L’Arbre Innocent qui Cache la Forêt Coquine ou l’Art du Sexto à Double Sens

Vous aimeriez quelques fois envoyer un texto capable de réveiller le corps de votre destinataire et de l’inonder d’ardentes pensées, mais pour des raisons qui vous sont propres, vous préfèreriez que ces textos ne puissent pas être interprétés comme ouvertement coquins ? Il serait idéal que l’on puisse les considérer aussi anodins que bouillants afin de vous garder à l’abri de toute accusation directe d’approche séductrice et que l’innocence de la naïveté soit aussi présente dans ces quelques mots que le franc caractère érotique qui s’y cache ?

Envoyer des messages à double sens !

Que ce soit une stratégie d’approche discrète pour la réalisation de vos objectifs lubriques à l’endroit d’une connaissance qui l’ignore ou que ce soit à destination de votre moitié que vous voulez titiller sans le montrer ou encore par pur plaisir d’entretien de l’ambigüité avec la victime de votre choix, voici donc pour vous quelques idées de ces sextos qui n’en ont pas l’air à première vue, mais qui le deviennent franchement à y regarder de plus près.

Le mot oublié

Profitez de la richesse sémantique et grammaticale du français pour déformer ou omettre des parties d’expressions qui deviendront ainsi beaucoup plus coquines que leur version originale…

« Ce soir après le boulot, est-ce que tu peux me prendre ? »

« Passer prendre quelqu’un » peut ainsi voir son sens évoluer en omettant malencontreusement « passer »… Idéal lors d’une soirée boulot avec le collègue que vous aimeriez mettre dans votre lit, ou pour réveiller les ardeurs de votre moitié ! Libre à vous de jouer le silence et d’imaginer le destinataire patauger dans son bouillon ou alors de rectifier le tir pour poursuivre l’ambigüité :

« Oups, pardon, si tu peux commencer par passer me prendre avant toute chose… »

La coquille

Deux lettres changées et on se retrouve avec un mot qui n’a rien à voir… Une autre façon de glisser votre message discrètement, avec la possibilité de même accuser l’auto correcteur de votre Smartphone si vous sentez le besoin de vous blanchir parfaitement !

« Je vais faire un tour au magasin de DVD, tu veux venir ? Il paraît que y a plein de pornos ! »

Vous avez, quel étourdi, déformé la « promo » sur les dvd et ne suggériez bien sûr que quelques bonnes affaires… Il suffira alors d’écrire à la suite de ce texto pour faire évoluer la conversation !

« Il y a plein de PROMOS… Cela dit, il y a peut-être aussi des promos sur les pornos ! On ira voir ensemble sur place… »

Les mots qui chauffent quel que soit le contexte

Il y a des mots et des expressions dont le sens courant et premier a beau être parfaitement anodin et banal, leur évocation fait sourire et immanquablement errer notre esprit sur les pentes du graveleux… Pas de quoi ébouillanter les corps, mais tout de même de mettre le cerveau du destinataire dans une humeur propice…

« Je préfèrerais qu’on se retrouve chez moi plutôt qu’au restaurant. Je garde la chatte de ma meilleure amie tout le week-end et elle n’aime pas être seule le soir. »

La contrepèterie

Pus difficile à trouver et souvent un peu tirée par les cheveux, la contrepèterie sera un allié un peu plus intellectuel dans votre volonté de dévoiler à votre destinataire l’effet qu’il ou elle vous fait…

« On se fait un ciné ?  Tu me laisse le choix dans la date ?. »

(Pour découvrir la phrase cachée dans une contrepèterie, il suffit d’inverser deux consonnes, voyelles ou sonorités. Dans cet exemple, essayez d’inverser les lettres soulignées…)

L’anodin

Ici, on ne joue pas avec la grammaire ou l’orthographe, mais plutôt avec le sens directement. L’idée est d’aborder un sujet le plus naturellement possible et en toute innocence.

« J’étais dans mon bain et ça m’a fait penser à toi. On se voit ce week-end ? »

L’erreur contrôlée

Il s’agit ici d’envoyer un véritable sexto absolument torride et direct à une personne qui ne s’y attend pas. Il suffit ensuite de vous excuser en prétextant le dérapage de doigt lors de la saisie du destinataire…

« Je t’attends toute nue sur le lit, le corps impatient d’être pris toute la nuit… »

Vous attendez ensuite environ 30 secondes avant de vous excuser vaguement :

« Oups, petite erreur de destinataire. On se voit bientôt ? »

Pour « conclure »

A défaut de réussir à passer le message érotique en cas d’excès de subtilité, vous goûterez au moins à la douce excitation d’imaginer votre destinataire, souriant ou perplexe, quand il vous lira. Vos textos auront ainsi un aspect docteur Jekyll et Mister Hyde, où derrière la sage innocence de vos messages se cachera toute la rage coquine qui vous habite…

D’autres exemples de textos coquins ?

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.