenais même la peine de m’en informer. Elle portait sans doute une jupe aujourd’hui, comme la plupart de femmes ici le font souvent, et je l’imaginais très bien se pencher lentement devant moi dans le coin de l’imprimante, pour me faire voir son cul et sa chatte dont elle me parlait maintenant tous les jours. Je me demandais comment j’aurais réagi, restant figé et profitant seulement du spectacle, ou ne pouvant résister à aller glisser mes doits entre ses fesses, caressant sa douce fente ainsi offerte…

Je sortis de mon bureau et fis un tour des environs, feignant d’avoir envie de jaser avec mes collègues, mais tout ce que je souhaitais était d’apercevoir Emma, pour voir ce qu’elle portait, et pouvoir la regarder dans les yeux, en espérant un regard complice. Mais elle semblait déjà repartie. Je dus donc malheureusement attendre notre rendez-vous quotidien du midi pour voir sa tenue.

Assis à la table habituelle au café, je me demandais si les employés commençaient à être curieux de ce que je mijotais avec cette belle femme chaque midi, qu’ils prenaient sans doute pour ma maîtresse, si du moins ils avaient remarqué notre présence quotidienne. Étrangement, j’arrivais toujours en premier; mais le schéma qui se répétait collait bien à notre petit jeu.

Emma arriva peu après et comme je l’avais imaginé, elle portait bel et bien une jupe, noire et moulante, mais qui lui arrivait cependant presque aux genoux. Même penchée, je n’aurais pas pu apercevoir grand-chose malheureusement. Je me serais attendu à quelque chose de plus court, bizarrement, avec ce dont elle m’avait fait part. Je décidai toutefois de jouer le jeu et de ne pas en parler.

– Bonjour Emma.

– Bonjour Monsieur Pearls. Bien heureuse de vous revoir. Nous en sommes au troisième jour de notre entente déjà. Comme vous le savez sans doute, je suis bien satisfaite de vos conseils et de vos achats jusqu’à présent.

– J’en suis bien heureux. Je sens que vous vous épanouissez davantage chaque jour. Vous semblez d’ailleurs avoir eu du très bon temps hier soir.

– En effet. Étrangement vous avez un effet libérateur sur mes pulsions. Quand je suis excitée ainsi, visiblement je perds toutes mes inhibitions… J’espère ne pas vous choquer.

– Oh pas du tout, au contraire. Disons que ça me fait plutôt plaisir, et que le mot est faible. Eh bien, si vous voulez bien, continuons sur cette même lignée alors…

Je lui remis son sac, contenant la petite boîte habituelle, mais blanche cette fois-ci. Après avoir jeté un coup d’œil à son contenu en catimini, elle semblait quelque peu perplexe…

– Des… boules?

– En fait on les appelle « Perles de plaisir », ou plus traditionnellement, Boules de Geisha.

– Elles vibrent?

– Non, enfin pas celles-là. Elles sont conçues pour être portées à l’intérieur de votre intimité tout simplement, et selon les mouvements de vos jambes, lors de vos déplacements, elles se promènent à leur gré, vous forçant à contracter les muscles vaginaux, ce qui vous procurera détente et… plaisir.

– Oh! Donc on peut les porter en tout temps, incognito…

– Oui, bref si leur effet n’affecte pas trop votre concentration du moins.

– Elles sont jolies, d’un beau petit rose. Elles vont bien avec mes autres jouets. Dites-moi, je peux les porter pendant quelques heures?

– Oui, tout dépendant de votre sensibilité.

– Je note. Merci de tenir votre engagement, je vous ferai part de mes commentaires, comme d’habitude…

– J’y compte bien.

Sur ce elle se leva et quitta rapidement le café. J’aurais souhaité continuer la discussion, revenir sur les détails de sa séance porno de la veille, mais j’ignorais si elle en était à l’aise, et de toute façon elle semblait pressée, comme toujours. Ne me restait plus qu’à attendre de ses nouvelles, ce qui arriva plus tôt que prévu.

Je venais à peine de m’assoir à mon bureau au retour du café que mon téléphone vibra une premièrement fois. Le message disait simplement:

– Je les porte.

Emma XXX

Wow. Il était à peine 13h30. Elle devait avoir inséré les petites boules dans sa chatte tout juste en arrivant du café. Ça devait drôlement l’intriguer. L’avait-elle fait à son bureau derrière la porte close, la jupe remontée et profitant de l’absence de sa petite culotte? Cette image me plaisait fort bien. Sinon, elle l’avait surement fait aux toilettes, dans une cabine, avec possiblement une autre de nos collègues de bureau dans la cabine juste à côté, qui ne s’était doutée de rien.

Je me demandais ce qu’elle faisait au moment présent, où et avec qui elle était, et si sa démarche laissait paraître le moindre signe d’excitation. Malgré mon enthousiasme, ce n’est que vers 18h, une fois chez moi, que je reçus un deuxième message.

– Monsieur, je viens d’arriver à la maison. Je suis dans tous mes états. Les perles que j’ai portées tout l’après-midi m’ont vraiment excitée. Tellement que je n’ai pu me retenir de glisser une main sous ma jupe dans le taxi qui me ramenait chez moi. Je caressais mon clito en le glissant entre mon index et mon majeur, aidé d’un peu de mouille récupérée entre mes lèvres. Avec le mouvement du véhicule et les boules qui se mouvaient en moi, je mouillais comme une petite chienne… Je crois qu’à un moment donné le chauffeur s’en est rendu compte, car il souriait en me regardant dans le rétroviseur. J’avoue que ma respiration m’a probablement trahie. Je me suis arrêté car il me mettait mal à l’aise… Je viens maintenant d’entrer chez moi, et je suis vraiment excitée. En tant que guide et source de mon plaisir, que me suggérez-vous maintenant?

