Loin des Yeux Près du Corps

 

« Le garçon qui travaille dans l’immeuble en face de mon bureau, vous vous souvenez ? »

Maintenant qu’elles avaient toutes les trois raconté leurs aventures orgasmiques, je pouvais difficilement y échapper. J’anticipais donc leurs supplications en commençant sans attendre ma petite histoire.

Histoire d'exhibition

Caroline venait de terminer son aventure masquée et elle m’avait donné le courage de partager à mon tour mon expérience. Ce n’était pas si simple de parler de ses désirs, même avec de si vieilles amies.

« Celui avec qui tu échangeais des signes à travers vos fenêtres de bureau ? me demanda Jeanne.

– Exactement, acquiesçais-je. Le mois dernier, il a plaqué une gigantesque feuille contre la vitre avec son adresse mail. Je lui ai tout de suite écrit et en moins d’une semaine, nous avions déjà échangé un nombre impressionnant de messages.

– Vous ne vous êtes pas rencontrés ?

– Si, Camille, plusieurs fois même. »

Mes trois amies avaient pris un malin plaisir à siroter leur café à chaque fois que nous attendions la suite de leur histoire, j’imitais donc leur technique de pause narrative haletante en buvant moi-même un peu du délicieux arabica de Caroline.

« Nous avons décidé de conserver l’aspect unique de notre rencontre. Puisque nous avions fait connaissance séparés par deux fenêtres et une large rue, nous allions effectuer un rapprochement progressif. A notre premier rendez-vous, nous nous sommes retrouvés dans un quartier du centre-ville, chacun d’un côté d’une rue, et nous nous sommes promenés, lui sur le trottoir de gauche et moi sur le trottoir de droite, en discutant par téléphone ou en élevant la voix, sans jamais réduire davantage la distance.

– Pardon Ana, m’interrompit Caroline, tu veux dire que vous avez passé une soirée entière sans vous toucher ni même vous frôler ?

– C’était extrêmement romantique et nous aurions pu rester dehors à nous promener pendant des heures. A notre deuxième rendez-vous, nous sommes passés à l’étape supérieure. Nous nous sommes retrouvés dans un café et nous avons bu des verres, assis chacun à notre table, situés à environ cinq mètres l’une de l’autre. Malgré l’alcool et la tentation, nous avons résisté à nous rapprocher plus.

– J’avoue que j’ai du mal à comprendre…

– C’est justement la frustration qui fait monter le désir chaque fois un peu plus, Caroline. La tension était d’autant plus forte qu’à chaque rencontre, nos discussions étaient de plus en plus libres et osées… Lors de ce rendez-vous dans le café, il m’expliqua par exemple comment il s’y prendrait pour m’embrasser, il décrivit avec précision la manière dont il me déshabillerait, la lenteur de chacun de ses gestes pour profiter de la découverte de mon corps, la façon dont il masserait chaque zone de ma peau à l’aide de ses mains et de sa bouche, ses gestes sur ma nuque, le long de mes bras, ses caresses sur mes cuisses et ses doigts effleurant mes seins. Il me fit imaginer ensuite avec précision comment sa langue suivrait le sillon de mon cou jusqu’à mon sexe et comment elle se glisserait entre mes lèvres humides…

Vous n’imaginez pas l’état d’excitation fiévreuse dans laquelle je le quittai cette fois là. J’attendais avec impatience le nouveau rendez-vous quelques jours plus tard, dans un restaurant, et cette fois-ci à la même table. Une seule règle : interdiction encore de nous toucher. Nous pouvions enfin parler sans nos téléphones et tant de proximité nous rendit d’abord timides et silencieux avant de retrouver l’aisance de nos discussions sans fin. Ce soir-là, notre grand jeu fut de réduire la distance au maximum sans jamais nous toucher. Nos mains se rapprochèrent d’abord, esquissant des caresses volantes, comme des aimants contraires que l’on cherche à coller, puis ce fut nos visages avec nos yeux qui se dévisagèrent de longues minutes… En penchant légèrement nos têtes, nos lèvres ne furent plus qu’à quelques millimètres l’une de l’autre. La tentation était immense, nos cœurs battaient à une allure folle, je sentais son odeur, son souffle, la chaleur de sa peau, mais nous avions fait une promesse et nous voulions à tout prix la tenir. Et puis nous savions que c’était le dernier rendez-vous avant de nous retrouver chez lui, libres de vivre tous nos désirs. »

Je pris une gorgée de café et demandait l’heure à Caroline.

« Tu ne crois tout de même pas que tu vas partir sans nous raconter la suite Ana ? s’exclama Jeanne.

– Quelle suite ? demandais-je innocemment.

– Arrête, poursuivit Camille. Dis-nous ce qui s’est passé quand vous vous êtes vus chez lui et que vous avez pu vous toucher ?

– Impossible, lui répondis-je simplement.

– Tu n’as pas le droit de nous faire ça, intervint Caroline, nous avons chacune raconté notre plaisir, ce serait déloyal de ta part !

– Je crois que vous ne m’avez pas très bien comprise les filles. Si je ne vous raconte pas notre première rencontre tactile ce n’est pas parce que je ne veux pas, c’est parce qu’elle n’a pas encore eu lieu : j’ai rendez-vous chez lui ce soir. »

Après un reste d’après-midi où je reçus de gentilles réprimandes et des plaintes d’impatience dans le rire et la bonne humeur, je quittai finalement mes trois amies pour aller le retrouver chez lui, impatiente et avec cette petite boule de peur dans la gorge, propre à tout premier rendez-vous.

