BLOG / Pour le Plaisir / Le Saviez-vous? / 10 Pratiques Sexuelles Extrêmes Pour S’offusquer, S’émouvoir ou Fantasmer

10 Pratiques Sexuelles Extrêmes Pour S’offusquer, S’émouvoir ou Fantasmer

En matière de sexualité, certains couples sont capables d’aller loin, faisant de leur vie érotique une succession de galipettes osées qui n’ont rien à envier aux films pornographiques les plus débridés… Si cette façon de mettre son corps aux confins les plus fous de la volupté n’est pas adaptée à la grande majorité du peuple modéré, allez lorgner du côté des extrêmes peut réveiller quelques envies secrètes ou assouvir votre voyeurisme assoiffé de pratiques effrayantes…

10 Pratiques Sexuelles Extrêmes Pour S’offusquer, S’émouvoir ou Fantasmer

Voici donc pour abreuver vos fantasmes, pour nourrir votre fascination du surpassement érotique ou pour vous donner des pistes d’exploration qui repoussent les limites, 10 pratiques érotiques pour les couples les plus avertis.

1) Le cuckolding

Connu aussi sous le terme gaulois de candaulisme, cette pratique s’inscrit dans les rapports de soumission entre l’esclave et sa maitresse. Le principe est simple : dans un couple marié ou en relation stable, la femme fait l’amour avec d’autres hommes sous les yeux de son mari ou compagnon de longue date. Selon les envies du couple, le cocu volontaire peut se masturber à côté ou être attaché pour marquer davantage sa soumission…

Si le fantasme vous plait mais que le passage à l’acte ne vous intéresse pas, repérez en couple un bel amant potentiel dans un bar ou à une soirée, puis imaginez ce qu’il pourrait faire à madame… Jeu proscrit aux maris jaloux !

2) Le fist-fucking

Pratique peu recommandée en raison des répercussions négatives possibles pour la santé intime, elle consiste à insérer une main entière dans l’orifice vaginale ou anale. Les hommes qui en ont déjà fait l’expérience expliquent le plaisir produit notamment par le massage prostatique… Même si on peut s’inquiéter de la brutalité d’une telle performance, il ne s’agit pas de serrer le poing et d’entrer sans frapper. Il faut du tact et de la douceur pour que le plaisir face surface.

3) Le pegging (chevillage)

Encore un terme anglais pour décrire de douces caresses en couple ! Il s’agit cette fois de madame portant un « gode ceinture » (ceinture avec un dildo au niveau du bas-ventre, de façon à imiter l’homme) et prodiguant une joyeuse sodomie à son partenaire.

Monsieur profite quant à lui des plaisirs délicieux de la pénétration anale et ses douceurs prostatiques, offertes par la femme qu’il aime. Il y a également le plaisir de l’inversion des rôles et le rapport de domination soumission

4) L’anulingus

Sans doute l’une des pratiques les plus soft du côté de l’entre-fesse, elle pourra vous séduire dans le feu de l’action. Il s’agit en effet d’offrir au partenaire l’équivalent du cunnilingus sur son anus.

Les avantages de l’anulingus sont d’abord qu’il est mixte et ensuite qu’il permet de préparer avec bonheur le ou la partenaire à une plus profonde exploration anale

5) La double pénétration

Quiconque a vu dans sa vie au moins un film pornographique sait en quoi consiste une double pénétration : madame subit des assauts sexuels dans le vagin et l’anus en même temps.

Pour les plus ouverts à l‘exploration érotique, il s’agira de deux messieurs occupés chacun à combler sa partie. Mais les couples exclusifs pourront également jouir de ce plaisir double en usant d’un solide vibreur pour jouer le deuxième amant.

Isla

6) Le bukkake

Chez nos camarades japonais, ce terme désigne un type de plat qui consiste à jeter la sauce sur les nouilles… Nous vous laissons cette petite ligne supplémentaire pour tenter d’en déduire ce que cela signifie en terme sexuel.

Une idée ?

Et bien cela consiste en une pratique coquine à plusieurs où madame se retrouve arrosée des semences masculines des hommes qui l’entourent, chibre à la main. Une évidente volonté de soumettre la dame en l’humiliant fait largement partie du plaisir ainsi recherché.

7) Le sodurètre

Voilà une pratique qui fera frémir bon nombre de mâles à qui vous la décrirez ! Et pourtant, elle est assez répandue puisque bon nombre d’instruments existent pour assouvir ce plaisir particulier.

Généralement partie intégrante d’une aventure BDSM, le sodurètre consiste à introduire un objet dans l’urètre, ce petit canal par lequel ces messieurs expulsent leur urine et leur semence. Depuis la très fine tige jusqu’au doigt, il y en a pour tous les goûts !

8) Le glory hole

Terme anglais signifiant « le trou glorieux », il consiste en un trou pratiqué à travers un mur (souvent dans des toilettes où les cloisons sont fines) de manière à observer ce qui se passe de l’autre côté dans le cas d’un voyeurisme classique, mais surtout de pouvoir glisser un sexe en érection afin de pratiquer fellation ou pénétration sans se voir… Facile à reproduire chez soi en couple dans un scénario érotique débridé. Si le trou dans le mur vous semble exagéré, utilisez un grand carton !

9) Le clédalisme

Puisque la partouze ou le sexe en groupe est une pratique connue de tous (en terme théorique !), penchons-nous sur une variante de la copulation de masse. Le clédalisme a été inventé par le peintre Salvador Dali et consiste en une partouze plus organisée et « artistique ».

Plutôt que des corps qui s’unissent au hasard, un maître de cérémonie rassemble une quinzaine de personnes et décide qui fait quoi… Il y a ainsi une mise en scène de l’orgie sous la direction d’un seul.

10) Le gerbiling

Le meilleur pour la fin. Souvent au cœur de légendes urbaines les plus folles, il s’agit de glisser un tube dans l’anus d’un(e) volontaire avant de placer un petit rongeur (souris ou gerbille) dans ce tuyau, de manière à ce que l’animal inspectent la grotte vivante qu’on lui propose.

Plus de l’ordre du fantasme sans limite que de la réalité dans les faits, voilà une exploration érotique qui fera toujours son petit effet quand vous la mentionnerez en soirée. Vous pourrez même exagérer l’anecdote en mentionnant une variante ancestrale dans une tribu lointaine et qui consistait à remplacer le mignon mulot par un hérisson en colère.

S’inspirer n’est pas jouer

On trouve beaucoup de termes étrangers qui prouvent que les anglo-saxons ont une imagination érotique peut-être finalement plus dévergondée que la nôtre ! Riche de ce savoir érotique nouveau et parfois effrayant, votre exploration intime pourra ainsi s’en inspirer sans forcément s’y plonger. Il ne s’agit pas d’aller dans l’animalerie de votre quartier pour choisir le plus beau rongeur, mais plutôt de nourrir encore un peu plus vos fantasmes enrichis de nouvelles perspectives de jeux à deux…

Laisser un commentaire

À propos Ema

Passionnée de mode, de design, d’art et de littérature, adepte d’un hédonisme non égocentrée : Le Plaisir est un art qui s’apprend et se partage.