Elle s’offrait à moi, en quelque sorte. Elle voulait que je la guide vers la jouissance. Je me devais de rester calme, alors que je ne rêvais que d’aller la rejoindre pour finir avec ma langue le travail entamé par ses doigts quelques minutes plus tôt. Mais comme je ne pouvais franchir cette ligne, la seule vraie façon pour moi d’en profiter était de faire durer cet échange, et de la satisfaire… Je lui répondis donc:

– Premièrement Emma, j’aimerais que vous vous détendiez après toutes ces émotions. Laissez tomber votre jupe sur le sol là où vous vous trouvez en ce moment. Servez-vous un bon verre de vin, faites-vous un bon petit repas, puis prenez un bain chaud, en prenant soin d’apporter la bouteille avec vous. Relaxez-vous, buvez, et savonnez-vous bien tendrement. Faites-moi signe ensuite.

– Dois-je garder les perles en moi d’ici là?

– Bien entendu ma chère.

Alors que j’attendais la suite avec impatience et que j’en profitais pour emballer son cadeau du lendemain, je l’imaginais le cul à l’air devant le four à se cuisiner un bon petit plat. Je trouvai une idée intéressante pour qu’elle s’amuse par la suite. Vers 20h, j’eus enfin de ses nouvelles.

– Monsieur, je sors du bain à l’instant. Je suis nue, détendue et bien réchauffée dans tous les sens du terme, je dois l’avouer. Ma peau est toute douce, je sens la lavande. Que devrais-je porter maintenant?

– Heureux que vous ayez suivi mes conseils. Si vous le voulez bien, vous allez maintenant préparer un petit cadeau pour votre mari, question de lui présenter vos nouveaux jouets. Je vous suggère de faire un petit shooting photo, et vous pourrez ensuite lui en envoyer, pour briser la glace et allumer sa curiosité.

– Voilà une bonne idée. Il sera bien excité en rentrant…

– J’aimerais donc pour cela que ne portiez qu’un string, celui que votre mari préfère, et des souliers à talons hauts.

– Rien sur ma poitrine?

– Non. Vous avez de si belles courbes, mettons-les plutôt en valeur.

Il s’écoula quelques minutes et elle enchaîna.

– J’ai trouvé ce qu’il fallait, et je l’ai enfilé. Je porte un string et des talons aiguille noirs, et je porte toujours mes petites boules roses dans ma chatte. Je suis une belle petite salope à vos ordres, Monsieur.

Oh la vilaine… Ce qu’elle pouvait être allumeuse…

– Parfait alors. Je veux maintenant que vous mettiez de la musique. Ensuite, vous allez sortir vos jouets, et vous prendre en photo partout dans la maison avec eux. Soyez imaginative, prenez des plans larges, d’autres rapprochés. Exhibez votre corps, en tout ou en partie. Mettez vos sextoys en valeurs, et jouez avec la lumière sur votre corps. Caressez-vous tout en prenant les photos, l’émotion sera palpable sur ces dernières. Vous pourrez ensuite choisir les photos les plus excitantes et les lui envoyer, une par une, pour faire monter la tension.

– Parfait, je m’y mets.

Ma tête débordait d’images. J’aurais bien aimé être le chanceux qui recevrait toutes ces photos. Son corps nu ainsi exposé… Sa pudeur saurait-elle la restreindre dans ses clichés, ou son excitation prendrait-elle le dessus? Serait-elle aussi débridé que quand elle m’envoyait les détails de ses caresses par texto? Évidemment je ne vis pas les photos, mais je reçus un dernier message environ une heure plus tard, tout aussi bandant.

– Monsieur Pearls, votre imagination me conduit vers de nouveaux horizons. Je me suis exposée sans retenue sur ces photos, et mon mari doit surement les regarder la bite bien dure au moment où l’on se parle. Il semble bien intrigué par mes jouets, et je crois qu’il a bien hâte d’en savoir d’avantage. Ma photo préférée est sans doute celle où je suis adossée au mur de briques du salon, les jambes légèrement ouvertes et bien perchées sur mes escarpins, et où l’on voit ma main guider le 2e vibrateur que vous m’avez offert bien profondément entre mes cuisses, frottant sur mon string que j’ai seulement tassé de côté. J’avais retiré les perles de mon vagin tout juste avant… Ma petite chatte n’en pouvait plus d’être bercée par le mouvement des boules et avait besoin d’être baisée vigoureusement, ce que j’ai donc entrepris. Tellement que mon pauvre cul est tout égratigné d’avoir frotté sur la brique. Gageons que ce dernier y goutera encore davantage au retour de mon mari! Je suis maintenant exténuée, mais comblée. C’est un très bon achat, ces perles de plaisir. Je vais maintenant aller dormir et prendre des forces car il reste encore 2 jours à notre entente, et j’ai l’impression qu’avec votre imagination j’en aurai grand besoin… À demain, cher Monsieur Pearls. Emma xxx

2 jours. 2 jours encore à guider ma patronne à la découverte de la petite salope en elle. Je devais en profiter au maximum avant que ce jeu ne prenne fin, ne sachant pas si j’aurais la chance de vivre d’autres expériences aussi excitantes par la suite…

Lire la Suite :

Mr PearlsArticle écrit par Monsieur Pearls

On dit du fantasme qu’il se situe à la limite entre pulsions et interdits. Par l’écriture, je voyage le long de cette frontière, me plaisant tout particulièrement dans les courbes. Laissons ensembles nos tentations guider notre imaginaire, et suivez-moi à la rencontre de la luxure. Je suis Monsieur Pearls, votre guide du plaisir et humble serviteur.

Laisser un commentaire