6 Symptômes Associés aux IST : Quand le Mal est Tapis est au Fond de la Culotte !

Si vous avez des tendances hypocondriaques qui vous rendent malade à la simple évocation d’une poignée de symptômes, nous vous déconseillons de poursuivre la lecture de cet article… Notre objectif est de vous alerter sur les signes physiques associés aux IST uniquement pour vous encourager à faire un dépistage le cas échéant, pas pour vous effrayer.

6-sympto%cc%82mes-associes-aux-ist-quand-le-mal-est-tapis-est-au-fond-de-la-culotte

Ce n’est pas parce que vous présentez l’un de ces symptômes que vous êtes en train de vous faire dévorer de l’intérieur par des bactéries, et à l’inverse, si vous avez un doute mais qu’aucun des symptômes décrits ne semble correspondre, mieux vaut demander l’avis d’un professionnel. Dans tous les cas, le doute doit vous conduire chez le médecin !

Voici pour éclairer votre lanterne médicale, 7 symptômes fréquents qui peuvent indiquer que vous avez contracté une IST…

1) La verrue éruptive

Si un genre de grosseur rugueuse apparaît autour de votre zone intime, pénis ou vagin, cela peut être le signe d’un herpès génital. La bonne nouvelle est qu’il ne s’agit pas d’une IST très grave, la mauvaise est qu’on n’est pas capable à l’heure actuelle d’éliminer définitivement ce virus… Ces verrues apparaissent alors à intervalle régulier et sans prévenir, parfois toute la vie.

La présence de petites verrues peut également correspondre aux symptômes du papillomavirus. On parle alors de condylomes pour désigner ces petits amas de chair peu esthétiques. Le plus souvent, ce virus est éliminé naturellement par le corps, mais pour se débarrasser des verrues, un traitement doit être mis en place. Dans les pires des cas, le papillomavirus non traité peut évoluer en cancer, d’où l’intérêt de s’en occuper tôt !

Mais n’angoissez pas à la première apparition d’une grosseur sur votre intimité ! Il peut s’agir aussi d’un poil incarné ou d’un petit bouton passager…

2) L’urine volcanique

Le pipi qui brûle, voilà un autre symptôme courant qui peut indiquer qu’un détail cloche. De la cystite au chlamydia en passant par l’herpès ou la micro infection passagère, l’urine qui brûle peut être la conséquence de nombreuses IST. Si le problème persiste, il est impératif de consulter un médecin.

Si jamais ces douleurs urinaires s’accompagnent de fièvre, il n’est plus temps de réfléchir : foncez à l’hôpital le plus proche sans attendre ! Si vous êtes fréquemment sujet aux infections urinaires, évitez de nettoyez trop souvent votre intimité et buvez beaucoup d’eau ! Et contre les cystites, le jus de canneberge a très bonne réputation !

3) Les démangeaisons gênantes

Les démangeaisons de l’entrejambe ont le double inconvénient d’être désagréables et très difficiles à soulager en public… Dans la plupart des cas, elles n’impliquent rien de sérieux et elles passent d’elles-mêmes. Elles peuvent être dues aux frottements contre vos sous-vêtements, particulièrement dans la chaleur de l’été, ou même à un peu d’eczéma…

Mais si ces démangeaisons sont associées à des boutons ou des verrues, cela peut être le signe d’herpès ou de champignons. Vous vous en rendrez compte en jetant un œil à votre intimité ou si la démangeaison se poursuit jours après jours… Par ailleurs, la mycose génitale s’accompagne généralement d’autres symptômes tels que douleurs, pertes blanches ou brûlures.

4) Les douleurs intimes

Notion assez vague que la douleur, elle peut être furtive et légère ou forte et durable… Il faut écouter votre corps, surtout si vous avez quelques doutes quant à la contraction d’une IST. Par exemple, gonorrhée et chlamydia entraînent des douleurs lancinantes dans l’abdomen et les testicules. Mais elles ne sont pas les seules réjouissances à entraîner des douleurs…

Des douleurs pendant la galipette peuvent indiquer également des problèmes d’infection, d’herpès, etc… Et les douleurs plus généralisées de type musculaires peuvent avoir pour origine l’hépatite B ou même le SIDA. La douleur est un terme trop vague pour permettre un diagnostique précis, il faut, encore une fois, demander l’avis d’un médecin !

5) Les saignements anormaux

En dehors des périodes de règle pour les femmes, et tout le temps pour les hommes, les saignement autour de la zone intime sont à surveillés de près. Dans les cas les plus graves, il peut s’agir des signes d’un cancer ou d’une infection grave. Mais encore une fois, si le saignement n’arrive qu’une fois et de façon modérée, il peut tout aussi bien être le rappel d’un rapport sexuel un peu violent ou avec des préliminaires qui n’ont pas été poussés assez loin !

La syphilis quant à elle, cette maladie au nom bien plus doux que sa réalité, montre parmi ses premiers symptômes l’apparition d’une petite plaie autour de la zone génitale. Saignements et suintements arriveront alors dans la foulée…

6) Les écoulements impromptus

Si les femmes connaissent le phénomène, tout à fait normal, des pertes blanches, certains écoulements qui sortent de l’ordinaire doivent alerter. Et en ce qui concerne ces messieurs, tout écoulement du pénis (hors état d’excitation) est à prendre au sérieux. Ces écoulements peuvent avoir une couleur, une consistance ou une odeur particulières qui prouvent leur anormalité.

Ils peuvent être un symptôme de la chlamydia ou d’une infection en cours… Si jamais ces écoulements s’accompagnent d’autres symptômes évoqués plus haut, demandez impérativement l’avis de votre médecin.

Prévenir plutôt que guérir

Quand on parle d’IST, on a tendance à oublier qu’il n’y a pas que le SIDA. Même si c’est la plus « célèbre » et parmi les plus dangereuses, l’intimité offre quelques belles prouesses bactériologiques à prendre au sérieux ! Pour éviter les problèmes et ne pas avoir ainsi besoin de les guérir, les trois règles principales à suivre sont : le port du préservatif, une bonne hygiène intime (homme ou femme, mais sans abus) et des préliminaires efficaces pour ne pas irriter le secteur vaginal… Le sexe est déjà une aventure en soi, nul besoin de prendre des risques inutiles !

LELO Hex

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.