8 Films Qui Ont Fait Scandale Pour Cause De Sexe !

Les âmes pudibondes n’avaient pas attendu l’apparition du cinéma à la fin du XIXème siècle pour manifester leur désapprobation face au sexe trop présent, les œuvres d’art vaguement érotiques ont toujours été au centre des indignations et des insultes. Mais le cinéma, avec ces images mobiles, a apporté un réalisme nouveau permettant de montrer la réalité au plus près, réalité de la chair y compris…

Les films scandales

Et de nombreux cinéastes s’y sont donnés à cœur joie pour dépeindre l’érotisme et la passion sexuelle à travers des films figurant pour certains dans le panthéon des chefs-d’œuvre. Voici 8 films qui sont restés célèbres entre autre en raison du scandale qu’ils ont entraîné !

Antichrist de Lars Von Trier

Lars Von Trier, grand amateur de scandale, avec notamment les plus récents « Nymphomaniac » partie 1 et partie 2, avait tapé particulièrement fort avec « Antichrist » sorti en 2009. Ce film raconte l’histoire d’un couple au désespoir après la mort de leur enfant et qui se retrouve dans un chalet isolé pour tenter de sauver leur couple.

Les scènes de sexe sans filtre et la démonstration d’un érotisme mêlé à l’automutilation ne feront pas l’unanimité et beaucoup de critiques accuseront le film d’être un déchainement de violence et de sexe sans intérêt !

Le dernier tango à Paris de Bernardo Bertolucci

Ce film sorti en 1972 avec Marlon Brando et Maria Schneider a provoqué un scandale retentissant, et notamment en France où il est aussitôt classé comme film X. En Italie, d’où est originaire Bertolucci, le film est interdit et lui-même est déchu de ses droits civiques !

Si le film a fait scandale, c’est parce qu’il parle d’une relation torride entre un homme et une jeune femme, avec de nombreuses scènes de sexe dont une qui est restée célèbre : celle où l’homme sodomise la femme en utilisant une plaquette de beurre comme lubrifiant… Si le personnage de la femme est en pleur durant cette scène, ce sont en fait les vraies larmes de l’actrice qui n’était pas au courant de la scène et qui s’est sentie humiliée par cette simulation de sodomie face à la caméra.

Crash de David Cronenberg

Sorti en 1996, le film nous montre une poignée de survivants d’accidents de voitures qui sont depuis ce jour fascinés et attirés sexuellement par cette violence routière… Un film plutôt sombre et recommandé aux fans du sexe en voiture.

Le film fut interdit aux moins de 16 ans en France et aux moins de 18 ans en Angleterre. Il fut même tout simplement interdit dans le quartier de Westminster à Londres. On accusait en fait le film de n’être qu’un vulgaire porno sur fond d’accidents de voiture… Il a tout de même reçu le prix spécial du jury au festival de Cannes !

Basic instinct de Paul Verhoeven

Grand classique du thriller américain, Basic Instinct est sorti en 1992 et, comme vous vous en doutez puisqu’il fait partie de notre liste : il fit scandale. Et notamment à cause de la très célèbre scène d’interrogatoire où Sharon Stone laisse entrevoir son intimité dénudée…

Aux Etats-Unis, cette fameuse scène ainsi que d’autres à caractère sexuel furent censurées lors de la sortie. Au-delà de son contenu sulfureux, le film fit scandale aussi auprès de certains mouvements féministes qui le qualifièrent de hautement misogyne.

L’empire des sens de Nagisa Oshima

Ce film japonais sorti en 1976 s’inspire de l’histoire vraie de Sada Aba, une prostituée qui étrangla son amant pendant leurs ébats dans un jeu sexuel quelque peu intense durant lequel il lui demanda de l’étrangler sans s’arrêter. Elle conserva ensuite les parties génitales de son amant sur elle jusqu’à son arrestation…

L’histoire en elle-même donne un aperçu des raisons du scandale que provoqua ce film… Il choqua immédiatement au Japon et les nombreuses scènes de sexe furent supprimées ou floutées. Le réalisateur dut même comparaitre devant un tribunal avant d’être relaxé en 1982. Comme le film était coproduit en France, il put malgré tout être vu à travers le monde et connaître l’immense succès qu’on lui connaît.

Salo ou les 120 journées de Sodome de Pier Paolo Pasolini

Sorti en 1976, soit un an après l’assassinat de son réalisateur, l’histoire se déroule dans la ville italienne de Salo en pleine époque fasciste où des notables emprisonnent 9 jeunes garçons et 9 jeunes filles pour en faire des esclaves notamment sexuels à qui ils font subir des sévices plus abominables les uns que les autres… Le film s’inspire du roman du Marquis de Sade « Les cent vingt journées de Sodome ».

Un cocktail sulfureux qui ne pouvait pas laisser de marbre le public de l’époque. Il fut interdit dans de nombreux pays, dont l’Italie… Et aujourd’hui encore, il n’a pas perdu de son aura scandaleuse puisqu’en 2007, sa diffusion fut interdite temporairement à Zürich en Suisse.

Love de Gaspard Noe

Autre scandale récent de ce début de XXIème siècle : « Love » qui a été diffusé à l’occasion du festival de Cannes en 2015 et qui a surtout suscité une polémique autour de l’âge autorisé pour regarder le film, d’autant que les scènes de sexe ne sont pas simulées. Gaspard Noe étant un habitué du film qui choque, avec notamment « Irreversible » un peu plus de dix ans plus tôt, le public était trop préparé pour que le scandale éclate vraiment.

En revanche, sous la pression d’une association catholique conservatrice, la justice a finalement imposé l’interdiction du film aux moins de 18 ans.

Le baiser de May Irvin et de John C. Rice

On termine par le début avec ce premier baiser du cinéma, montré sur les écrans en 1896. Aussi chaste et sage que possible, il fit pourtant grand bruit à l’époque. May Irvin et John C. Rice sont des acteurs célèbres et leur embrassade sur grand écran fait scandale. Un journaliste de l’époque écrit :

« Agrandi jusqu’à des proportions gargantuesques et répété trois fois, c’est absolument répugnant. »

En cette fin de XIXème siècle, on sent déjà venir les tentations de faire de l’inconvenant avec le cinéma et on commence à évoquer la nécessité d’une censure. Les détracteurs de ce gentil baiser n’auraient sans doute pas survécu en visionnant n’importe lequel des autres films montrés plus haut…

Le rose des salles obscures

Toutes ces aventures, procès et autres insultes n’ont jamais empêché sexe et cinéma de poursuivre leur route côté à côté, l’amour étant un sujet de prédilection du septième art et une intarissable source d’inspiration. Le festival de Cannes est connu pour être régulièrement le tremplin des œuvres les plus controversées et tant qu’il y aura des publics choqués, le cinéma vivra.

Le Septième Ciel dans le Septième Art : Les Plus Beaux Orgasmes du Cinéma

LIRE LA SUITE

La TV et le Cinéma se mettent à nu :