L’Amour au Travail : Peut-on Mêler Cœur qui Bat et Corps qui Trime ?

Le fantasme du ou de la collègue de bureau est bien connu et si bon nombre de travailleurs s’obligent à une conduite irréprochable consistant à exclure toute tentative de séduction en milieu professionnel, il semblerait que le gaulois moyen soit tout de même tenté par l’expérience…

Sexe au bureau, le sondage !

Le site de recrutement Monster.fr a en effet commandé un sondage visant à connaître le point de vue des travailleurs français sur cette question de la relation amoureuse au travail. Le résultat est sans appel : le travailleur mâle n’attend que ça, la travailleuse féminine est plus réservée…

Voici les résultats de cette étude sur l’amour au bureau après questionnement de 1013 salariés.

Une question d’âge

Parmi ces volontaires, on note que ce sont les plus jeunes (18 à 29 ans) qui sont le plus tentés par l’expérience amoureuse avec un ou une collègue puisqu’ils sont 57% à l’envisager contre seulement 38% chez les salariés de 40 à 49 ans.

On peut l’expliquer par l’insouciance de la jeunesse et la sagesse de l’âge… Ou peut-être est-ce parce qu’avec l’âge, l’open space donne plus envie de prendre sa retraite que ses collègues ?

Une question de sexe

55% des hommes se disent prêts à passer le cap et à entretenir une relation avec une ou un collègue de bureau, il s’agit donc de plus de la moitié des salariés ! Les femmes en revanche sont 68% à préférer ne pas mélanger le personnel avec le professionnel…

Peut-être que les femmes ont une plus grande conscience professionnelle ou que le tailleur est plus sexy que la cravate… Cependant, un site de rencontre extraconjugal (Victoria Milan) avait révélé que les collègues de bureau étaient le fantasme numéro 1 des femmes. Il se pourrait donc que les femmes sachent démêler le fantasme de la réalité !

Du fantasme à la réalité

13% des sondés ont déjà passé le cap de la relation en milieu professionnel et 18% le feraient à condition que cela reste absolument secret.

Il y a donc un certain écart entre ce que les interrogés se verraient bien réaliser et ceux qui passent réellement à l’action. C’est le propre du fantasme : enrichir son imaginaire coquin sans pour autant le transformer en un plaisir réel et ses conséquences fâcheuses…

La taille compte

Dans les petites entreprises de moins de 10 salariés, les personnes interrogées sont largement opposées à une relation intime avec un ou une collègue avec 74% de contre. En revanche, au sein des entreprises de plus de 250 salariés, seulement 44% des interrogés sont contre l’idée !

Cela rejoint finalement le caractère secret de la relation recherché par les salariés. Si l’on ne veut pas que la relation soit connue, mieux vaut se noyer dans la masse…

Quels sont les risques encourus ?

Karl Rigal, responsable éditorial de Monster.fr, explique qu’il n’est pas anormal que la tentation soit là, puisque nous passons beaucoup de temps au bureau. C’est un lieu de travail, mais également de rencontre.

Concernant les éventuelles « punitions » à l’égard de couples qui se formeraient, elles ne peuvent exister sur le plan légal, puisque le code du travail ne peut régir notre conduite en privée, en revanche, il est préférable de garder sa liaison secrète pour ne pas créer de suspicion au sein du travail (favoritisme, pression, etc…)

Par ailleurs, si vous vous lancez dans l’aventure intime avec un ou une collègue, n’oubliez pas que l’open space est un lieu public et que vous n’êtes donc pas censés y pratiquer de galipettes… L’amour au travail n’implique pas qu’il soit sur le lieu de travail.

La galipette en entreprise

Notons tout de même qu’en moyenne, toutes catégories confondues, 55% des salariés interrogés trouvent que c’est plutôt une mauvaise idée que de mêler cœur et travail. La fameuse devise « no zob in job » est donc majoritairement approuvée. Il n’en reste pas moins vrai que le bureau est un lieu de choix pour se laisser aller à quelques galipettes, et que si vous parvenez à y faire entrer votre moitié vous pourrez enfin forger des souvenirs agréables dans cette salle de réunion où vous avez passé de longues heures d’ennui…

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.