Les Tue-l’amour du Couple : Quand l’Ennemi Vient de l’Intérieur

Dès lors que la passion des premiers temps s’étiole, que le puissance érotique et la folie amoureuse des premiers mois laissent place à une douce et tendre complicité, que la lulibérine et autres hormones de la fougue abandonnent finalement la passion irrationnelle et insouciante pour la vérité à la fois belle et cruelle du quotidien, c’est alors que l’amour aveugle retrouve la vue et que petits défauts et autres traits de caractères funestes se révèlent finalement aux yeux des amoureux un peu moins transis.

Les tue-l'amour dans son intimité

Fin de l’idéalisation, relâchement progressif, attitude séductrice en berne… La garde baissée  profite alors à une armée aussi insidieuse que dangereuse qui se monte petit à petit, prête à tout pour briser le bonheur du couple en le gangrenant de l’intérieur : les tue-l’amour.

Il en existe de toutes sortes : des petits discrets presque insignifiants, des dévastateurs absolus, des subjectifs qui auront prise chez certains quand ils en laisseront d’autres de marbre, mais ils gardent pour point commun leur pouvoir de nuisance qui peut finir par s’avérer irréversible si l’on n’y prend pas garde.

Afin de rester vigilant et de reconnaître le mal avant qu’il ne soit trop tard, voici une liste des tue-l’amour du couple, des plus supportables pour lesquels on espère un possible inversement du processus aux plus diaboliques capables de mettre à terre les plus endurants…

Les difficilement supportables mais dont on a espoir de pouvoir se débarrasser

À force de discussions et de mises au point pacifiques, certains tue-l’amour peuvent être heureusement massacrés dans l’œuf à condition de les pointer du doigt suffisamment tôt…

Les surnoms ridicules

Une fois l’habitude prise, le partenaire ne pourra plus jamais s’empêcher de vous appeler « ma petite chatte » ou « mon pangolin en sucre ». Si vous préférez « Madame la Ministre » ou «Mon tyrannosaure viril », il faut l’y habituer rapidement.

Les journées portes ouvertes

Que ce soit aux toilettes, en mode épilation ou en quête de points noirs, ce genre d’activités doit rester secret pour préserver la magie ! Personne ne peut savourer un bon steak après avoir visité un abattoir…

Les laisser-aller

La pilosité qu’on ne lui connaissait pas, l’écart de temps grandissant entre deux douches, la gueule de plus en plus ouverte et bruyante pendant les repas… Il est primordial de rectifier le tir tant que la séduction ne s’est transformé encore qu’en scepticisme et non en dégoût irréversible.

Les tenus négligés

Il est loin le temps des belles chemises repassées et des caleçons rutilants ou des petites jupes toujours impeccables sous lesquelles se cachaient d’affriolantes dentelles ? Brûlez les sous-vêtements douteux et réservez le jogging aux salles de sport avant qu’il ne soit trop tard et que le désir disparaisse dans les abîmes du coton confortable.

L’inactivité et la fainéantise

Parfois révélée soudainement et sans prévenir au moment de l’emménagement à deux, une mise au point dès les premiers temps est essentielle. Partage des tâches obligatoire et larve rampante interdite.

Les lubies

Toques, phobies, régimes à répétition ou besoin d’être rassuré tout le temps… Il faut savoir doser ses petites inquiétudes pour ne pas envahir l’autre. Un couple doit se soutenir et s’aider dans l’adversité, mais il ne faut pas que ce soit toujours le même qui tienne pour deux !

Les insupportables qu’on espère pouvoir corriger

Il y a ensuite le niveau supérieur du tue-l’amour, celui qui nécessite une sérieuse prise en main pour que l’avenir du couple ne s’en trouve pas ébranlé. Haussement de ton, menaces et hypnoses… tout est à envisager pour en venir à bout !

La pingrerie

Économe du temps où vous étiez aveuglée par les hormones, vous trouvez dorénavant qu’il a deux oursins et trois cactus dans le porte-monnaie. Sujet délicat à aborder avec sa moitié, l’avarice peut cependant ruiner rapidement une relation lorsqu’elle s’immisce dans tous vos projets de vie : vacances, restaurants, sorties, ameublements du nid douillet…

Être toujours négatif

Si votre poète maudit en colère tellement sexy quand il s’insurge rapporte son pessimisme quotidiennement à la maison et voit la vie en noir en toute circonstance et jusque dans les moindres détails, la nostalgie du verre à moitié plein risque de vous envahir bientôt et il sera temps de lui montrer que la vie est belle, surtout à vos côtés !

