Sexe et Nourriture ou l’Art de Prendre son Pied dans le Plat

Vous avez le goût des bonnes choses et vous trouvez que le culinaire français mondialement reconnu mérite une place de choix plus glamour que le fond d’une assiette de faïence et plus sexy qu’un plat en terre cuite ? Vous aimeriez quelque fois que ces mets si précieux rejoignent l’exaltation de vos corps émoustillés tant les sensations de plaisir de la nourriture se mêlent parfaitement à celles du corps caressé sensuellement ?

Sexe et bouffe !

Ce désir goulu est tout à fait normal et vous appartenez à la majorité humaine qui a toujours rapproché sexe et nourriture. On se souvient des orgies romaines où l’alcool et les hérissons rôtis jonchaient sur des sols où l’on s’enlaçait, on se rappelle « Gargantua » de François Rabelais coté littérature, on n’a pas oublié les films « La Grande Bouffe » de Marco Ferreri, « 9 semaines 1/2» de Adrian Lyne  ou « Le Chocolat » de Lasse Halström côté cinéma, tous exemples de rapports complices entre nourriture et sexe…

Les plaisirs érotiques et ceux du palais se comparent et se ressemblent et avec un peu d’imagination, ils peuvent même se confondre ! Voilà pour vous y aider différentes idées pour transformer votre réfrigérateur en coffre à luxure et votre lit en restaurant étoilé…

Les aliments aphrodisiaques

La plus simple association nourriture et galipettes passe encore par l’ingestion d’aliments capables de nourrir la libido ! Gingembre, chocolat, romarin, huîtres… Enfilez votre tablier et concoctez un repas à bases d’aliments aphrodisiaques à déguster en couples pour éveiller vos sens…

Et même si les effets magiques de réveil libidinal sont parfois plus légendaires que réels, le simple fait d’avoir tourné autour du sujet le temps d’un repas vous fera monter l’envie de rendre votre tablier et d’être vous-même cuisiné !

La technique de l’appât

Si vous avez des tendances à la « sitophilie », alors la pratique érotique qui consiste à déguster des mets sur le corps du partenaire devrait vous plaire… Il s’agit en effet de placer un aliment sur la zone de votre corps que vous aimeriez stimuler afin d’attirer jusqu’à celle-ci la langue gourmande de votre partenaire…

Si vous êtes particulièrement avide de caresses linguales et que vous ne comptez pas vous contenter d’une seule zone de votre corps, allongez-vous nu sur votre lit, le buste légèrement surélevé à l’aide de quelques oreillers et versez un aliment liquide de type sirop ou miel sur votre poitrine… Celui-ci coulera le long de votre torse, autour de votre nombril, et finira sa course dans le sanctuaire de l’intimité…

 

Le « Nyotaimori »

Variante plus sage du précédent, le « Nyotaimori » est une tradition japonaise qui consiste à déposer des aliments sur un corps nu qui sert, en quelque sorte, d’assiette. On ne saisit pas les aliments à l’aide de sa langue directement, mais avec des baguettes, comme si le corps était un plat (même si vous décidez d’occidentaliser l’expérience, oubliez définitivement la fourchette !).

Cette pratique asiatique pourra servir de base originale à des préliminaires plus classiques : tirez au sort pour savoir lequel de vous deux tient les baguettes et lequel fait le plateau puis faites évoluer ce repas vers de tendres caresses buccales quand viendra le moment de faire une petite vaisselle pour ôter les quelques miettes restantes…

 

Les aliments comme support ou décor des ébats

Qui n’a jamais rêvé de se vautrer dans une baignoire de chocolat ou de s’enivrer dans un jacuzzi de champagne ? Pour des raisons de coût d’abord et de modération ensuite, vous pouvez opter pour une version moins extrême et entamer vos fougueux ébats au milieu de votre cuisine en faisant déborder volontairement vos sacs de farine, pots de confitures, jus de fruits, crème chantilly et autres bouteilles de lait…

L’idée est de ruiner votre cuisine (il faut dire ce qui est) mais pour le bien de votre plaisir en vous étreignant au milieu des divers aliments dont vous vous recouvrez mutuellement : bouteille de lait versée dans la nuque, farine étalée sur les poitrines, confiture s’égarant sur les sexes… pour goûter au plaisir du jeu de ces caresses originales et ne former qu’une seule et même pâte humaine prête à passer à la casserole !

Le chaud – froid

Nous mentionnions « 9 semaines ½ » en introduction, film resté célèbre surtout pour la très mémorable scène du glaçon qui glisse sur le corps de Kim Basinger… Les aliments permettent de stimuler les terminaisons nerveuses de notre peau en jouant sur les contrastes de chaud et de froid.

Le glaçon pourra ainsi être un allié de taille lors de vos caresses intimes et buccales réciproques, mais vous pourrez aussi utiliser de la crème glacée à faire rouler le long du corps à l’aide du bout de votre langue… Et pour ceux qui préfèrent les frissons brûlants, faites fondre du chocolat et laisser ce sombre et doux liquide couler le long de votre peau avant qu’une bouche volontaire vienne vous en débarrasser !

Le piège du concombre

La nourriture est un atout de taille pour varier les ébats et vous pourrez vous inspirer de ces quelques suggestions pour faire de votre couple un duo de gourmets coquins. Il faudra éviter cependant certains débordements…  Faites attention ainsi de ne pas tomber dans l’excès érotique de l’estomac en devenant un « vorarephile » incontrôlable, c’est à dire une personne excitée sexuellement par l’idée de manger autrui ou d’être mangé… Même s’il s’agit le plus souvent de la traduction d’un fantasme répandu lié au plaisir du sexe oral et donc parfaitement inoffensif.

Par ailleurs, afin d’éviter les accidents dus aux emplois détournés de carottes et autres concombres qui ont tendance à se briser là où il ne faut pas, préférez l’utilisation de vibreurs conçus tout particulièrement pour votre plaisir… Ils sont certes moins comestibles, mais ils vous éviteront l’indigestion intime et vous apporteront l’extase sur un plateau d’argent !

 

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.