Je compris lorsqu’il ouvrit la porte qu’il était dans le même état d’euphorie inquiète, un peu gauche, un peu mal à l’aise et terriblement excité. Nous qui avions entamé une relation sur la parole et l’échange sans jamais nous toucher, maintenant que nous pouvions enfin exprimer physiquement nos désirs, nous étions tous les deux incapables de prononcer un mot audible, de dénouer nos gorges émues. Nous avions abusé divinement de la parole, il fallait que le geste exulte.

Je posai le verre de vin qu’il m’avait servi, il posa le sien, je m’approchai de quelques pas et il fit de même. Je pris sa main et la posai sur mon visage. Je sentais enfin sa paume tiède et douce contre ma peau. Je pris son autre main et la plaçai contre ma nuque pour l’inviter à parcourir mon corps et me faire découvrir les promesses de caresse qu’il avait tant faites.

Nous étions toujours debout, immobiles, face à face, nos mains ne cessant de toucher le corps de l’autre, de découvrir la moindre ligne de visage, la plus infime parcelle de corps. Après tant de jours sans nous toucher, plus aucune distance n’était supportable et nous étions maintenant en train d’ôter mutuellement nos habits. Sa chemise à terre, je plaquai mes mains sur son torse et parcourrai les lignes formées par ses muscles apparents, savourant chaque mouvement sur sa peau. Je déboutonnai ensuite son pantalon et le fis descendre lentement, découvrant ses cuisses, ses genoux, ses mollets… Je posai alors ma bouche contre ses jambes en la faisant remonter doucement, du bout de mes lèvres entrouvertes. Il retira ensuite ma robe et glissa ses lèvres le long de ma nuque, ses mains contre mon dos, et tandis que sa bouche humide et tiède embrassait mon cou, je sentais ses doigts errer le long de mon bassin, de mes cuisses, avant de remonter doucement, sensuellement…

Il dégrafa mon soutien gorge et contempla quelques secondes avec une émotion non dissimulée mes seins fermes et pointus qui s’offraient à lui. Il posa délicatement ses mains sur chacun d’eux, puis avança sa bouche pour lécher et mordiller doucement mes tétons. Je fermai les yeux et poussai un soupir de plaisir, de doux frissons parcourant mon dos et ma nuque. Tandis qu’il caressait délicieusement ma poitrine aiguisée par l’excitation, je baissai son caleçon. Son sexe se dressa aussitôt, comme libéré enfin du tissu qui l’étouffait et je le sentis, dur, gros et saillant se tenir contre mon nombril. Il abandonna quelques instants mes seins et se baissa alors doucement pour ôter à son tour ma culotte. Il découvrit mon sexe à peine caché par une fine toison et y déposa un baiser tendre et passionné avant de se relever.

Nous étions tous les deux complètement nus, toujours debout, toujours face à face, nous contemplant mutuellement dans notre désir l’un pour l’autre, sans nous toucher, comme une pause nécessaire dans l’étreinte afin de respecter la façon non tactile dont tout avait commencé. Puis nos mains recommencèrent à caresser, avec plus d’effusion encore, plus de désir, et nos corps étaient maintenant collés l’un contre l’autre, sa bouche contre la mienne. Il m’entraina ensuite par la main dans la pièce voisine où se trouvait son lit, il m’y allongea avec douceur puis plongea son visage entre mes cuisses, sa langue zigzagant avec ferveur sur mon clitoris. Je laissai échapper un cri de délice et saisis sa tête pour l’appuyer fiévreusement contre mon sexe et lui témoigner ainsi mon plaisir. Ses mains continuaient de parcourir mon ventre et mes seins pendant que ma jouissance progressait sous les assauts délicats de sa langue dans mon intimité. Au bout de quelques minutes, il remonta son doux visage le long de mon ventre et plongea son regard au fond du mien. C’était comme s’il planait au dessus de moi, comme si une fois encore, nos corps avaient cessé de se toucher. Je fus alors saisie par une puissante vague d’un plaisir encore plus grand, plus lourd, plus présent : son sexe était en train de me pénétrer et mon bassin se soulevait sous la force du plaisir.

La rencontre de nos corps était maintenant parfaite, en osmose absolue. Il tenait fermement mon bassin de ses grandes mains et allait et venait en moi avec une force sublime. Il se redressa soudainement sur ses genoux au milieu du lit et me serra contre lui, mes jambes autour de sa taille et son sexe remplissant complètement le mien. Il reprit son mouvement si délicieux dans des caresses encore plus profondes, encore plus exceptionnelles et bientôt, je sentis grimper en moi cette envolée de plaisir qui fait dérober le sol et faillir les sens et je serrai mes bras de toute mes forces autour de son dos comme pour aider cette jouissance foudroyante à exploser sans limite et dans tout mon corps. L’orgasme fulgurant me fit trembler des pieds à la tête et à cet instant précis, il laissa à son tour exploser son plaisir en moi.

Peut-être qu’il faisait encore nuit, peut-être que le jour s’était déjà levé, mais nous étions toujours enlacés, lui sur ses genoux et moi assise sur ses cuisses avec mes jambes qui l’entouraient. Comme le calme délicieux après la tempête, nous restions immobiles, les yeux dans les yeux, son sexe toujours dans le mien, nos deux corps ne formant qu’un seul tout heureux, comblé, comme prêt à renoncer pour toujours à toute forme de distance et d’éloignement.

FIN

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.