Le manque de communication

L’absence d’écoute et l’impression d’être deux murs qui s’ignorent est un danger de taille pour le couple et il faut rapidement abattre ces cloisons avant qu’il ne soit trop tard : s’intéresser à la journée de l’autre, à ses désirs, lui demander à quoi il pense et passer des instants privilégiés sont des petites pratiques à renouveler régulièrement…

La fin de la princesse et du preux chevalier

Manque de galanterie et de petites attentions, chaussettes que l’on ne prend plus le temps d’enlever sous la couette et autres preuves que l’on n’est plus « sa petite princesse », ce tue-l’amour classique allié du temps est également  un féroce dévoreur de désir et la meilleure parade est d’exiger d’être traité avec égard !

Les beaux parents ou les amis trop présents

Une relation amoureuse se vit à deux et c’est déjà pas mal… Les beaux-parents qui débarquent n’importe quand ou qui sont omniprésents via téléphone empêchent le couple de s’épanouir. Il faut établir d’emblée des règles pour préserver l’intimité ! Les amis sont également à consommer avec modération…

L’abstinence ou le vite-fait mal fait

Si les derniers préliminaires ne sont plus qu’un lointain souvenir et que de manière générale vos corps ne se collent plus que sous le plaid devant la télé, c’est que votre libido a peut-être besoin d’une remise à niveau. Tentez de redresser la barre avant que le silence de la couette n’ait eu définitivement raison de vous.

Les rédhibitoires compliqués à rattraper

Il peut apparaître enfin cette race machiavélique des tue-l’amour beaucoup plus agressifs et qui peuvent être les oiseaux de mauvaise augure annonçant la fin proche de votre duo amoureux. Avec de l’acharnement, de la volonté et un peu de foi, rien n’est impossible. Prévenir étant toujours mieux que guérir, sachez les connaître pour aiguiser votre vigilance…

La critique

Même en démocratie, on ne peut pas tout dire si on veut une chance de rester l’élu… Les critiques répétés des goûts de l’autre, le rabaissement, la volonté de changer son partenaire sont des tue-l’amour féroces et particulièrement préjudiciables lorsque ces humiliations sont publiques. Une violente mise au point est nécessaire pour sauver le couple.

L’égoïsme

Dans les environs de la précédente, le narcissisme égocentrique qui consiste à considérer que le monde doit tourner autour de soi doit également être modéré, de même que son amour-propre et  la recherche de plaisirs autocentrés. Il faut alors lui rappeler que la beauté de l’amour et du couple, c’est justement le partage…

La jalousie

Comme l’alcool, elle peut être agréable à petite dose mais devient dangereuse en grande quantité. Lorsque l’on ne peut plus sortir, parler à quelqu’un, regarder un magazine sans subir la colère du partenaire jaloux et que celui-ci en vient à fouiller dans les affaires, mails, téléphones… Il faut rectifier rapidement le tir pour éviter la mort par suffocation.

Les addictions

Il y a bien sûr la consommation d’alcool en quantité déraisonnable ou autres drogues classiques, mais également les plus vicieuses dont on ne se méfie d’abord pas : la télé, l’ordinateur… Et qui peuvent rapidement tuer l’intimité et transformer une vie de couple en une colocation désagréable. Faire prendre conscience du problème à la racine est le remède idéal.

L’infidélité

Reine des tue-l’amour avec son acolyte, le mensonge, elles est souvent un point de non retour et rend très difficile la préservation d’une vie de couple pleine de bonheur. Elle peut dans certains cas raviver une flamme vacillante, mais c’est un dangereux risque à prendre et qui n’est pas sans conséquence ni dégât.

La routine du temps qui passe

Au-delà de cet éventail peu reluisant, il existe également des tue-l’amour plus personnalisés qui correspondent à des (dé)goûts individuels. Ainsi, certains ne pourront tenir longtemps avec un partenaire qui collectionne les animaux domestiques quand d’autres perdront toute fascination pour un partenaire à l’orthographe approximative…

Le secret n’est donc pas de correspondre en tout point à l’idéal absolu de sa moitié, ce qui est à la fois impossible et d’un ennui profond, mais de garder toujours à l’esprit que plaire une fois n’est pas une victoire acquise, que le charme doit s’entretenir pour continuer d’opérer. Être à l’aise sans tomber dans la négligence et instaurer une intimité complice et respectueuse et non une familiarité grossière et abusive.

Le pire ennemi restant la routine et le temps qui passe contre lesquels il faut se battre quotidiennement et sans relâche… Et pour illustrer cette triste érosion (qui n’a cependant rien de fatale !), une fin en chanson avec ce duo Jeanne Cherhal et Benjamin Biolay qui chantent  l’évolution d’une vie amoureuse…

D’autres Tue-l’amour:

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.
X